Journal de bord : les Caraïbes depuis New York sur le Norwegian Breakaway

Norwegian Breakaway - New York

C’est avec une envie d’exotisme que je me suis jetée dans les catalogues à la recherche de ma prochaine croisière. Le Norwegian Breakaway de NCL était au départ de New York et mieux encore de Manhattan. Une croisière de 12 jours pour me déconnecter du quotidien, c’est l’idéal.

Au programme : New York – En Mer – Port Canaveral en Floride – Great Stirrup Cay et Nassau aux Bahamas – En Mer – Costa Maya au Mexique – George Town à Grand Cayman – Ocho Rio en Jamaïque – 3 jours de Mer et retour à New York.

J’ai contacté l’agence Un Océan de Croisières qui m’a confirmé la validité de l’offre Premium All Inclusive sur ma croisière (sont compris : vins & alcools, cafés, eau en cabine, frais de service, pourboires…). Cette agence connaît particulièrement bien NCL. Elle a pu m’aider à bien préparer mon voyage. J’en ai d’ailleurs profité pour lui confier la réservation de mes vols ainsi que des nuits à New York avant et après ma croisière.

Vous êtes prêts à me suivre en croisière ? Alors c’est parti, voici mon journal de bord.

Arrivée à New York

New York est une ville fascinante. J’ai décidé d’arriver la veille de l’embarquement pour profiter de la ville. C’est de nuit que je commence à voir se dessiner la skyline de Big Apple. Malgré la fatigue, impossible de résister à l’appel de la ville. Je déambule sans but dans les rues animées près de mon hôtel situé à côté du célèbre Madison Square Garden.

Jour 1 – New York : embarquement sur le Norwegian Breakaway

Le « jetlag » aidant, il n’est pas difficile de me lever. A 7h, je suis déjà devant les vitrines de Noël animées du célèbre grand magasin Macy’s. Je redeviens vite une petite fille devant tant de féeries.

Il fait encore nuit, la ville est à moi ! J’arrive sur Time Square, la célèbre place est tellement vide que j’ai l’impression que toutes ces pubs illuminées ne s’adressent qu’à moi. Je suis captivée par tant de lumières, j’adore !

New York - Time Square

Je poursuis ma promenade avec Radio City où se joue le show des Rockettes (les danseuses marraines du Norwegian Brekaway). La patinoire et le grand sapin du Rockfeller Center rappellent que les fêtes approchent. Les vitrines de Noël du magasin Saks sur 5th avenue fêtent les 80 ans de Blanche Neige. C’est juste magnifique !

New York - Pier 88Le temps file à une vitesse… il faut déjà prendre un taxi pour aller au Pier 88, quai emblématique de New York. Pour mémoire, c’est depuis ce quai que les paquebots France et Normandie quittaient New York pour l’Europe. C’est aussi pour cela que j’ai choisi cet itinéraire.

Une fois les bagages pris en charge, c’est en moins de 10 minutes que j’embarque. Incroyable ! Dans ce domaine, les compagnies américaines sont imbattables. Il faut dire que je suis parmi les derniers passagers à embarquer.

Norwegian Breakaway - Cabine balcon 9298

Cabine 9892

Après la découverte de ma cabine, il est l’heure d’effectuer l’exercice de sécurité. A peine le temps de visiter le navire que me voici sur le pont supérieur, impatiente de vivre ce départ tant attendu du cœur de New York.

La nuit est tombée, le paquebot quitte Big Apple en passant devant les buildings illuminés, la Statue de la Liberté… Des images qui resteront longtemps gravées dans ma mémoire. Le pont Verrazano passe au-dessus de nos têtes, nous prenons bientôt la mer en direction des Caraïbes.

Le menu du restaurant « Taste » est un délice. Pouvoir dîner à l’heure de son choix sans réservation dans différents restaurants est très appréciable.

Jour 2 – En mer

Norwegian Breakaway - Garden Café

Garden café

Voir le soleil se lever depuis le balcon… quel bonheur ! Il fait déjà une vingtaine de degrés, ça change des 4°C d’hier à New York. Après le petit déjeuner au Garden Café, la découverte du navire est au programme. Voir le post sur le Norwegian Breakaway.

Au programme : promenade et détente au pont 8 sur le Waterfront et dans l’après-midi je m’initie à l’accrobranche. L’idée de monter enfin sur la planche « The Plank » me hante depuis que j’ai fait la réservation sur ce navire. On m’équipe d’un harnais de sécurité puis une fois tenue par un mousqueton de sécurité, je suis prête pour l’aventure. Je ne pensais pas que l’on sentait autant le vent sur le parcours, pourtant, la mer est belle. C’est impressionnant et tellement excitant à la fois. Je m’entraîne sur les différents éléments avant d’affronter l’épreuve ultime. Je m’élance avec prudence sur cette poutre de 2,40 mètres et d’à peine 15 centimètre de large. Une fois au bout, j’observe le navire et la mer qui défile sous mes pieds. Je tire sur la corde qui déclenche la caméra qui me prend en photo pour immortaliser l’instant. YES ! Je l’ai fait, c’est galvanisée que je redescends du parcours.

La journée passe vite, le navire est plein d’espaces agréables à vivre, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Dans l’Atrium, des jeux sont proposés aux passagers. 

Après l’apéritif au bar « en mode Premium All Inclusive » (toutes les boissons et cocktails sont compris jusqu’à $15) puis le dîner, j’assiste au spectacle Burn the Floor. Les performances de danses et chants s’enchaînent. Les talentueux danseurs ont été choisis aux quatre coins du monde lors des compétitions de danse prestigieuses.

Jour 3 – Port Canaveral

Norwegian Breakaway - SolariumQu’il fait bon sous le soleil de Floride. Après une matinée à profiter du soleil sur les transats, les pas de tirs de Cap Canaveral se dessinent à l’horizon.

Nous accostons après le déjeuner. Je n’ai pas réservé d’excursion même si la compagnie propose d’aller à la plage ou de se rendre dans les parcs d’attraction (Disney World, Sea World, Universal – compter entre $45 et $59 hors entrée dans les parcs) ou encore le Kennedy Space Center $119 avec l’entrée.

Il est 14h, le temps est compté. A quai, je trouve des taxis collectifs qui proposent d’aller au Kennedy Space Center pour $25 aller/retour. L’entrée au parc est à $54 ce qui me fait $40 d’économisé. Le chauffeur s’appelle Mike, il nous commente le trajet et reviendra nous chercher à 18h à la fermeture du parc. C’est vraiment une solution idéale.

Je suis étonnée, il n’y a personne dans le parc. Les premières fusées donnent le ton. Le circuit en bus (45 minutes – compris dans le prix du billet) permet de passer devant les pas de tir du centre spatial : LC39A d’où décolle les fusées SpaceX ainsi que devant le Vehicle Assembly Building. C’est dans ce bâtiment de 160 mètres de haut qu’ont été assemblées les fusées Saturn V et les navettes spatiales.

Cape Canaveral - Kennedy Space Center - Vehicle Assembly Building

Le car s’arrête ensuite au Apollo/Saturn V Center. Après un petit film sur l’histoire des lancements spatiaux vers la lune, c’est dans la salle de contrôle reconstituée que j’assiste, comme si j’y étais, à un véritable lancement de fusée. Puis, les portes s’ouvrent et c’est sous mes yeux ébahis que les véritables fusées des missions Apollo se dévoilent à mes yeux. Le hangar musée est gigantesque. C’est à faire absolument.

Cape Canaveral - Kennedy Space Center (1)

Pour terminer la visite, j’entre dans un simulateur pour vivre, un lancement de navette spatiale. Inclinaison, vibrations… tout y est mais ce n’est pas aussi impressionnant que je le croyais. C’est une expérience à faire malgré tout. A la sortie c’est la navette Atlantis que je découvre face à moi. En un mot : WoW !

Cape Canaveral - Kennedy Space Center -Atlantis

18h c’est un peu la course. Comme prévu, Mike est sur le parking avec son taxi pour nous ramener au paquebot.

Cape Canaveral - Kennedy Space Center - SpaceX barge

Barge SpaceX

Quelle journée magnifique ! Maintenant que j’ai vu les bâtiments de SpaceX au Kennedy Space Center, je réalise que la barge vue ce matin au port était celle où se posent les fusées de la firme SpaceX.

21h le Norwegian Breakaway reprend sa route en direction de l’île privée NCL : Great Stirrup Cay (GSC pour les habitués). Norwegian Breakaway - Appli Norwegian iConciergeDemain, nous serons au mouillage. Il est important de réserver son tender (navette) pour pouvoir descendre à l’heure souhaitée. On peut le faire au bureau des excursions, sur les bornes, ou sur l’appli Smartphone « Norwegian iConcierge* ». Celle-ci se télécharge avant le départ et permet de réserver excursions et spectacles, de consulter ses comptes ainsi que les services disponibles, de consulter le journal de bord avec toutes les activités heure par heure.

Jour 4 – Great Stirrup Cay – Bahamas

10h l’île est en vue et la journée s’annonce radieuse. Great Stirrup Cay est une île privée qui appartient à Norwegian Cruise Line. C’est une extension du paquebot sur terre. Tout ce qui est gratuit à bord l’est aussi sur l’île : transats, buffet de grillades et boissons comprises du forfait Premium All Inclusive.

Pour la petite histoire, ce sont les tenders du Norway (Ex paquebot France) qui nous débarquent sur l’île.

Norwegian Breakaway - Norway tender

L’équipe d’animation oriente les passagers qui ont une excursion (kayak, paddle, parachute ascensionnel, baignade avec les raies, plongée…).

Je me dirige vers le lagon tout proche où des transats sont installés. On peut louer du matériel de plongée ou encore des matelas pour se détendre dans l’océan turquoise. La baignade est surveillée et des jeux sont organisés pour ceux qui le souhaitent.

C’est amusant de constater que la plupart des passagers ne cherchent pas à aller très loin et se dirigent uniquement vers la première plage. Pourtant en continuant la promenade, un second lagon (lui aussi avec des transats) se dévoile. Et là, personne ! Cette plage de sable fin est plus au calme.

C’est près de ce lagon, dans une petite cabane privée, que j’ai décidé de passer ma journée de détente. La location se fait auprès du bureau des excursions. Il existe de grandes cabanes pour huit personnes et des plus petites pour six. Compte-tenu du prix de la location, c’est une formule idéale pour une journée à partager entre amis ou en famille.

Great Stirrup Cay - Bahamas

Petite cabane

Vue sur la mer imprenable, petit jardinet, transats et salon confortable avec panier de fruit, ventilateur, frigo garni de boissons fraîches. Derrière la cabane, des matelas pour la baignade et une douche. A peine installé, un serveur me demande ce dont j’ai besoin et précise que le repas commandé la veille sera livré ce midi. Si j’ai besoin de quoi que ce soit d’autre, aucun problème, il suffit de le demander.

Great Stirrup Cay - Bahamas (8)La journée de détente s’écoule vite entre baignades dans le lagon turquoise, promenade sur l’île et séance photos pour immortaliser ce petit coin de paradis. Un petit marché vend quelques souvenirs. Quelques iguanes se prélassent au soleil sur les rochers.

Le dernier tender pour rejoindre le navire est à 17h30 alors je prends mon temps. Pourtant dès 15h30, les plages et les cabanes se vident étrangement. Pour ma part, j’en profite jusqu’au bout.

Nassau - Bahamas - Towel Animal Day 518h – le paquebot lève l’ancre au soleil couchant. Ce fût une magnifique journée sous les palmiers, un petit coin de paradis que j’ai découvert et que j’ai vraiment apprécié. Les îles privées des compagnies de croisières sont vraiment appréciables. 

Comme chaque soir avant de me coucher, je découvre le programme du lendemain (en français) avec un petit compagnon soigneusement réalisé par mon cabinier. J’ai donc commencé une collection de towel animals.

Jour 5 – Nassau – Bahamas

Nous accostons sur l’île à 6h. Le soleil n’est pas encore levé. Aujourd’hui ce sera plage et visite de la ville. Il faut dire que je ne suis pas en pleine découverte puisque j’ai déjà fait escale à Nassau.

Nassau - Bahamas

Liberty of the Seas – Carnival Magic – Norwegian Breakaway

En longeant le port sur la droite, à une dizaine de minutes, se trouve Western Esplanade Beach. Sable blanc, eau turquoise et vue sur les paquebots. L’endroit idéal pour se détendre, prendre un verre, louer un transat et se baigner. Le bar Tiki Hut propose des animations : limbo, beach volley…

Je fais un tour en ville. Parmi  les centres d’intérêt sympathique à voir : la cathédrale anglicane de Christ Church, l’église protestante St. Andrew’s, Government House, Parliament square puis pour finir le Straw Market, petit marché de sculpteurs de bois et de souvenirs sans originalité. ⇒ Voir l’article sur mes bons plans en escale à Nassau.

15h – le Norwegian Breakaway quitte Nassau. La fin d’après-midi s’écoule doucement sous le chaud soleil des Caraïbes. Après l’apéritif au bar de l’Atrium et le dîner au restaurant Manhattan, je passe la soirée au concert du Fatcats.

Jour 6 – En mer

Norwegian Breakaway

Les journées en mer sont agréables : farniente sur les transats du solarium sur le pont supérieur, concerts…

Aujourd’hui, il y a trop de vent et le parcours d’accobranche est fermé. Je me laisse tenter par les toboggans « Free Fall Slides ». C’est avec la volonté de me dépasser que je vais oser grimper dans l’incroyable machine. J’entre dans la capsule que l’on referme derrière moi. J’essaie de ne penser à rien, j’entends « three, two, one… » puis la trappe s’ouvre sous mes pieds et je disparais dans une chute qui me semble interminable mais qui ne dure que 6 secondes. Sensations fortes assurées. Je n’arrive pas à imaginer que j’ai pu remonter une boucle vers le haut. Je retente l’expérience mais plus j’y retourne plus je sens la pression et l’anxiété monter.

En fin d’après-midi, le commandant annonce aux passagers que l’itinéraire va être modifié pour évacuer un passager pour raison médicale. L’escale à Costa Maya est remplacée par Cozumel.

17h20 – le soleil se couche. Après un tour dans les boutiques et un verre au bar face à la mer sur la promenade du pont 6, je me rends au théâtre. Ce soir j’assiste au concert de RAEGAR un groupe de Cross Country. Un duo mélange de rock anglais et de country américain. J’ai beaucoup aimé ce concert. Je ne manque pas de m’offrir le disque à la sortie du spectacle pour garder un souvenir.

Jour 7 – Cozumel – Mexique

Ce matin c’est la tempête sur la côte mexicaine. J’ai remplacé mon excursion en trimaran avec plongée par une excursion sur la plage de Costa Mia. Au point de rendez-vous, un mexicain m’indique que je peux annuler sans frais mon excursion. N’ayant rien d’autre prévu, je décide malgré tout de découvrir cette plage.

Cozumel

Après 20 minutes de car, me voici au Beach Club de Playa Mia. Quelques rares boutiques mènent à la plage qui aurait pu me sembler paradisiaque si la bruine ne venait pas se mêler au vent. Je suis un peu déçue mais ce sont les aléas de la météo et il n’y a rien à faire à part regarder le spectacle des vagues qui se brisent sur la plage.

13h45 – le bus nous ramène au terminal croisière. Les boutiques environnantes vendent à peu près toutes les mêmes souvenirs mexicains. Je rentre déjeuner à bord au Garden Café.

Cozumel

15h – le paquebot largue les amarres. Depuis le O’Sheehan’s Neighborhood Bar & Grill je profite du concert de Emilie et Alvin en écrivant mon journal de bord.

Ce soir, au théâtre, c’est un spectacle de type Comedy Club qui est donné. Préférant les concerts, je vais plutôt assister au Howl at the Moon au Headliner. Je passe vraiment une très bonne soirée à écouter le duo de pianistes reprendre des tubes. La salle n’est pas très grande et il y a vraiment une grande proximité entre les artistes et le public.

Jour 8 – George Town – Grand Cayman

Aujourd’hui c’est encore la tempête. Le bateau bouge mais c’est tenable. Compte tenu de la météo, je prends mon temps car il n’est pas question d’aller se prélasser au solarium.

Le bateau navigue à petite vitesse en longeant la côté. Le commandant annonce un changement de mouillage. C’est près de Spotts Beach, plus à l’abri que l’on débarque en toute sécurité avec les tenders. Mon excursion « plongée sur l’épave de l’USS Kittywake » est annulée et remboursée.

Je me rends à George Town en taxi collectif pour $10 aller/retour. Le ciel est gris et il n’y a rien d’autre à faire. Nous sommes dimanche, les boutiques de la ville peinent à ouvrir. 

George Town - Grand Cayman

Depuis la ville, les vagues sont impressionnantes et les déferlantes inondent les rues du bord de mer. Depuis le bar Margaritaville, je ne me lasse pas de regarder l’océan. Il y a de la bonne musique, une belle vue et pour ceux qui le souhaite une piscine avec un toboggan. Le wifi y est gratuit, c’est idéal pour garder le contact avec la famille et les amis.

Malgré cette météo, le temps passe vite et il est l’heure de reprendre le taxi collectif. Tant que le minibus n’est pas plein, il ne part pas. C’est comme ça dans les Caraïbes.

Ce soir il fait doux et c’est bien agréable de faire un tour sur le pont 8 avant d’aller dîner au Garden Café.

Boutiques & bars du Waterfront – Pont 8

Au spectacle ce soir, une hypnotiseuse fait faire de drôles de choses aux passagers. Certains retombent en enfance et font des châteaux de sable imaginaires sur la scène. D’autres forment un orchestre. C’est amusant mais je n’aurais pas aimé être sur scène.

Jour 9 – Ochos Rios – Jamaïque

Ocho Rios - Jamaïque

C’est sous un ciel gris que le quai de Ocho Rios apparaît. Au solarium H2O,  je retrouve l’équipe de restauration qui s’est donné rendez-vous pour une photo de groupe.

Norwegian Breakaway - Equipage

En fin de matinée, je débarque sur l’île de Bob Marley. Près de la gare maritime on trouve de nombreuses boutiques de souvenirs et des taxis collectifs pour visiter l’île.

C’est en taxi collectif que je me rends aux cascades de Dunn’s River. Il m’en coûte $10 aller/retour pour 2 heures sur le site. Notre accompagnatrice « Miss Sunshine » nous initie au vocabulaire local : « Yeah man ! ». Sous le ciel gris, elle tient à nous rassurer : « ici il ne pleut jamais, c’est juste du soleil liquide (liquid sunshine). ». Après une dizaine de minutes de trajet, je quitte les autres passagers qui se rendent aux plages ainsi qu’à la baignade avec les dauphins. Miss Sunshine me donne rendez-vous au point où nous dépose le chauffeur dans 2h.

Ocho Rios - Jamaïque - Dunn's River FallC’est la seconde fois que je viens ici mais cette fois, j’ai troqué mon appareil photo pour ma caméra étanche et j’ai pensé à prendre mes chaussures pour marcher dans l’eau (on peut aussi en acheter directement dans le parc). Je vais pouvoir remonter la cascade à pied. L’entrée de Dunn’s River Fall est à $20, des casiers (lockers) sont disponibles pour poser ses affaires $8 ($3 sont récupérables à la restitution de la clé pour le fermer).

Je descends jusqu’à la plage et j’amorce la remontée de la cascade à travers les grandes vasques d’eau couleur émeraude. Après quelques pas, je me décide à attendre un guide et à donner la main à un participant de la file indienne qui passe devant moi. C’est à la fois plus rassurant et surtout ça permet de passer aux bons endroits. Ce n’est pas glissant, mais on ne voit pas où on met les pieds. Le guide s’arrête régulièrement pour nous initier aux massages dans les vasques ou pour nous indiquer les endroits d’où l’on peut se jeter dans l’eau. Nous sommes au milieu de la jungle, la végétation est dense et les gouttes qui tombent dans les vasques contribuent au dépaysement total de cette expérience. Il me faudra 1h pour atteindre le point d’arrivée. Pour ceux qui n’ont pas de caméra étanche, des accompagnateurs filment et photographient l’ascension pour que les participants puissent acheter ces souvenirs à la sortie.

14h – Miss Sunshine et son chauffeur sont au point de rendez-vous pour me ramener à la gare maritime. Les pourboires sont appréciés.

Je retourne déjeuner à bord. Un peu plus tard, je pars explorer les alentours de la gare maritime : quelques bars, restaurants, boutiques de souvenirs, une petite plage…

17h30 – la nuit tombe, je retourne à bord du Norwegian Breakaway accueillie par une véritable fête donnée par les membres d’équipage sur le quai. C’est la « Welcome back party ».

19h – le paquebot largue les amarres. Après le dîner au restaurant le Savor, je fais un tour au Casino puis je passe la soirée au Headliners pour le show Howl at the Moon.

Jour 10 – 11 – 12 – En mer

Ocho Rios était la dernière escale de cette croisière. C’est désormais trois jours de mer qui m’attendent. Ils s’enchaînent mais ne se ressemblent pas. Il y a toujours quelque chose à faire, à voir, même quand la météo n’est pas au rendez-vous.

Une chose est certaine, je ne regrette pas d’avoir pu faire l’expérience de la planche « The plank » et du toboggan « Free Fall Slides » lorsque la météo l’a permis car ils n’ont jamais été ré-ouvert pour cet itinéraire compte-tenu du vent. Moralité, ne jamais remettre à plus tard ce que l’on peut faire le jour même.

Près du Headliners, le cuisinier et son équipe a installé un château en pain d’épice avec un petit train. Cette décoration de Noël fait le bonheur de tous.

En journée, je profite de quelques conférences sur les coulisses du bateau avec questions / réponses avec Vuk notre directeur de croisière qui aura été aux petits soins de tous les passagers pendant toute la croisière. J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi présent et attentionné. Sont également présents le Chef cuisinier et le directeur de croisière.

Quelques concerts sont donnés en journée : reggae près des piscines, variété dans l’Atrium avec Arvin et Emilie… Il y a également un « Crew Show » en journée avec les performances des membres d’équipages : danse, chant… voilà de quoi découvrir ceux qui font notre croisière sous un nouveau jour. Quels artistes !

Nous sommes peu de français à bord mais il y a beaucoup de canadiens et on entend vraiment très souvent parler français. Parmi les membres d’équipage, le maître d’hôtel du Savor où j’ai pris mes habitudes, m’accueille en français avec fierté. Une attention qui ne m’aura pas échappé. Au bureau des excursions, c’est Jeanne, une française qui renseigne les francophones en difficulté avec l’anglais.

Les derniers jours passés en mer sont également l’occasion de faire un peu de shopping. Des offres et des ventes spéciales sont d’ailleurs mentionnées dans le journal de bord « Freestyle daily ».

Pendant mes dernières soirées sur le Norwegian Breakaway, j’ai pu aller au dîner spectacle du Cirque Dream dans la Spiegel Tent. Pendant le dîner d’étranges créatures fantastiques déambulent entre les tables. Après le dîner, les artistes entrent en piste pour des acrobaties au plus près des passagers. Ce spectacle est payant et sur réservation. Les offres NCL avec crédit à bord permettent de pouvoir s’offrir ce type de show et de découvrir de nouveaux spectacles. Personnellement, j’ai trouvé ça un peu court mais j’ai passé un très bon moment.

J’ai adoré les performances de la comédie musicale « Rock of Ages ». Des tubes rock et des danses osées pour un show à l’américaine comme je les aime. 1h45, c’est un vrai spectacle comme on les joue sur Broadway et le décor est digne des grands théâtres de Big Apple.

Norwegian Breakaway - Theatre - Rock of Ages

Rock of Ages

Le dernier soir, tous les musiciens, chanteurs, animateurs se retrouvent dans l’Atrium pour la soirée d’au revoir. Les officiers passent même serrer la main des passagers et échangent quelques mots. C’est vraiment une ambiance sympa et je suis impressionnée par le sens de l’accueil qu’il y a à bord.

Ce soir, je boucle mes valises. Je pose l’étiquette de couleur qui définit mon horaire de sortie du navire. Tout ce que je déteste ! Mais bon, je me console en me disant que New York m’attend.

Jour 13 – New York

Le paquebot est déjà à quai lorsque je m’éveille vers 6h30. Depuis trois jours, la température extérieure était en baisse. Mais ce matin, je ne m’attendais pas à découvrir le quai enneigé à notre arrivée. Un rayon de soleil glisse entre les buildings de la skyline de Manhattan.

Après le petit déjeuner au buffet du Garden café. Pour la dernière fois nous sommes accueillis par la chanson « Washy washy, happy happy… ». Tout ça va me manquer.

9h40 – c’est l’heure de débarquer. J’ai l’impression que c’est la première fois que l’attente est longue. Et dire que c’est pour quitter le navire !

Il me reste deux jours avant de rentrer pour profiter de New York. Il fait -4°C et en provenance des Caraïbes, autant dire que le ressenti avec une petite brise est bien plus frais.

Je ne suis jamais montée au sommet de la One World Trade Center. Je prends donc le métro pour la première fois. Acheter une carte, la charger sur une borne, trouver la bonne direction, faire attention à prendre un métro qui s’arrête à la bonne station… pas si évident le métro de New York. Mais je trouve toujours quelqu’un pour me confirmer que je ne me trompe pas.

The Sphere, la sculpture qui était au pied du World Trade Center avant les attentats est exposée dans Liberty Park près du mémorial. Elle porte les stigmates de l’horreur du 11 septembre 2001.

Le ciel est blanc, le froid glaçant, les noms des disparus sont alignés à l’infini autour du mémorial du World Trade Center. Ce lieu restera à jamais émouvant.

Je sens quelque chose de froid sur mon visage… il neige ! J’avais réservé mon billet pour le « One World Observatory » alors je ne renonce pas. En 47 secondes, me voici 102 étages plus haut. L’ascension est un spectacle en soi, les américains savent vraiment tout mettre en scène mais je n’en dirais pas plus. Une fois au sommet, la neige tombe de plus belle et la brume se met à envelopper la tour à une vitesse que je n’avais pas prévu. J’essaie d’y trouver du charme mais je dois bien avouer que je suis un peu déçue. L’observatoire n’offre pas de plateforme extérieure, j’y suis donc au chaud. J’assiste à une conférence sur l’histoire de la ville et de la construction de la tour puis je redescends.

Au pied du World Trade Center, je découvre l’Oculus. C’est par un grand couloir très design que se dévoile le squelette de ce mall au design unique où l’on trouve de nombreuses boutiques. Conçu par l’architecte espagnol Calatrava, l’extérieur fait penser aux ailes déployées d’une colombe de la paix qui fait écho à l’ancienne gare PATH détruite lors des attentats du 11 septembre 2001. 

New York - Occulus

Je recharge ma carte de métro sur une borne et reprends le métro pour Time Square.

New York - Time Square

Je prends la direction du Rockfeller Center dont la patinoire remporte un grand succès. Plus loin sur 5th avenue j’assiste au son et lumière du magasin Saks qui s’anime toutes les 10 minutes. C’est féerique ! La soirée passe vite devant tous ces émerveillements.

Dernière journée à New York

Après la frustration d’hier lors de la visite de l’observatoire du World Trade Center, je ne résiste pas à l’appel de l’altitude en voyant un coin de ciel bleu. Quelques minutes plus tard, me voici au sommet de l’Empire State building. Pas de doute, je suis en altitude et le blizzard se fait ressentir mais la vue reste à couper le souffle avec les sommets des buildings enneigés.

New York depuis Empire State Building

Avant de quitter New York, je fais une dernière virée shopping chez Macy’s près de Herald Square. Les décorations de Noël sont magnifiques.

L’heure de récupérer mes valises à la bagagerie de l’hôtel est arrivée (il m’en aura coûté $5/bagage). Le shuttle collectif pour l’aéroport est arrivée. Cette croisière sur le Norwegian Breakaway entre New York et les Caraïbes s’achève avec de très bons souvenirs et de belles images en tête.

Norwegian Breakaway

ARTICLE PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION

5 réflexions sur “Journal de bord : les Caraïbes depuis New York sur le Norwegian Breakaway

  1. Super reportage Corinne, on a vraiment l’impression d’y être aussi ! Je connais le Norwegian Epic (super navire) et la NCL est vraiment une compagnie ! Nous venons de réserver le Norwegian Getaway (sister-ships du N. Breakaway) pour les Caraïbes en janvier 2019 : Miami, journée en mer, Roatan (Honduras), Harvest Cay (ile privée au Belize), Costa Maya, Cozumel, journée en mer et Miami. Il me tarde de tester toutes les activités à bord ! À bientôt. Fabien

    • Bonjour Fabien, ça va être top cette découverte du Getaway. Il faut absolument tester « The Plank » si tu n’as pas le vertige. Un conseil n’attends pas pour le faire car parfois les conditions météos et le vent surtout font que cette attraction est parfois fermée. Donc un conseil, ne jamais remettre à plus tard et idem pour le toboggan si tu es fan de grands frissons. Tes escales ont l’air fort sympathique, la nouvelle île NCL, Roatan que j’ai fait il y a longtemps sur le Luminosa. Que du bonheur en perspective. D’ici fin avril tu pourras découvrir le Norwegian Bliss sur Escale Croisière. Merci pour ta fidélité !

  2. Super reportage Corinne. On a l’impression d’y être ! J’ai déjà l’expérience du Norwegian Epic et la NCL est vraiment une super compagnie. Nous venons de réserver sur le Norwegian Getaway pour les Caraïbes en janvier 2019 : Miami, journée en mer, Roatan (Honduras), Harvest Cay (ile privée au Belize), Costa Maya, Cozumel, journée en mer, Miami. C’est le jumeau du N. Breakaway, et il me tarde d’essayer les activités proposées ! À bientôt. Fabien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s