Costa : une nouvelle façon de voyager en croisière

La compagnie italienne renouvelle entièrement son offre en se concentrant sur l’exploration des destinations et annonce un nouveau programme d’excursions, tout en introduisant d’importantes nouveautés dans le domaine gastronomique, grâce à la collaboration de chefs de renommée mondiale : Bruno Barbieri, Hélène Darroze et Ángel León, et une nouvelle identité de marque. Tout cela à bord d’une flotte toujours plus respectueuse de l’environnement. Escale Croisière à voulu en savoir plus, alors on a embarqué sur le Costa Smeralda pour découvrir ça !

La nouvelle proposition de Costa est axée sur l’exploration des destinations au travers d’expériences uniques, tant à bord qu’à terre. Pour créer ces expériences, l’entreprise a travaillé sur quatre éléments principaux : la gastronomie, les excursions, le développement durable et l’identité de la marque

Mario Zanetti - Costa Crociere

“Après le redémarrage des navires, nous avons voulu renouveler notre offre en introduisant des innovations dont l’importance est telle que nous pouvons parler d’une nouvelle façon de voyager avec Costa. Nous voulons que ceux qui partent en vacances avec nous vivent des expériences uniques et enrichissantes, à travers une découverte plus authentique et plus profonde des destinations” – affirme Mario Zanetti, Directeur général de Costa Croisières. “C’est pourquoi nous avons repensé nos itinéraires en prévoyant de longues escales, en créant un nouveau restaurant où vous pourrez déguster trois menus différents liés aux destinations et conçus par trois chefs étoilés, en revoyant entièrement notre gamme d’excursions et en renouvelant notre logo. Sans oublier l’une de nos priorités, à savoir le développement durable.”

Les nouveautés en matière de gastronomie

En matière de gastronomie, Costa s’est appuyé sur les compétences de trois grands chefs de renommée internationale : Bruno Barbieri, Hélène Darroze et Ángel León. Ce trio exceptionnel de chefs étoilés est parti en quête de recettes locales authentiques dans les lieux visités par les navires de Costa, puis les a réinterprétées avec son savoir-faire. Pour tirer le meilleur parti de ce parcours gourmand, Costa Croisières propose deux grandes nouveautés pour ses clients : le restaurant Archipelago et le Destination Dish.

Archipelago : un restaurant de chefs étoilés à bord du Costa Smeralda

Le nouveau restaurant Archipelago, disponible sur le Costa Smeralda et bientôt sur d’autres navires de la flotte, propose une expérience gastronomique véritablement unique, avec trois menus au choix, un pour chaque chef.  Les menus sont composés de 5 plats raffinés, conçus comme une évocation de la mer sur laquelle vogue le navire. Le concept et le design du restaurant sont également totalement innovants. Pour créer une ambiance intimiste, Archipelago est composé de tables qui sont autant d’ « îlots » bordés par une structure en cuivre qui accueille des pièces uniques de « bois flotté », des installations faites de bois ramené de la mer.

Conformément à l’engagement et aux valeurs de Costa Croisières, le restaurant Archipelago a été conçu en accordant une attention toute particulière à la question du développement durable. Les menus des chefs ont été élaborés avec soin dans le choix des matières premières, issues principalement de producteurs locaux, et dans leur traitement, pour éviter le gaspillage alimentaire. Ce n’est pas tout. L’ameublement et le concept du restaurant font également du développement durable un élément clé. Le bois flotté qui orne les îlots a été récupéré grâce à l’action des “Gardiens de la Côte”, le programme d’éducation à l’environnement pour la sauvegarde du littoral italien soutenu par la Costa Crociere Foundation. En outre, Costa Croisières reversera une partie des recettes de chaque dîner à l’Archipelago à la Fondation Costa Croisières pour soutenir ses projets environnementaux.

Hélène Darroze

Hélène Darroze : « L’approche durable, le respect des saisons, le respect du terroir, ce sont des éléments qui font désormais complètement partie de mon travail. Avec ma famille, j’ai appris à travailler avec les produits du terroir et les produits de saison. Il n’y avait pas d’autres façons de travailler et aujourd’hui je le fais encore plus qu’avant parce que je pense que nous avons une vraie responsabilité, tout d’abord pour respecter l’équilibre naturel et environnemental, mais aussi parce qu’en tant que chefs, nous devons servir d’exemple aux autres. En ce sens, je pense que Costa partage vraiment ces valeurs avec moi. Avec Archipelago, c’est la première fois que je travaille dans un restaurant avec deux autres chefs et j’ai la chance de travailler avec deux grands chefs internationaux comme Bruno et Ángel qui ont deux cultures très différentes de la mienne, même si nous faisons le même travail et qu’au final nous communiquons le même message : faire vivre aux gens des expériences agréables. Archipelago est un restaurant unique qui combine trois univers et trois cuisines totalement différentes, dans cet espace de liberté que représente le voyage en mer. Je trouve ça formidable”.

La proposition d’Hélène Darroze pour la Méditerranée orientale :

  • Poulpe rôti aux épices grecques, houmous, crème de poivre de piquillo, sauce verte
  • Soupe froide de pois à la menthe, brocciu corse, pétales de prosciutto doux, sarrasin grillé.
  • Joue de bœuf confite aux olives de Kalamata, tomates séchées, filangé de citron salé, polenta croustillante au parmesan et sa propre sauce.
  • Homard bleu cuit à basse température au beurre de crustacés, bonbons de gnocchi de pommes de terre et de chicorée, citrons confits à la marocaine, beurre blanc au poivre du Timut
  • Feuilles de pâte phyllo croustillantes au beurre de café, mousse au chocolat parfumée à la coriandre, praliné aux amandes

Pour la Méditerranée occidentale, Bruno Barbieri a imaginé le menu suivant :

  • Courgette à la scapece à l’ail et à la menthe, beignets de Saint-Jacques et sauce aïoli.
  • Graminia al torchio avec aubergines braisées, huile d’origan, friture de saucisses, poudre de pecorino et œufs râpés
  • Salade de homard aux pêches acidulées, oignon de Tropea, pancotto, huile aux herbes et petits légumes au vinaigre de framboise
  • Côtelettes d’agneau au parfum de barbecue, sauce rôtie, petits légumes de vichy et truffe noire
  • Ristretto de lait au caramel dans une sauce presque brûlée, salade de framboises, menthe et balsamique

Qui dit compagnie italienne et escales italiennes, dit… on teste le menu de Bruno Barbieri. Les plats sont beaux et bons, un délice aux saveurs raffinées.

Toujours pour la Méditerranée occidentale, Ángel León a élaboré le menu suivant :

  • Pain soufflé au plancton, beurre au plancton et notre jambon marin
  • Crème sertie d’oursins, bourgeons d’oursins assaisonnés, hollandaise de plancton et crème fraîche aux agrumes.
  • Raviolis de calamars fourrés au ragoût de calamar, bouillon de ragoût de calamar et pomme de terre
  • Riz crémeux de seiche, plancton hydraté et riz soufflé
  • Crème fouettée au biscuit, mousse de lait frais et cacao

Le Destination Dish, un plat de grand chef inspiré par les escales au menu pour tous les passagers

Les Destination Dishes sont des plats créés par les trois chefs, qui interprètent les traditions et les saveurs du lieu que les passagers visiteront le jour suivant. Ils sont disponibles dans les restaurants principaux de tous les navires Costa et sont inclus dans le prix de la croisière. Cette nouveauté était attendue tant il est agréable de pouvoir découvrir les saveurs locales lors de voyages. Là, avec en plus la touche des chefs étoilés, c’est vraiment la carte du raffinement qui est jouée par Costa. Une réussite !

Les desserts avant-gardistes de Riccardo Bellaera

Riccardo Bellaera

Le Chef patissier Riccardo Bellaera a été choisi par Iginio Massari parmi les 20 spécialistes d’avant-garde en pâtisserie internationale. Dans la recette de sa vie et de ses passions, on retrouve la Sicile, l’heureuse rencontre avec un maître, la créativité, la passion qui marie les études, le savoir-faire et l’envie de ne jamais s’arrêter.

« Pour notre nouvelle ligne de desserts, nous n’utilisons que des matières premières de provenance italienne. Les desserts sont présentés de manière créative, mais l’objectif est toujours d’atteindre un équilibre parfait entre la partie croquante, la moelleuse et la partie acide. En goûtant un dessert, nous devons immédiatement sentir tout ce qu’il contient, tous les goûts doivent être en harmonie. »

Parmi les desserts que j’ai pu déguster : Arabica, Smeraldo ou encore Choco-Mango. Sous une coque de chocolat croquante et entourée d’une décoration aux touches fruitées, on trouve une crème raffinée. Des desserts à la carte du menu des restaurants principaux qu’il faut absolument goûter.

De nouvelles excursions inédites

En matière d’excursions, la compagnie a repensé son offre pour explorer des trésors cachés, peu fréquentés que seuls les habitants de la région connaissent bien : petits villages, plages moins touristiques et tous ces endroits inattendus hors des circuits traditionnels. De plus, les itinéraires de la flotte ont été conçus pour proposer des escales les plus longues, en offrant aux passagers une journée entière pour découvrir chaque destination et profiter au maximum de la croisière. Les excursions deviennent ainsi de véritables expériences au cœur de chaque lieu, pour apprécier les traditions, les saveurs et les couleurs les plus authentiques.

J’ai testé l’excursion Super Barcelona pour visiter Barcelone comme un Barcelonais

C’est une visite comme la ferait un Barcelonais qui cherche à en savoir plus sur le patrimoine tant architectural que gastronomique qui m’a été proposée. Le tout avec un petit groupe d’une quinzaine de personnes, un guide intarissable sur la destination, Julio, et surtout sur un site qui n’est pas surfréquenté par les touristes.

Nous quittons le port en autocar et nous nous dirigeons vers le quartier de l’Eixample, où nous commençons notre excursion par la visite d’un extraordinaire site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO : l’Hôpital de la Santa Creu i Sant Pau, un complexe de bâtiments majestueux reliés par des passages souterrains et de beaux jardins contenant de nombreuses sculptures aux détails symboliques. C’est l’une des merveilles les plus insolites et les moins connues de Barcelone, l’œuvre de l’architecte Domènech i Montaner.

Le site est monumental, c’est impressionnant et magnifique de s’imaginer une architecture pareille pour un hôpital. Bien sûr il n’est plus en service aujourd’hui et sa visite loin des sites les plus touristiques est vraiment très agréable. On se sent tellement privilégié d’avoir l’opportunité de découvrir un endroit tel que celui-ci.

Nous continuons jusqu’à la Sagrada Familia, dont nous admirons les façades, les portails et les tours depuis l’extérieur. L’ampleur du projet et son style distinctif ont fait de l’œuvre inachevée de Gaudi la plus emblématique de la ville. Après une pause dans un bar pour prendre un rafraîchissement, nous rejoignons la Casa Mia pour un arrêt photo à pied.

Nous reprenons le car pour rejoindre le restaurant où nous allons déjeuner. Patròn est un restaurant typique à la décoration maritime qui vous transporte comme si vous étiez sur un vieux navire. Dans de petites alcôves qui ressemblent à des cabines, on trouve de petites salles de restauration privatives. Nous y dégustons des spécialités de la cuisine ibérique. Parmi les tapas servies en assiettes individuelles : patatas bravas, ensaladilla rusa, croquetas, buñuelos, pulpo… et en dessert une délicieuse crème catalane. Ici il est de coutume de grignoter et partager à l’espagnol. On dit « para compartir ». C’est l’occasion idéale pour tester avec délice les saveurs locales. C’est vraiment un grand changement et c’est très appréciable et ce d’autant que la qualité est au rendez-vous.

Notre prochaine destination : la Casa Vicens, la première œuvre majeure commandée à Gaudí. Déclaré patrimoine mondial de l’UNESCO en 2005, le bâtiment moderniste harmonise des éléments gothiques, méditerranéens et islamiques, exprimant le style immature mais déjà unique de l’artiste, qui recherchait « un gothique plein de lumière, utilisant la couleur ; un gothique mi-marin, mi-continental ».

Cette excursion d’une journée était vraiment riche et exceptionnelle. Les sites sont vraiment des perles pour découvrir la ville autrement que dans les excursions classiques.

Autres exemples de nouvelles excursions Costa

  • Barcelone : Une journée entière dans l’univers de Salvador Dali, au départ de Barcelone, pour visiter le musée consacré à l’artiste, suivie d’une visite de sa maison dans la baie de Port Lligat Bay, réservée à de petits groupes. Puis temps libre à Cadàques, un endroit idéal pour déguster d’excellents poissons et de nombreuses spécialités catalanes.
  • Marseille : une expérience exclusive en petits groupes à Aix-en-Provence pour découvrir les lieux qui ont inspiré les peintures de Paul Cézanne, une découverte de sites insolites qui retrace la vie de l’artiste en présence d’un photographe qui mènera les visiteurs le long des mystérieux « C » dorés sur les trottoirs, puis vers la montagne Saint-Victoire, si chère au peintre.
  • Dubaï : les souks de l’or et celui des épices, l’ascension de la Burj Khalifa, le spectacle des jets d’eau au pied de la tour qui atteignent une hauteur équivalente à un immeuble de 50 étages, et le Mall of the Emirates, un centre commercial doté d’une piste de ski longue de 400 mètres. Tout cela en un jour et demi. Autre possibilité, toujours à Dubaï, un « voyage dans le voyage », pour visiter l’Expo 2020, la première exposition universelle organisée au Moyen-Orient. Une expérience artistique et culturelle riche en saveurs et traditions du monde entier, avec 192 pavillons, des spectacles en plein air et des attractions incroyables. Parmi les curiosités à ne pas manquer, le pavillon italien, dont Costa Croisières est l’un des sponsors.
  • Cagliari : une journée entière à la plage de Tuerredda, entre Capo Spartivento et Capo Malfatano. Au menu : sable blanc, eau turquoise et kiosques offrant tout le confort nécessaire.
  • Ibiza : une visite du meilleur de Formentera en deux étapes : la baie d’Es Pujols et la plage de Mitjorn.
  • Santorin : navigation en catamaran autour de l’île de Santorin pour admirer les couleurs incroyables de la mer aux sources chaudes de Palea Kameni. Les passagers pourront également faire de la plongée libre sous le château d’Agios Nikolaos à Oia pour observer la faune marine et profiter d’une collation de souvlaki, le kebab grec.
  • Stavanger : journée de trekking en Norvège pour découvrir Preikestolen, la vertigineuse « chaire de roche » qui tombe à pic dans le Lysefjord, à 604 mètres audessus du niveau de la mer.
  • Saint-Pétersbourg : deux jours complets avec un guide spécialisé dans l’histoire russe pour découvrir les splendeurs artistiques et historiques avec notamment le palais de Catherine, un déjeuner typiquement russe, l’Ermitage, le palais de Peterhof.

Et bien plus encore !

De nouveaux divertissements plus dynamiques

Pour compléter toutes ses nouveautés, Costa annonce également du changement en matière de divertissement. Au programme des spectacles avec des artistes complets qui transmettront de l’émotion mais aussi des sensations fortes et de l’humour.

Sur quels paquebots retrouver la nouvelle offre Costa ?

Les nouveautés Costa vont s’étendre petit à petit sur la flotte des navires de la compagnie. Elles sont d’ailleurs déjà disponibles sur les paquebots actuellement en service : le Costa Smeralda et le Costa Firenze, qui proposent des croisières d’une semaine en Méditerranée occidentale ; le Costa Luminosa et le Costa Deliziosa, qui proposent des croisières d’une semaine en Méditerranée orientale ; et le Costa Diadema, qui effectue des croisières de 10 jours en Espagne et au Portugal.

Des navires pionniers en matière d’innovations durables

Les grandes nouveautés Costa seront proposées à bord de navires pionniers en matière d’innovations durables. Par exemple, le Costa Smeralda, qui sera rejoint à partir de mars 2022 par son navire-jumeau, le Costa Toscana, fonctionne au GNL (gaz naturel liquéfié), la technologie qui garantit les meilleures performances environnementales dans le secteur maritime.

Dans la ligne du « Manifeste pour un tourisme de valeur, durable et inclusif« , l’engagement de Costa Croisières à se développer avec les communautés locales figure en bonne place et la nouvelle offre d’excursions proposée par la compagnie a d’ailleurs été conçue précisément pour mettre en valeur les atouts spécifiques de chaque destination. Le restaurant Archipelago intègre également la dimension du développement durable. Les menus des chefs sont élaborés en accordant une grande attention au choix des matières premières, provenant principalement de producteurs locaux, et à leur traitement, dans le but d’éviter le gaspillage alimentaire. Et ce n’est pas tout. Le bois flotté qui sert à meubler les îlots du restaurant a été récupéré grâce aux “Gardiens de la Côte”, le programme d’éducation à l’environnement pour la sauvegarde du littoral italien soutenu par la Fondation Costa Croisières. La compagnie reversera d’ailleurs une partie des recettes de chaque dîner à l’Archipelago à la Fondation Costa Croisières pour soutenir ses projets environnementaux et sociaux.

Le développement durable s’étend désormais au-delà du navire. En effet, les nouvelles excursions proposées sont l’occasion de découvrir des sites exceptionnels, hors des sentiers battus, moins fréquentés par les touristes alors qu’ils sont pourtant des trésors pour les locaux. Ces nouvelles découvertes patrimoniales contribuent également à désengorger les grandes villes du tourisme de masse en disséminant le voyageur en petits groupes vers des trésors qui en valent vraiment la peine.

Costa : nouveau concept de croisières, nouveau logo

Le nouveau « C » réunit deux motifs différents qui représentent : la terre, en jaune dans la partie inférieure du logo, et la mer, en bleu dans la partie supérieure, réunies dans une même expérience grâce aux croisières Costa. Le logo illustre l’idée du voyage comme moyen d’unir et d’intégrer les cultures, et de favoriser une croissance constante grâce à l’enrichissement apporté par des expériences de croisières uniques. La lettre « C » symbolise et résume l’essence même du nouveau Costa, des croisières qui, comme jamais auparavant, soulignent le caractère unique de chaque destination locale, en amenant les passagers au cœur de chaque lieu et en révélant ses traditions authentiques.

Francesco Muglia - Costa Croisieres

Francesco Muglia, vice-président du marketing mondial de Costa Cruises : « Le nouveau positionnement de la marque opère une profonde transformation pour Costa, qui concerne également la manière de communiquer. L’élément le plus flagrant est le nouveau logo. Il ne renonce pas aux valeurs historiques et aux traditions de l’entreprise, mais il se développe de manière contemporaine et innovante ».

L’histoire du « C » emblématique de Costa Croisières

Le « C » bleu a été utilisé pour distinguer la marque depuis les débuts de Costa Croisières en 1948, lorsque la compagnie a décidé de se concentrer sur le transport de passagers sur les routes transatlantiques et que la célèbre « Linea C » a vu le jour. Mais la palette de couleurs est encore plus ancienne, puisqu’elle remonte à la seconde moitié du XIXe siècle : les cheminées jaunes sont inspirées de la couleur de l’huile d’olive, le produit transporté par la compagnie avant qu’elle ne se reconvertisse dans le transport de personnes, tandis que le « C » bleu rappelle la couleur de la mer.

Anna C - Andrea C - Franca C - Linea C - 1955 - Costa Croisieres
1955

Sur la cheminée du premier navire de la flotte, l' »Anna C », parti de Gênes le 31 mars 1948, le « C » était entouré de deux guillemets. Le logo figurait également sur les premières brochures et affiches publicitaires des services de ligne entre l’Europe et l’Amérique. Depuis lors, les éléments graphiques utilisés dans le logo ont évolué pour refléter les différentes phases de l’histoire de l’entreprise, mais le motif central – le « C » – n’a jamais été abandonné. Le premier changement intervient en 1958, lorsque le profil du « Federico C » est ajouté au logo. Le choix de ce navire n’est pas fortuit : lancé au chantier naval de Sestri Ponente à Gênes le 31 mars 1957, le « Federico C » est le premier navire conçu et construit spécialement pour Costa. Pionnier pour l’époque, ce navire marque l’avènement du « style Costa ».

En 1980, la marque apparaît dans un double cadre bleu, aux angles adoucis pour conserver l’impression de rondeur ; un drapeau jaune est ajouté pour souligner le profil du navire blanc et faire ressortir le mot « Crociere » (Croisières), utilisé pour la première fois dans le logo, confirmant ainsi que la compagnie a complètement abandonné ses services de ligne et se concentre désormais sur les croisières.

Costa Mediterranea - Cheminée

“Costa Crociere S.p.A.” a été officiellement lancée en 1986, mais ce n’est qu’en 1994, lors de la modernisation et de l’expansion de la compagnie, que Piero De Macchi a procédé à une refonte complète du logo : les guillemets et le cadre ont disparu et la lettre bleue « C » est apparue sur l’une des trois cheminées jaunes, caractéristiques des tout nouveaux navires qui avaient rejoint la flotte.

En 1999, Costa a entrepris une réanalyse de l’ensemble de son identité d’entreprise et une révision en profondeur : le logo avait besoin de retrouver dynamisme et modernité pour refléter les changements majeurs et l’importante croissance internationale que l’entreprise connaissait à l’époque. C’est ainsi qu’est née la dernière version de la marque, dans laquelle les cheminées stylisées sont enlacées par la lettre « C » et où le nouveau logo « Costa » frappe par son dynamisme et son animation, tout en étant fort et reconnaissable, et parfaitement adapté aux marchés du monde entier.

L’équipe dirigeante de Costa Crociere sur le pont

Pour présenter toutes ces nouveautés Costa, la direction de Costa Crociere et les équipes de différents pays étaient sur le pont. Le 3 octobre 2021, un événement spécial s’est tenu entre Marseille et Barcelone à bord du Costa Smeralda. Une occasion unique pour les agents de voyages présents à bord de découvrir concrètement la nouvelle façon de voyager avec Costa et que les passagers ont également pu expérimenter.

Pour en savoir plus sur les nouveautés proposées, Escale Croisière a interrogé Raffaele D’Ambrosio, Directeur Général France & Vice-Président de Costa Croisières

Avec toutes ces nouveautés, les passagers vont pouvoir voyager autrement. Si la compagnie propose toute l’année des itinéraires parfois déjà connus de ses fidèles clients, avec le nouveau programme d’excursions, ceux qui le souhaitent pourront visiter les grands classiques de la destination et ceux qui les connaissent déjà pourront découvrir des trésors méconnus. Ils pourront également explorer la destination autrement avec des spécialistes : vulcanologues, œnologues, biologistes marins, photographes, archéologues… Pour en avoir fait l’expérience, c’est vraiment l’occasion de faire une croisière différente.

Pour ce qui est de la restauration, la dégustation de plats inspirés par les destinations, réinterprétés par de grands chefs que ce soit au menu des restaurants principaux du navire ou à l’occasion d’un dîner dans le restaurant de spécialité Archipelago est vraiment un plus.

Avec ces changements Costa a pris un nouveau virage plus qualitatif qui permettra aux habitués de voyager différemment et aux nouveaux croisiéristes de découvrir une croisière qui explore les destinations. Tous ne pourront qu’apprécier la dimension durable de la compagnie qui continue de se développer avec des navires plus respectueux de l’environnement pour découvrir les destinations de manière inédites.

ARTICLE PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION 

Journal de bord : croisière sur le MSC Seaside en Italie

MSC Seaside

Partir dans une bulle de sécurité sanitaire ça sonne plutôt bien quand on veut voyager sereinement. Trop longtemps les distances ont été restreintes par la crise sanitaire. Depuis que le port de Marseille a permis la reprise des croisières vers l’Italie, les français voient leurs perspectives de voyages s’ouvrir. Avec le MSC Seaside, c’est l’avantage d’embarquer sur un navire particulièrement tourné vers la mer : grands espaces extérieurs, restaurants avec terrasses… En ce qui concerne les escales en Méditerranée, il y a plusieurs nouveautés avec Syracuse et Tarente ce qui permet de faire de nouvelles découvertes.

  • Jour 1 – Marseille
  • Jour 2 – En Mer
  • Jour 3 – Syracuse
  • Jour 4 – Tarente
  • Jour 5 – En mer
  • Jour 6 – Civitavecchia / Rome
  • Jour 7 – Gênes
  • Jour 8 – Marseille

Voyager dans la bulle MSC Croisières ça se passe comment ?

Pour moi, partir dans cette bulle de sécurité sanitaire c’est comme entrer dans un cocon où je n’aurais à me préoccuper de rien, où je passerais un moment agréable à être chouchoutée en me laissant vivre sans stress. En résumé, passer de bonnes vacances et voir du pays. Bien sûr ça se prépare un peu : se renseigner sur les formalités, les packages proposés… pour, une fois sur place, n’avoir qu’à en profiter le plus possible. Avant le départ, je consulte donc le site MSC Croisières ou je me renseigne auprès de mon agence de voyage.

Que faut-il savoir pour partir ?

Les formalités

Tout d’abord, on peut partir que l’on soit vacciné ou non. Pour cela, il faut juste présenter un pass sanitaire européen : preuve de vaccination contre la Covid-19 ou test PCR négatif en respectant les délais indiqués dans la politique MSC Croisières. Comme les mesures et réglementations évoluent selon le contexte sanitaire, le mieux est de consulter régulièrement le site de MSC Croisières qui donne toutes les informations à savoir absolument ainsi que tous les délais à respecter et documents à fournir. Une assurance doit être souscrite à la réservation. MSC Croisières s’est associée à Europ Assistance pour mettre en place un plan de protection COVID-19 avec une assurance spéciale au prix de 25€/personne pour les croisières en Méditerranée et en Europe du Nord (29€ pour les autres zones géographiques). Elle permet de couvrir les passagers avant, pendant et après la croisière. Votre agence de voyage saura également vous conseiller sur ces points indispensables.

De notre côté, nous sommes vaccinés et pour ce départ, nous n’avons donc pas à fournir de résultats de test PCR négatif en plus de notre preuve de vaccination ce qui est plutôt pratique et facilitateur. Au demeurant, comme tout le monde, nous avons un test antigénique rapide à faire à la gare maritime avant d’embarquer. Il ne faut pas oublier que même vacciné, on peut être porteur du virus et donc être positif. En cas de doute, pour être rassuré, faire un test avant le départ peut être utile. Un test antigénique rapide sera également pratiqué en milieu de croisière, seules les personnes non vaccinées sont concernées par ce test (situation en date du 18 juillet 2021).

MSC Seaside

Les packages

MSC For me

Pour ne se soucier de rien sur place MSC a tout prévu. On trouve disponible à la réservation des packages pour les boissons, les loisirs (fun pass pour le ciné XD, le bowling…), les excursions… Bien sûr on peut aussi le faire sur place. D’ailleurs, je recommande vivement de télécharger l’application mobile MSC for me car elle permet de tout gérer sans interaction physique avec qui que ce soit : réservations, journal de bord, agenda, menus… En fait tout est fait pour simplifier la vie.

Concernant les excursions il est indispensable de savoir qu’on ne peut pas descendre à terre sans prendre une excursion. La compagnie est très claire et très transparente sur le sujet, la sécurité sanitaire est à ce prix. La compagnie propose d’ailleurs un package très intéressant à 100€ pour 3 excursions avec 4 à 5 possibilités différentes par escale : lire l’article ici pour en savoir plus. Ce package n’est disponible qu’en amont de la croisière, une fois sur place les offres au bureau des excursions sont différentes.

Afin d’avoir les excursions que nous souhaitions faire, nous les avons réservées à l’avance. En effet, beaucoup sont très demandées et nous ne voulions pas être déçus en nous retrouvant sur place avec l’une d’elle complète ou dans une autre langue.

Le billet de croisière électronique, le sésame pour un embarquement fluide

Quelques jours avant le départ, on reçoit le « billet de croisière » électronique par e-mail. Tout y est inscrit : numéro de cabine, réservations d’excursions, packages boissons, assurance… Il y a également le formulaire d’embarquement à vérifier (comme c’est le cas habituellement) et un questionnaire de santé à remplir (il s’agit d’une déclaration sur l’honneur qui atteste qu’aucun symptôme n’a été constaté dans les 6 heures précédant le départ). Mais SURTOUT on y trouve l’horaire d’enregistrement. Ce point est très important pour optimiser le temps d’attente à la gare maritime.

Embarquement immédiat à bord du MSC Seaside

Jour 1 – Marseille

Notre heure d’enregistrement est arrivée. Au terminal croisière tout est très bien organisé :

  • Prise de température à l’entrée au terminal.
  • Première zone pour le check-in et la dépose des bagages.
  • Deuxième zone pour le test antigénique rapide. Une fois le test réalisé les passagers attendent par petits groupes les résultats. Des bouteilles d’eau sont à disposition. Les passagers voyageant en Yacht Club attendent dans un salon VIP avec des majordomes pour le service.
  • Une fois le résultat du test antigénique négatif obtenu, le check-in est finalisé pour récupérer la carte de cabine afin d’embarquer

Le protocole sanitaire mis en place au terminal croisière pour la reprise des itinéraires depuis Marseille a été élaboré en collaboration avec la Préfecture des Bouches-du-Rhône, le Bataillon des marins-pompiers de Marseille et l’Agence Régionale de Santé de PACA.

Nous sommes 1100 passagers à embarquer à Marseille, autant que les étés d’avant COVID-19, c’est dire le succès de l’itinéraire. Les embarquements sont possibles à toutes les escales. Le navire peut accueillir un peu moins de 5200 passagers mais il n’est rempli qu’à 70%. Une jauge que la compagnie s’est imposée pour assurer son protocole sanitaire strict.

Bienvenue à bord du MSC Seaside

Dans l’Atrium, le DJ aux platines donne le ton des vacances. Il va y avoir de l’ambiance. Une annonce indique déjà que les cabines seront prêtes pour 12h30. Nous allons donc découvrir notre cabine.

Profitons-en pour parler un peu des ascenseurs révolutionnaires du MSC Seaside. On sélectionne l’étage souhaité sur un écran tactile situé à l’extérieur puis un indicateur vocal (+ clignotement lumineux pour les malentendants) précise devant quelle cabine d’ascenseur attendre. Une fois à l’intérieur, il n’y a rien à faire, l’ascenseur optimise le trajet et vous dépose à l’étage souhaité. A l’extérieur, du gel désinfectant invite à se laver les mains avant de sélectionner son étage et le nombre de personne est limité. Si les passagers ne respectent pas toujours cette consigne, le personnel reste intransigeant sur ce point tout en étant très poli pour le préciser en cas « d’étourderie ».

En cabine, tout est fait pour rassurer sur l’hygiène. Sur le bureau on trouve une enveloppe avec des masques, une autre pour la télécommande désinfectée et un document qui reprend tous les pictogrammes présents à bords afin de respecter la distanciation compte tenu du contexte (pas plus pas moins qu’à terre).

A bord l’équipage est vacciné et porte un masque plus une visière. MSC Croisières fait bien les choses pour rassurer les passagers comme l’équipage. Voici quelques exemples de signalétiques dans les bars et salons :

Côté passagers, il faut le souligner, si le masque n’est pas obligatoire en extérieur, beaucoup le portent par respect pour soi et les autres lorsqu’ils se déplacent. Le signe que ces gestes simples font désormais partis de nos nouvelles habitudes. Nous prenons un verre au bar puis vient l’heure de déjeuner au Biscayne Bay Buffet. Nettoyage des mains à l’entrée, prise de température, on nous remet ensuite un plateau et des couverts puis chacun peut aller chercher des assiettes préparées à l’avance au buffet et/ou se faire servir par l’équipage. Non seulement c’est plus hygiénique qu’avant mais cela évite aussi le gaspillage ce qui très bien. Le buffet reste bien sûr à volonté. Il y a suffisamment de stands disponibles et il n’y a pas d’attente pour le service.

15h – Exercice de sécurité obligatoire. Pour éviter de se retrouver tous en même temps pour assister aux consignes. C’est sur la télévision de la cabine qu’elles sont expliquées. Il faut ensuite saisir un code sur le téléphone afin d’indiquer qu’on a bien assisté à la présentation puis il faut se rendre au point de rassemblement pour scanner la carte de cabine.

16h – Le MSC Seaside largue les amarres direction Syracuse. Le commandant Marco Massa nous donne quelques informations en français sur la navigation : nous passerons entre les Îles du Frioul et l’Île du Planier. Dans 3 heures nous passerons au large de Toulon. Notre vitesse de croisière sera en moyenne de 17,5 nœuds (32 Km/h). La navigation scénique est magnifique depuis le port phocéen et nous verrons même quelques dauphins escorter le navire.

MSC Seaside - Bridge of Sight

Sur les ponts extérieurs la vie d’avant a repris comme si de rien n’était : les enfants s’éclatent plus que jamais dans le parc aquatique ou sur le parcours aérien qui le surplombe et les toboggans offrent des glissades à sensation à toute la famille. Les adultes font le plein de soleil sur les transats. On se rafraîchit en piscine… D’ailleurs, nouveauté à souligner, la piscine du South Beach Club est cet été réservée aux adultes. Chacun y trouve donc son compte.

Piscine réservée aux adultes cet été : South Beach Pool

18h30 – Alors que les passagers commencent à s’apprêter pour aller prendre un apéritif dans l’un des nombreux bars du navire, nous nous retrouvons seuls à profiter de la baignade dans la piscine du South Beach Club. Si, si, c’est possible !

19h45 – Dîner au restaurant Seashore. Le service y est toujours aussi impeccable et le personnel attentionné.

21h30 – Grâce à l’application MSC for me j’ai réservé 2 places au théâtre. Bien sûr les spectacles restent gratuits mais la compagnie a ajouté plus de représentations afin de respecter la distanciation dans la salle. Nous assistons au spectacle Fly qui revisite des chansons connues avec danses, acrobaties. Les artistes sont talentueux. Et ce retour dans une vraie salle de spectacle fait oublier que nous sommes pourtant tous masqués. À la fin du show, l’équipe d’animation fait sortir avec humour les rangées par petits groupes pour respecter le protocole.

À la sortie, le shopping va bon train dans les boutiques. Il est pourtant plus de 22h et avec la jauge dans les boutiques on a l’impression que chacun peut faire son shopping en privé. C’est vraiment agréable. Toute la soirée, les concerts live s’enchaînent dans les bars et dans l’Atrium.

Jour 2 – En mer

Durant cette journée de navigation, le MSC Seaside va maintenir une vitesse moyenne de 18 nœuds (33 Km/h) pour parcourir les 652 milles qui séparent le port de Marseille de celui de Syracuse. Aux premières lueurs de l’aube nous traversons les Bouches de Bonifacio, détroit maritime qui sépare la Sardaigne de la Corse.

9h45 – Après le petit déjeuner, la vie est douce au Yacht Club. Musique lounge pour la détente. La piscine est peu fréquentée. Une bonne journée en mer s’annonce. Comme partout à bord, les jacuzzis sont limités à 2 personnes ou aux membres d’une même famille, ce qui est plus agréable et hygiénique quel que soit le contexte.

MSC Seaside - Yacht Club

13h – Déjeuner au buffet. En fait, il y a tellement d’options possibles qu’il n’y a aucune attente nulle part.

L’après-midi file entre séances de bronzette et baignades. Sur l’application MSC for me, on peut consulter tout le programme des activités proposées et il y en a pour tous les goûts : cours de danse, gym, salle de sport, quizz…

Après le dîner, le commandant Marco Massa présente son équipage et souhaite la bienvenue aux passagers au théâtre.

J’ai réservé deux places pour aller au spectacle Peter Punk, un show vraiment très beau. Une comédie musicale d’un nouveau genre où chanteurs, danseurs et acrobates talentueux réalisent de belles performances dans un décor féerique où les pirates et les fées émerveillent petits et grands. Après le spectacle : shopping, concerts et soirée au bar s’enchaînent.

23h – Nous passerons entre les îles Éoliennes et l’île du Stromboli. Peu de passagers viennent observer le spectacle de la nature pourtant annoncé par le commandant Massa dans la journée. A plusieurs reprises, nous avons pourtant la chance d’assister à de belles éruptions. En pleine nuit, cela reste un instant magique qu’il ne faut pas manquer.

éruption Stromboli

Environ une heure plus tard, nous embarquons le pilote qui nous assiste tout au long de la navigation dans le pittoresque détroit de Messine entre le cap Peloro et la ville de Scilla. Une fois le pilote débarqué, nous poursuivons la navigation vers le port de Syracuse.

Jour 3 – Syracuse

Pendant la nuit, nous passons au large des côtes de la Sicile avec successivement sur tribord les lumières des villes de Taormina vers 3h35, Catane vers 4h35 et la baie d’Augusta vers 5h35. Vers 6h15 nous embarquons le pilote qui nous assiste pendant la manœuvre dans la baie de Syracuse.

Nous assistons à l’arrivée du navire depuis le pont supérieur. La côte déchiquetée et quelques falaises offrent déjà de belles vues. Nous accostons dans la ville fortifiée à 7h. Au loin sur les hauteurs, on aperçoit l’Etna.

Bienvenue en Sicile ! Entourée d’eaux cristallines, cette terre accueillante conserve les vestiges de civilisations anciennes. Les excursions proposées permettent de visiter le cœur du baroque sicilien et suivre la piste du « Commissaire Montalbano », le célèbre personnage créé par l’écrivain Andrea Camilleri. On peut également visiter le centre historique de Raguse, à la découverte de ses nombreuses églises et autres vestiges du passé, admirer les villages byzantins dans la région de Chiafura… Certains se rendront au parc archéologique de Syracuse pour admirer les vestiges des époques gréco-romaines, comme le théâtre grec datant du Ve siècle, où le dramaturge Eschyle fit jouer Les Etnéennes en 476 av. J.-C. ; l’Oreille de Denys, grotte artificielle de 23 mètres de haut ; l’Amphithéâtre romain, creusé dans la roche et qui figure parmi les plus grands d’Italie ; et l’Ara di Ierone, un immense autel qui mesurait initialement 198 mètres de long et 20 mètres de large. Pour notre part, c’est l’île d’Ortigia qui nous livrera ses secrets tant par la mer que lors d’une promenade à pied.

Après le petit déjeuner, nous avons rendez-vous à 8h45 dans un salon pour l’excursion. Les départs sont échelonnés par petits groupes. Chacun attend l’appel de son numéro de groupe dans un salon ou au théâtre. À la sortie du bateau, prise de température puis scan de la cruise card. Ce sera le cas pour chaque départ en excursion.

Excursion « Expérience Ortigia : visite à pied et exploration de grottes marines en bateau »

Ortigia grottes - Syracuse

9h15 – Nous sommes un petit groupe d’une vingtaine de personnes. Notre guide, Beatrice, nous accueille et distribue les audio guides. Une pause pour des achats de boissons et souvenirs et un arrêt aux toilettes est prévu mais elle se fera uniquement là où elle nous l’indiquera afin de garantir la bulle de sécurité sanitaire MSC Croisières. Il faut bien sûr rester groupé. Tout manquement entraîne la fin de la croisière et le débarquement immédiat pour la ou les personnes concernées. Personne n’est surpris car la compagnie et les agences de voyages sont très claires sur ces points, il n’y a donc aucune surprise.

Elle nous guidera toute la matinée à la découverte de l’île d’Ortigia en bateau puis de la vieille ville à pied. De grandes civilisations se sont succédées ici, des Grecs aux Phéniciens en passant par les Romains, Arabes, Byzantins, Normands ou encore Aragonais. Ortigia est une petite île reliée à Syracuse par le pont Umbertino. Nous découvrons les premières grandes bâtisses de la ville qui sont aujourd’hui des hôtels. Les styles vénitien et baroque se mêlent aisément ici.

Nous prenons tout d’abord un petit bateau à fond de verre pour aller découvrir les grottes sous-marines. Alors que nous nous apprêtons à franchir un pont aux arches incroyablement basses. Le capitaine de notre embarcation nous explique qu’il va falloir complètement se recroqueviller dans la coque. Nous nous regardons tous interloqués. C’est parti, attention la tête, tout le monde s’allonge ou se baisse. Le capitaine baisse le taud pare soleil et nous passons effectivement sous l’une des arcades minuscules du pont. Voilà un début de visite avec de l’imprévu, j’adore ! Après quelques minutes nous quittons le port de plaisance. Notre guide nous parle des monuments que l’on voit depuis la mer puis nous entrons dans différentes grottes où l’on peut admirer le corail rose et orangé, les poissons qui passent sous le bateau et l’eau limpide couleur émeraude. Avant de rentrer au port, l’arrêt baignade donne le ton des vacances.

Après une heure en bateau, notre guide nous mène à la découverte de l’île d’Ortigia côté terre. Le bord de mer, la source d’eau douce alimentée par une nappe phréatique située sous l’île et dont on trouve un bassin au niveau de la mer. Plus loin, des papyrus ont même trouvé leur bonheur dans la fontaine d’Aréthuse, une nymphe grecque. La légende raconte que pour échapper au dieu Alphée, la nymphe se jeta dans la mer sur la côte grecque, qui fut transformée en source par la déesse Artémis et qui réapparut ainsi à la surface dans l’île d’Ortigia. Dans l’Antiquité, la monnaie de Syracuse était d’ailleurs frappée de la tête d’Aréthuse entourée de poissons.

En ville on découvre les églises, les maisons aux balcons baroques et la guide ne cesse de nous en apprendre plus sur cette ville chargée d’histoire. Si on y prête attention, on peut voir que la cathédrale repose sur des colonnes qui témoignent de la présence d’un ancien temple grec. Les interstices comblés pour la construction de l’église ont permis de préserver ce haut lieu de l’histoire. Nous passerons rapidement à l’intérieur car un mariage est sur le point d’être célébré. Juste à côté, se trouve l’abbaye de Santa Lucia. Sur la place la guide propose à ceux qui le souhaitent de s’arrêter en terrasse pour prendre un café dans un lieu autorisé par la compagnie. Elle nous recommande aussi quelques spécialités siciliennes comme le cannoli ou encore les granita que l’on mange ici avec de la brioche. Un peu plus loin nous nous arrêtons dans une boutique pour l’achat de souvenirs. A l’extérieur un artiste peint une tête de Maure.

Nous poursuivons ensuite le long du Corso Matteotti, le principal et le plus élégant quartier commerçant de la ville, jusqu’à la Piazza Archimède et sa splendide fontaine de Diane ou Artémis puis vers les ruines du temple d’Apollon.

Cette belle excursion de 4h était l’idéal pour profiter à la fois d’une découverte de la ville et des trésors naturels des grottes d’Ortigia. Sans oublier la baignade qui a été très appréciée. Nous sommes de retour au bateau pour l’heure du déjeuner.

Cet après-midi de détente commence par un massage balinais d’une heure. Ça fait un bien fou de se détendre entre des mains expertes qui dénouent chaque muscle de la tête aux pieds.

Une fois les amarres larguées, vers 18h, le MSC Seaside se dirige vers le nord-est en direction de Tarente située à 237 milles nautiques de Syracuse. Nous profitons des ponts jusqu’au coucher du soleil.

MSC Seaside - ponts

20h30 – Dîner au restaurant de spécialités Ocean Cay. Le package 2 restaurants de spécialités est à 70€ par personne. On peut alors choisir entrée, plat et dessert dans le menu expérience. Si on souhaite un autre plat dans la carte, le tarif des plats passe à 50% ce qui offre beaucoup de possibilités. En dehors du package, le menu expérience à 50€ propose de choisir une entrée (6 choix), un plat (5 choix) un dessert (5 choix). Le repas est vraiment délicieux, les mets sont fins et la présentation très soignée. C’est une expérience vraiment à faire avec un très bon rapport qualité/prix.

Nous profitons d’une soirée dans un bar avec un concert live de chansons françaises. Le navire suit une route nord-est et passe la côte de la Calabre, la partie sud-ouest de l’Italie qui occupe la « pointe » de la botte. Sur bâbord, on peut voir le Cap Spartivento, considéré comme le promontoire sud de la péninsule italienne, Capo Stilo, célèbre pour les vestiges archéologiques de la ville Kaulon et enfin Capo Rizzuto.

Jour 4 – Tarente

Le bateau est en mer et les passagers encore dans leur cabine lorsque je profite d’un petit déjeuner agréable avec pour unique vue le sillage du MSC Seaside traçant sa route vers Tarente.

9h – Le bateau accoste dans le port de Tarente face à la ville fortifiée. Nous sommes dans la région des Pouilles, le talon de la botte italienne !

Tarente

Située sur la côte ionienne au sud de l’Italie, Tarente a été fondée par les Spartiates au VIIIe siècle avant JC. C’était l’une des cités-états les plus importantes de Magna Graecia.

MSC Seaside - Bureau excursion

Au bureau des excursions, on constate qu’il y en a pour tous les goûts. La plage privée de la Marina de Tarente ravira les familles et passagers en quête de détente et bronzette. La visite de la ville avec la cathédrale San Cataldo, une église du Xe siècle de style baroque dédiée à un moine irlandais qui y vécut et y fut enterré. Dans la région des Murge, Ostuni, « la dame blanche » se dresse sur trois collines. C’était une ville gréco-romaine importante au premier siècle. Le pittoresque village médiéval avec ses maisons blanches, ses rues sinueuses et ses ruelles pavées domine les plaines. On y trouve encore un moulin à huile typique et ceux qui choisissent cette excursion peuvent y faire une dégustation d’huile d’olive.

Pour un dépaysement assuré, c’est le paysage du village d’Alberobello qu’il faut aller découvrir. Cela tombe plutôt bien c’est exactement ce que nous recherchions.

Excursion à Alberobello

9h45 – Rendez-vous au théâtre pour l’excursion vers Alberobello (qui signifie le bel arbre).

Dans les cars, l’entrée se fait par la porte centrale afin d’éviter toute action interaction avec le chauffeur. Une fois installés par famille dans le car, chacun conserve sa place pendant toute l’excursion et la place de chacun est notée par le guide de manière à ce qu’en cas de besoin (cas contact) on puisse identifier qui était à proximité de qui.

Nous avons une heure de route jusqu’au village d’Alberobello. Les mesures de la bulle de sécurité sanitaires sont rappelées par notre guide Sylvia. Lors de la visite nous devons rester avec notre petit groupe de 25 personnes et porter le masque dans le car. A l’extérieur, nous pouvons le retirer si la distanciation le permet. Nous ne pourrons pas entrer dans les boutiques, ni faire d’achats de souvenirs.

Arrivés au village, le temps de pauses techniques (toilettes + achat de boissons sur des automates autorisés) et nous commençons la visite du charmant village aux milliers de maisons aux toits si typiques, les trulli. Ces maisons étaient à l’origine construites en pierre calcaire et sans mortier afin de pouvoir être démontées pour ne pas avoir à payer d’impôts sur les nouvelles constructions. Une réglementation imposée par le Royaume de Naples. Les toits coniques permettaient de récolter l’eau de pluie qui était canalisée vers une citerne creusée sous la maison ou sous la cour. Une denrée précieuse dans une région particulièrement aride.

Alberobello

Certains toits sont décorés de symboles et portent parfois au sommet une petite sphère blanche que l’on appelle « pinnacolo ». Il s’agit de la signature des maçons-tailleurs de pierre qui ont construit les trulli.

Le village est magnifique, on se croirait hors du temps. Les trulli les plus anciens datent de la fin du XIVe siècle. Depuis l’axe central, on distingue deux quartiers sur les hauteurs. D’un côté, Monti (les monts) est la partie la plus touristique, de l’autre Aia Piccola (petite aire) est une zone habitée.

Alberobello

Le petit groupe déambule dans les ruelles pour prendre des photos de ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996. Nous entrons par petits groupes dans l’église San Antonio, la seule église au monde construite avec ce toit typique.

Alberobello - Eglise San Antonio

On a vraiment envie de se perdre dans les ruelles pour en découvrir les secrets cachés. Au détour de l’une d’elle dans le quartier de Aia Piccola, une « mama italienne » est ravie de revoir des touristes. Sa maison est ouverte et elle nous invite à aller voir à l’intérieur. Bien sûr la guide refuse et explique que le protocole ne nous y autorise pas. Par contre, sans entrer, nous sommes autorisés à faire des photos depuis le pas de la porte. Une belle rencontre et un souvenir touchant de la visite d’Alberobello.

De retour au bateau, nous déjeunons au buffet puis nous dégustons une délicieuse glace Venchi près de la piscine. La carte est à scanner sur les tables pour faire son choix puis on paie avec sa cruise card. Il y a un grand choix de parfums d’esquimaux maisons, pots et cornets.

L’après-midi passe vite près de la piscine du South Beach Club.

16h30 – Le commandant Marco Massa annonce la suite de la navigation et fait larguer les amarres. Tarente s’éloigne salué à grand renfort de sirènes d’un cargo au mouillage. Le soleil décline, les passagers partent s’habiller pour la soirée, nous voilà seuls à la piscine, un petit bonheur non négligeable avant d’aller dîner.

Après le dîner, nous débutons la soirée avec des concerts live dans les salons puis vers 23h, il est temps de rejoindre la soirée blanche près de la piscine Miami Beach Pool. Le DJ est aux platines et alterne avec un groupe pour une reprise live des plus grand tubes. Ambiance discothèque garantie mais respect autant que possible des gestes barrières. Les passagers sont invités à danser en famille ou entre amis voyageant ensemble autour des tables installées sur le pont. Un concept plutôt bien respecté pour une soirée festive où la sérénité retrouvée fait un bien fou.

Jour 5 – En mer

Pour se reposer de la soirée d’hier, une journée de mer est la bienvenue. Après le petit-déjeuner, le commandant Marco Massa annonce la navigation scénique du jour : le MSC Seaside maintiendra une vitesse moyenne de 15 nœuds. Dans la matinée, vers 8h45, le navire passera Capo Dell’Armi, visible sur tribord et embarquera ensuite le pilote qui fournira une assistance tout au long de la navigation à l’intérieur du magnifique détroit de Messine. Une fois le pilote débarqué, nous poursuivrons notre navigation sur une route nord-ouest, en passant entre les îles Éoliennes et l’île du Stromboli.

Dans le journal de bord, il est précisé que les personnes qui ne sont pas vaccinées doivent se rendre au théâtre pour effectuer un test antigénique rapide gratuit. Les horaires y sont précisés. Les personnes complètement vaccinées (2 doses + délais compris) sont exemptées. Tous les passagers (vaccinés ou non) qui ont besoin d’un certificat de dépistage pour rentrer dans leur pays peuvent en faire la demande. Ce dernier sera facturé 25€ pour le test antigénique et 80€ pour le test PCR.

12h – Pendant l’heure du déjeuner, nous passons le Stromboli coiffé d’un nuage. Il est toujours aussi fascinant.

Stromboli

Cet après-midi chacun profite de la journée de mer pour se reposer sur les nombreux transats, participer aux animations ou encore jouer en famille à l’AquaPark : toboggans, jeux d’eau, ponts suspendus… ou profiter des différentes piscines.

En quête de fraîcheur certains passagers lisent ou prennent un verre dans les salons à l’intérieur du bateau. Les jeux d’arcades, bowling, simulateur de formule 1 et le Casino ont aussi un grand succès.

20h – Le coucher de soleil est magnifique. Quelle bonne idée d’aller au restaurant de spécialités à 20h30. Nous dînons on Butcher’s Cut (qui signifie la pièce du boucher). Ce steak house est réputé pour sa viande fondante et le menu est prometteur. Pour nous ce sera :

  • Œufs à la diable au foie gras
  • Filet mignon de bœuf servis avec un grand choix d’accompagnements et de sauces.
  • Fondant au chocolat

Pour la soirée nous faisons quelques achats dans les boutiques puis ce sera le concert live du groupe féminin No roots trio.

MSC Seaside - Atrium boutiques
MSC Seaside - Concert No Routes Trio

Pendant la nuit, nous passons au large des îles Pontines puis le navire poursuit sa route vers Civitavecchia qui se trouve à 523 milles nautiques de Tarente.

Jour 6 – Civitavecchia / Rome

Vers 6h, nous embarquons le pilote qui nous assiste pendant la manœuvre d’arrivée dans le port de Civitavecchia. Après le petit-déjeuner, nous montons pont 18 pour voir l’arrivée. Célèbre pour son Fort Michel-Ange bâti au XVIe siècle, ses anciens thermes de Trajan et sa fontaine de Vanvitelli en marbre, Civitavecchia est le point de départ de nombreuses excursions avec bien entendu la visite des hauts lieux de Rome, la capitale majestueuse et romantique de l’Italie.

7h45 – Rendez-vous au théâtre pour le départ des excursions.

Excursion Rome et les merveilles du musées du Vatican

8h – Départ du car pour Rome. Des audio guides nous sont distribués pour la visite et les consignes sont rappelées par Sylvia notre accompagnatrice. Après 1h de route nous rejoignons notre guide Luigi à quelques pas du Vatican. Incroyable, la place Saint-Pierre est vide, les touristes sont rares et la lumière idéale pour faire de belles photos.

Rome - Place Saint-Pierre

Le guide propose un arrêt de 15 minutes pour acheter des souvenirs à la boutique autorisée par la compagnie. On peut aussi aller aux toilettes. Les personnes qui n’ont pas pensé à se couvrir les genoux et les épaules peuvent en profiter pour acheter de quoi y remédier. En effet, si l’on peut visiter les musées sans contrainte vestimentaire, il est nécessaire pour hommes et femmes de se couvrir genoux et épaules pour la visite de la chapelle Sixtine. On peut aussi rester faire des photos de la place Saint-Pierre et de la Basilique. Le site est impressionnant et majestueux.

Nous nous dirigeons ensuite vers les musées du Vatican pour une visite de 2 heures durant lesquelles Luigi nous présente les principales galeries et sites remarquables : la galerie des statues et des bustes, les chambres de Raphaël.

La galerie des tapisseries

Cette galerie comporte d’immenses tapisseries dont les couleurs restent incroyables. Elles étaient auparavant disposées dans La Chapelle Sixtine. Au plafond, on peut voir des trompes l’œil d’un réalisme incroyable.

La galerie des cartes géographiques

Cette galerie de 120 mètres présente des fresques de cartes géographiques. L’impressionnant plafond ne sera pas sans rappeler le dôme LED des paquebots MSC Croisières de la classe Meraviglia.

La chapelle Sixtine

Comme il n’est pas autorisé de parler dans La Chapelle Sixtine, c’est dans le jardin où sont disposés des panneaux explicatifs que le guide nous précise ce que nous allons voir. Contrairement au reste du musée, les photos y sont interdites.

C’est LE temps fort le plus attendu de cette excursion. Appareils photos rangés et en silence chacun peut ainsi profiter au mieux du chef d’œuvre de Michel-Ange. 4 ans ont été nécessaires à sa réalisation. C’est ici que les papes sont élus par le conclave. C’est le Pape Jules II qui commanda la décoration de la Chapelle à Michel-Ange en vue d’obtenir la gloire pour le Vatican et pour lui-même. La Chapelle fait 40 mètres de long et 13 mètres de large. Les peintures ont été restaurées récemment ce qui rend la Chapelle d’autant plus majestueuse.

L’escalier de Bramante

Pour quitter la Chapelle et le musée, nous passons par le jardin face à la Pinacothèque. Un peu plus loin, nous empruntons l’escalier en spirale conçu par Giuseppe Momo en 1932. Comme les personnes qui montent ne peuvent pas croiser celles qui descendent, on dit qu’il est à double révolution.

Rome - Musée du Vatican - Escalier Bramante

13h – Nous déjeunons en terrasse dans un restaurant à proximité. Chacun est placé afin que les personnes qui ne voyagent pas ensemble ne soient pas mélangées. Nous reprenons ensuite le car pour un tour panoramique de Rome. Nous longeons le Tibre, passons le long des thermes de Caracalla. Parmi les autres monuments que l’on peut apercevoir : le mur d’Aurélien, la Pyramide, le Circus Maximus, le Colisée… et quelques belles églises. De quoi donner des idées pour une prochaine excursion pour ceux qui ne connaissent pas encore.

Rome - Le Colisée

17h30 – Le commandant annonce le départ ainsi que la route que va prendre le MSC Seaside. Nous larguons les amarres et profitons d’un très beau départ après quoi nous ne tardons pas à aller nous baigner.

MSC Seaside - South Beach Pool

19h – Nous prenons l’apéritif sur le balcon de notre cabine face à la mer puis nous allons dîner. A l’issue du repas, un détour par la chocolaterie Venchi pour déguster glaces et chocolat chaud.

La promenade sur les ponts extérieurs nous permet d’assister à un magnifique lever de lune rousse. Un spectacle magnifique.

MSC Seaside - Miami Beach Pool - Lune rousse
MSC Seaside - Spectacle Show Must Go On

21h30 – Show must go on avec un spectacle de reprises de Freddy Mercury au théâtre. Top !

Le MSC Seaside traverse l’archipel toscan. L’île de Gianutri est ensuite visible à tribord. En fin de soirée, nous passons entre l’île d’Elbe et l’île de Pianosa. Nous poursuivrons notre navigation vers Gênes. La distance entre Civitavecchia et Gênes est de 200 milles nautiques.

Jour 7 – Gênes

Avec son statut de véritable superpuissance de la Méditerranée à la grande époque, Gênes a conservé son surnom, « La Superba » (La Superbe). Elle évoque à elle seule davantage de mystères et d’intrigues que toutes les autres stations du littoral réunies.

8h – Nous sommes à quai. Au pied du bateau, un monument en marbre blanc a été érigé en mémoire des italiens qui ont migré vers l’Amérique du Sud. Sur le grand phare près du port on peut voir le blason de gênes avec une croix rouge sur fond blanc qui est le symbole de San Giorgio le protecteur de la ville.

Parmi les excursions proposées à Gênes, la découverte de la vieille ville, dédale dense de ruelles médiévales accueillant de grands palais bâtis au XVIe et au XVIIe siècle par de riches familles de marchands génois, aujourd’hui transformés en musées et galeries d’art. La cathédrale Saint-Laurent, le Palais des Doges et les palais de la Renaissance de Via Garibaldi, où sont exposés les plus belles collections d’art de Gênes, ainsi que des meubles et pièces de décoration datant de la glorieuse époque de la ville, où ses navires naviguaient aux quatre coins de la mer Méditerranée. L’Aquarium de Gênes fera le plaisir des familles. Avec son allure de paquebot géant, il est le deuxième plus grand aquarium d’Europe en capacité. Il présente de nombreuses espèces et accueille la plus grande reproduction du récif corallien des Caraïbes. Pour ma part, je décide d’aller découvrir le charme de Portofino qui est également au programme.

8h30 – Rendez-vous au théâtre pour l’excursion à Portofino.

Excursion Portofino et les perles de la Riviera Ligurienne

Cette excursion permet de découvrir trois joyaux : Camogli, Portofino et Santa Margherita.

Après un trajet en autocar d’environ 50 minutes, nous arrivons à Camogli. Ce village de pêcheurs typique est célèbre pour son petit port et ses maisons colorées sur le front de mer. Notre guide Paola nous emmène pour une promenade dans le centre historique où nous découvrons ruelles, églises ainsi que de jolies terrasses sur le petit port.

Nous prenons ensuite un bateau pour apprécier la beauté de la côte depuis la mer. Cachée dans une baie accessible uniquement par des sentiers ou par la mer nous passons devant l’abbaye de San Fruttuoso. Cet important lieu de culte catholique surplombe une plage. Sur le côté de nombreux plongeurs sont présents car une statue du Christ a été immergée et on y célèbre souvent des mariages sous-marins et nombreux sont les curieux qui viennent juste voir le monument sous-marin. Le « Christ des Abysses » est une statue de bronze de 2,50 mètres de haut et pèse plus de 250 kg. Il n’est pas sans rappeler le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro.

Abbaye de San Fruttuoso

La promenade en bateau se poursuit jusqu’à Portofino. La guide nous accompagne dans l’exploration de ce magnifique petit village avec ses rues étroites et son front de mer. Située à 35 km au sud de Gênes, le petit port se trouve dans une crique entourée de collines recouvertes de cyprès et d’oliviers.

Portofino

Les milliardaires et célébrités ne s’y sont pas trompés en y amarrant leurs yachts que l’on peut voir à l’entrée du port. Les jolies façades cachent souvent les devantures de grandes marques de luxe. Le village est plutôt calme et on y voit peu de touristes en dehors des excursionnistes de la compagnie. Très prisée des stars, la ville attire par son charme. Sur les hauteurs, on peut voir la luxueuse maison de la famille Pirelli. Nous montons jusqu’à l’église San Giorgio qui domine les deux façades du cap où se trouve Portofino. D’un côté un panorama sur la mer, de l’autre le petit port. Sur l’un des murs extérieurs de l’église on peut lire le nom d’illustres bienfaiteurs de Portofino : Marconi, Piaggio….

Portofino

Après une heure de promenade, nous reprenons le bateau qui nous dépose à Santa Margarita Ligure. La ville est bordée de belles maisons et d’hôtels de luxe. Après une promenade jusqu’au centre-ville pour visiter l’église, nous reprenons le car pour rejoindre Recco pour le déjeuner.

Au restaurant Alfredo, nous prenons un repas typique de la Ligurie. Nous y dégustons la focaccia au fromage spécialité d’Alfredo, suivie de trofie al pesto, des pâtes fines allongées et torsadées originaires de Ligurie. En dessert une panna cotta (crème cuite, en italien) au caramel. Une cuisine simple qui est vraiment un régal.

Restaurant Alfredo - Foccacia

15h – Le retour en autocar vers Gênes par la route panoramique offre de très belles vues sur les villages de la région et les beautés de la Riviera Ligurienne.

À 17h, nous embarquons le pilote qui nous assiste pour le départ de la République maritime historique de Gênes.

Nous longeons ensuite Savone, Imperia et Sanremo qui sont visibles. La navigation se poursuit toute la soirée le long de la Côte d’Azur : Monte Carlo, Nice… La distance entre Gênes et Marseille est de 206 milles nautiques.

La soirée débute avec un cocktail à la piscine arrière puis il faut boucler les valises… Ce soir, nous dînons au buffet. C’est l’occasion de pouvoir dîner sur le pont extérieur en soirée ce qui est bien agréable sur ce navire. Nous dégustons ensuite une dernière spécialité du chocolatier Venchi.

Après un petit tour par le Casino, nous passons la soirée dans divers bars à écouter des groupes qui jouent en live dans les salons du navire.

MSC Seaside - Atrium

Jour 8 – Marseille

À 2h25, nous longeons l’archipel des îles d’Hyères et vers 6h20, nous passons entre l’Île du Planier et les Îles du Frioul avec très beau lever de soleil. A 8h, nous accostons à Marseille, c’est la fin du voyage.

Marseille

Bientôt vient l’heure du débarquement. Pour plus de fluidité, les passagers attendent au théâtre ou dans les salons selon l’heure de débarquement prévue, puis nous descendons par petits groupes vers le terminal croisière. C’est la fin d’une belle croisière en Méditerranée.

Pour conclure le journal de bord de cette croisière en Italie sur le MSC Seaside, je parlerai bien entendu la bulle de sécurité sanitaire MSC Croisières. Une bulle vraiment rassurante pour qui recherche des vacances dépaysantes tout en ayant l’assurance que la sécurité sanitaire sera bien prise en compte. C’est l’idéal pour partir en famille ou entre amis. A bord, l’équipage a toujours le sourire derrière le masque et cela se lit dans les yeux.

Après les confinements successifs, ces vacances en toute sérénité ont permis de retrouver la normalité des soirées animées sur les ponts, les DJ et concerts live, les spectacles avec des artistes talentueux. Les excursions sont bien sûr encadrées mais j’ai trouvé l’ambiance en petits groupes beaucoup plus agréable pour la découverte des sites proposés. J’ai été agréablement surprise par cette nouvelle organisation qui n’est pas si contraignante qu’on le pense : toujours autant d’équipage aux petits soins, toujours autant de choix d’excursions, toujours autant d’activités proposées pendant le séjour… Retrouver la croisière et partir en toute confiance ça fait vraiment du bien !

ARTICLE RÉALISÉ PAR CORINNE ANCION 

Et si le Qatar devenait la nouvelle destination croisière à la mode ?

Le Moyen Orient attire de plus en plus les touristes et pour cause, la destination cumul les avantages : du soleil et de la chaleur en plein hiver et une accessibilité en quelques heures d’avion. Le voyageur en recherche d’exotisme sera comblé par les parfums d’orient, la richesse culturelle dépaysante, l’architecture moderne, les palais dignes des mille et une nuits ou encore les musées aux collections magnifiques. Les accrocs de shopping y trouveront les plus jolis souks mais aussi les plus grands malls commerciaux du monde.

Doha - Qatar - MIA - Museum of Islamic Art

Après les Émirats Arabes Unis, le Qatar fait partie des escales régulières des paquebots de croisières. Costa Croisières et MSC Croisières ont inscrit Doha dans leurs itinéraires au Moyen Orient et Discover Qatar propose désormais la découverte de la côte Qatari avec Ponant lors de croisières inédites au plus proche de la nature.

Les incontournables en escale à Doha

Se dépayser au Souk Waqif

C’est un marché typique avec des ruelles étroites en labyrinthe où l’on trouve de tout : artisanat, épices, costumes traditionnels, quincaillerie… Le marché se découpe en différentes zones par spécialités : marché aux chameaux, aux faucons ou encore aux oiseaux exotiques. Le souk est ouvert du tous les jours de 9h à 12h30 et de 16h à 22h et le vendredi de 16h à 22h.

Marché aux chameaux

Marché aux faucons – Falcon souk

Clinique pour faucons – Falcon hospital

Dans le Falcon souk, on trouve une clinique pour soigner ces oiseaux qui sont ici, comme dans les Emirats Arabes Unis, domestiqués pour la chasse ainsi que pour des compétitions. Dans la clinique, on soigne les ailes ou becs cassés, on réalise des opérations de chirurgie très pointues ainsi que de la recherche biologique.

Marché aux oiseaux

Boire un verre au souk Waqif

Le souk waqif est également l’endroit idéal pour prendre un verre ou pour déjeuner dans un dépaysement total. On y trouve de nombreuses terrasses idéalement située pour observer la vie des qataris qui se pressent au souk. La boisson de prédilection est le Lemon mint, un mélange sucré et mousseux à base de citron et de menthe.

Se cultiver au musée national du Qatar – Jean Nouvel

Le site est très facilement identifiable avec sa forme de rose des sables, véritable symbole du désert. Cette œuvre architecturale a été réalisée par le Français Jean Nouvel.

Ce musée incroyablement moderne est dédié à l’histoire du Qatar. Il est aussi monumental à l’extérieur qu’à l’intérieur. Le visiteur est véritablement immergé dans un décor où se mêlent œuvres et objets historiques, mais aussi la faune et la flore de la région le tout entouré de projections géantes sur les parois de la rose des sable avec une musique qui vous transporte dans un univers plein de découvertes. La muséographie est tout simplement magnifique et grandiose.

Jean Nouvel décrit lui-même ce musée ainsi : « Le bâtiment que j’ai dessiné devait faire écho à ces trois histoires. La première, qui couvre une période assez longue, est l’histoire de la péninsule et de ses habitants. La deuxième concerne les modes de vie dans le désert et les régions côtières, et l’industrie des perles. La troisième est l’accélération spectaculaire qui a donné au royaume – en quelques décennies seulement – la puissance et la prospérité qu’on lui connaît aujourd’hui. De par sa puissance économique, le Qatar est un leader mondial dans des domaines aussi divers que l’éducation, la communication et les technologies énergétiques. »

Sur le site, les explications sont en arabe et en anglais mais le musée est très visuel et la barrière de la langue n’est pas une difficulté. Chaque salle du pavillon comprend une zone dédiée aux enfants qui peuvent jouer et manipuler des objets pour apprendre en s’amusant.

A l’extérieur, on découvre l’ancien palais du Sheikh Abdullah bin Jassim Al Thani. Désormais restauré, il permet de visiter le howsh, concept ancestral qui comprend une cour entourée de bâtiments où l’on venait déposer les marchandises. Les toits terrasses offrent une vue magnifique sur la mer et les paquebots en escale.

Le musée est ouvert du dimanche au mercredi de 9h à 19h, le jeudi et le samedi de 9h à 21h et le vendredi de 13h30 à 21h. Il faut compter 2h au minimum pour le visiter. Entrée payante : 50 QAR. Le Riyal Qatari est la monnaie locale. Vous trouverez un bureau de change à la gare maritime, des automates bancaires dans le souk Waqif mais pour se simplifier la vie on paie partout par carte bancaire.

Découvrir le Museum of Islamic Art – MIA

Dessiné par l’architecte Ieoh Ming Pei et aménagé par Jean-Michel Wilmotte, ce musée présente l’art islamique de 3 continents sur 1400 ans. Les œuvres de la collection sont toutes liées à l’islam, mais beaucoup sont de nature non religieuse.

Le musée est ouvert tous les jours de 9h à 19h et le vendredi de 13h30 à 19h. Entrée payante.

Admirer la Skyline de Doha depuis la Corniche

C’est depuis la Corniche que l’on admire les plus beaux buildings de West Bay. Face au jardin du MIA et au port des dhows, à la nuit tombée, la brume de chaleur s’estompe et laisse place à une illumination architecturale unique sur le front de mer.

Doha Skyline - Qatar

C’est ici que se trouve les plus hauts buildings du Qatar. Parmi eux : Aspire tower, une tour hôtel de 300 mètres de haut, le World Trade Center Doha à l’illumination bleu qui ondule comme une vague, la Doha tower dessinée par Jean Nouvel dont l’éclairage donne une impression de transparence, la Tornado tower ou encore le Sheraton et sa construction pyramidale.

Doha Skyline - Qatar

L’accès aux principaux sites incontournables de Doha est de plus en plus facilité. Des navettes depuis le terminal croisière permettent de sortir du terminal pour accéder au MIA – Museum of Islamic Art et au Souk Waqif situé à proximité. Le métro s’étoffe de plus en plus facilitant l’accès à de nombreux sites.

Découvrir le Qatar côté nature

Discover Qatar, filiale réceptive de Qatar Airways s’associe à Ponant pour lancer sa toute première croisière d’expédition le long des côtes du Qatar en 2022. Ces croisières sur Le Champlain offriront entre-autres une occasion unique d’observer la plus grande concentration de requin-baleines dans la zone marine d’Al Shaheen. Avec sa plateforme arrière ouverte sur l’océan et son salon sensoriel sous-marin, ce paquebot de la classe Ponant Explorer permettra une expérience unique aux passagers.

Avec un maximum de 170 invités à bord, les passagers seront accompagnés d’une équipe d’expédition professionnelle et hautement qualifiée afin de disposer d’informations complètes sur la nature mais aussi sur la destination. Ponant a été spécifiquement sélectionnée pour cette croisière car la compagnie applique des protocoles environnementaux stricts. Elle appliquera au Qatar les mêmes protocoles environnementaux en matière de navigation et de zodiac que ceux qui s’appliquent en Antarctique.

A la rencontre des requins-baleines

Souvent surnommé « gentil géant », le requin-baleine existerait depuis 60 millions d’années. Il peut vivre jusqu’à 100 ans et atteindre 12 mètres de long. Entre avril et septembre, au cours de leur migration annuelle vers la région, plusieurs centaines de requin-baleines se nourrissent en groupe dans la zone pétrolière d’Al Shaheen située dans le Golfe Arabo-Persique, à 80 kilomètres au large de la côte nord du Qatar.

©QNTC

Pour ne rien manquer du spectacle, le salon « Blue Eye » du bateau dispose de deux hublots en forme d’œil de baleine qui offriront une vue sous-marine incomparable. Trois caméras sous-marines projetteront également la vie sous-marine sur des écrans numériques pour assurer aux passagers de ne rien manquer. Des hydrophones permettront de capter les sons marins pour les écouter dans des fauteuils multisensoriels. Pour en savoir plus, lire l’article sur Le Jacques Cartier, sistership du Champlain. Vous y découvrirez la vie à bord de cette série de navires intimistes, les cabines ainsi que la gastronomie d’exception servie à bord.

Le Conseil National du Tourisme du Qatar (QNTC), chargé des licences aux navires de tourisme qui se rendent dans la zone d’Al Shaheen où les requins baleines se rassemblent, ne délivre celles-ci que s’il est convaincu que les requins-baleines ne seront pas dérangés ou gênés, empêchant ainsi toute personne sans licence d’entrer dans la zone. Le Champlain, comme les zodiacs lors des sorties en expéditions, respecteront une limite de vitesse stricte dans la zone d’Al Shaheen.

Le Brigadier Général Al Jeedah, responsable de la recherche sur les requins-baleines au Qatar, a été engagé comme consultant pour s’assurer que la croisière ne perturbe pas les requins baleines dans leur habitat naturel et que la croisière opère de manière sûre et responsable dans la région. Afin de respecter au mieux les animaux, il ne sera donc pas possible de nager avec ces géants des mers.

Naviguer au cœur de forêts de mangroves

Une excursion en Zodiac promet de faire découvrir un site que l’on n’aurait jamais imaginé de trouver au Qatar. Les vastes forêts de mangroves sont pleines de vie sous et au-dessus de l’eau. Oiseaux migrateurs, y compris des hérons, poissons et crustacés y sont attirés toute l’année.

Des curiosités géologiques uniques

Zekreet au Qatar est réputé pour son paysage lunaire et ses formations calcaires en forme de champignon. Cette géologie inhabituelle est le résultat de vents forts soufflant sur des roches sédimentaires plus friables et laissant juste apparaître le squelette calcaire plus dur.

Qatar - Zekreet - Photo ©QNTC
©QNTC

Une mer intérieure en plein désert

Khor Al Adaid est l’un des trois seuls endroits au monde où la mer rencontre les dunes de sable avec un système de lagunes inégalé. La grande baie est reliée au Golfe Arabo-Persique par un canal de 10 kilomètres de long bordant l’Arabie saoudite à travers lequel les Zodiacs pourront naviguer à la recherche de dauphins et de tortues. L’expérience pourra se poursuivre par une virée en 4X4 pour une aventure remplie d’adrénaline dans les dunes de sable ondulantes du Qatar.

Plongée dans les récifs coralliens

Halul Island est une île est entourée d’un récif qui regorge de coraux et de vie marine. C’est en expédition Zodiac que cette activité sera proposée aux passagers.

S’attendre à l’inattendu

Pour que ce programme soit le plus riche possible, l’itinéraire sera adapté au jour le jour. A bord, la politique des ponts ouverts facilitera les échanges avec le commandant du navire. Avec le chef d’expédition, ce dernier pourra décider d’aller quelque part un peu plus tôt que prévu si cela permet d’augmenter les chances de voir la faune la plus rare.

Piscine - Le Jacques Cartier by night - Ponant

Des croisières orientées vers la nature avec extension à Doha

Cette série de croisières sera lancée au départ de Doha en 2022. Discover Qatar propose cette croisière de 9 jours et 8 nuits avec la possibilité de prolonger le séjour avec trois nuits à Doha pour explorer le patrimoine culturel et les traditions de la capitale, profiter des allées colorées du Souq Waqif et visiter les sites incontournables de la ville. Plus d’informations ici.

Le Qatar promet donc le dépaysement aux croisiéristes. Avec tous ses attraits, la destination saura aussi bien séduire les amoureux de la nature que satisfaire les passionnés de nouvelles cultures ou d’architecture.

ARTICLE RÉALISÉ PAR CORINNE ANCION 

Europa 2

Le paquebot Europa 2 de la compagnie Hapag-Lloyd ne comporte que des suites. Il se classe parmi les plus luxueux paquebot du monde.

Europa 2 - Rouen 2015

En escale à Rouen

Quelques caractéristiques techniques

  • Construit aux chantiers STX de Saint-Nazaire
  • Mise en service : mai 2013
  • Longueur : 225,38 mètres
  • Largeur : 26,7 mètres
  • 42 830 tonneaux
  • 258 cabines
  • 500 passagers
  • 370 membres d’équipages

La protection de l’environnement fer de lance de la compagnie Hapag-Lloyd Cruises

Depuis mai 2020, l’Europa 2 peut utiliser l’alimentation électrique à quai. Tous les paquebots construits récemment de la flotte Hapag-Lloyd Cruises sont équipés pour être alimenté à quai électriquement. L’utilisation de gazole marin à faible polluant, avec une teneur en soufre de 0,1% fait également partie de la stratégie environnementale de la compagnie. 

L’europa 2 ne nécessite que 2,2 MW (mégawatts) d’énergie par heure lorsqu’il est à quai et il est capable de réduire ses émissions quasiment à zéro. Si l’électricité fournie à quai provient de ressources 100% renouvelables, alors le fonctionnement de l’Europa 2 au port devient pratiquement climatiquement neutre.

L’Europa 2 a été le premier navire de croisière au monde à être équipé de convertisseurs catalytiques SCR. Les convertisseurs catalytiques réduisent les émissions d’oxyde d’azote de près de 95%. Il est également le premier navire de croisière à obtenir la certification EEDI (Energy Efficiency Design Index) et ses émissions de CO2 sont de 31% inférieures à la valeur cible. Les autres nouveaux navires de la flotte d’expédition d’Hapag-Lloyd poursuivent cette stratégie et sont également équipés de ces convertisseurs catalytiques.

« Avec nos années d’expertise dans le segment du luxe et de l’expédition, nous avons établi les normes les plus élevées de l’industrie avec nos navires et nous nous engageons à respecter des normes strictes de protection de l’environnement. Nous avons déjà fait des progrès significatifs dans ce domaine et nous ne cessons de travailler pour l’améliorer davantage », explique Karl J. Pojer, PDG de Hapag-Lloyd Cruises. « Nous utilisons du gasoil marin à faible teneur en soufre de 0,1% sur toute la flotte, partout dans le monde, allant ainsi au-delà des exigences légales. L’utilisation réussie de l’alimentation électrique à quai est un autre élément important de notre stratégie environnementale. »

En passant volontairement au carburant faiblement polluant, les émissions de soufre de la flotte Hapag-Lloyd Cruises seront réduites de 80%. Le passage au gasoil marin signifie également une réduction des suies et particules jusqu’à 30 %. De plus, tous les itinéraires sont soigneusement planifiés avec une vitesse moyenne éco-efficace, ne poussant pas les navires à aller le plus vite possible afin de réduire la consommation de 30% et ainsi les émissions d’oxyde d’azote.

Article publié par Corinne Ancion

MSC Croisières signe un accord sur le long terme avec les Ports d’Abu Dhabi pour ses escales à Port Zayed et Sir Bani Yas

Abu Dhabi - Qasr Al Watan

MSC Croisières signe un accord pour booster sa position en tant que leader dans le Golfe

MSC Croisières a signé un accord sur le long terme avec les Ports d’Abu Dhabi pour des droits d’amarrage préférentiels au Port Zayed d’Abu Dhabi et à Sir Bani Yas.

 

 

Port Zayed est le terminal de croisières principal d’Abu Dhabi, capitale des Émirats Arabes Unis, et Sir Bani Yas est une île balnéaire située à 170 kilomètres de la côte émirati.

Le contrat a été signé au siège de la compagnie de croisières, à Genève en Suisse, par le PDG de MSC Croisières, Gianni Onorato, et Noura Rashid Al Dhaheri, Directeur du secteur croisières pour les Ports d’Abu Dhabi.

MSC Seaview - Baptême - Gênes Gianni Onorato

Gianni Onorato

Gianni Onorato, PDG de MSC Croisières : ​« Ce nouvel accord avec les Ports d’Abu Dhabi pour des droits d’amarrage préférentiel illustre un nouvel engagement durable de MSC Croisières envers la région du Golfe pour consolider encore plus notre position de compagnie de croisières leader dans la région. Abu Dhabi est un port d’embarquement important et une destination plébiscitée pour les excursions durant les croisières d’hiver notamment, et nous desservons en ce moment cette ville ainsi que l’île de Sir Bani Yas avec le MSC Bellissima, l’un de nos navires les plus modernes et l’un des plus éco-responsables positionnés dans le Golfe, et le MSC Lirica. Ce dernier sera de retour à Abu Dhabi et dans le Golfe pour l’hiver 2020-21, et sera rejoint par le très innovant MSC Seaview, un navire conçu spécifiquement pour les climats chauds. Puis, pour regarder un peu plus loin dans l’avenir, nous déploierons notre plus grand navire dans le Golfe pendant la saison d’hiver 2021-22 : le MSC Virtuosa. Un navire de 331 mètres de long qui peut accueillir jusqu’à 6 334 passagers. Son lancement est prévu dans le courant cette année. »

Le MSC Seaview et le MSC Lirica proposeront des croisières dans la région du Golfe pour l’hiver 2020-21

Le MSC Seaview​, qui offre le plus grand ratio d’espaces à ciel ouvert de l’industrie, fera son escale inaugurale à Abu Dhabi le 6 décembre 2020, et sur l’île de Sir Bani Yas le jour suivant.

14 croisières sont prévues entre décembre 2020 et mars 2021 avec au programme des escales à Abu Dhabi, sur l’île de Sir Bani Yas, Manama au Bahreïn, Doha au Qatar et Dubaï aux Émirats Arabes Unis.

Le MSC Lirica ​proposera 21 croisières entre novembre 2020 et avril 2021 au départ d’Abu Dhabi, avec des escales à Sir Bani Yas, Mascate à Oman et Dubaï. Le terminal de croisières d’Abu Dhabi a enregistré une croissance significative au cours des 12 derniers mois, et a noté une croissance de 47% du nombre de visiteurs, et enregistre +45% d’escales de paquebots. Cette année record pour le terminal est en partie due à l’engagement de MSC Croisières qui a programmé 17 nouvelles escales au Port Zayed cette saison.

L’une des journées les plus chargées pour le terminal durant la saison d’hiver 2019-20 en cours a eu lieu au mois de décembre avec plus de 8 000 visiteurs accueillis dans le cadre d’une triple escale à Abu Dhabi, qui comprenait entre autres l’escale inaugurale du MSC Bellissima​.

Noura Rashid Al Dhaheri, Directeur du secteur croisières pour les Ports d’Abu Dhabi : « Notre partenariat continu avec MSC Croisières est un témoignage supplémentaire de la solidité de notre collaboration, et reflète la qualité des services que nous fournissons au leader mondial des opérations dans le terminal de croisières d’Abu Dhabi et du port de Sir Bani Yas. Le fait que nous réussissions à augmenter nos volumes de passagers de façon durable d’année en année illustre notre engagement à développer une destination croisières plébiscitée dans le monde entier. Avec nos investissements continus dans les infrastructures, et des opérations et des services améliorés pour encore mieux servir les compagnies de croisières dès leur arrivée à Abu Dhabi, nous avons consolidé notre position de destination leader dans la région du Golfe. Le terminal de croisières d’Abu Dhabi est en train de devenir le point de débarquement incontournable pour les croisières internationales. Nous sommes déterminés à enrichir notre offre, et à renforcer notre position unique en termes de force de vente, en développant des solutions flexibles et astucieuses garantissant à tous nos hôtes les meilleures expériences possibles dans un port de croisières. »

sir bani yas - MSC Lirica

MSC Lirica à Sir Bani Yas

Ali Hassan Al Shaiba, Directeur Exécutif Tourisme et Marketing du Département de la Culture et du Tourisme du gouvernement d’Abu Dhabi a​ ajouté : « Cet accord historique jouera un rôle significatif dans le positionnement d’Abu Dhabi en tant que destination touristique pour les croisières dans la région. MSC Croisières a été l’un des partenaires qui nous a le plus aidé à attirer les plus de 500 000 touristes venus visiter notre capitale cette année dans le cadre de leurs croisières. Nous restons convaincus que l’avenir sera encore plus prometteur. En ce qui nous concerne, nous allons continuer à offrir à MSC Croisières et à tous les voyageurs les meilleurs services ainsi que des expériences exceptionnelles pendant leur séjour dans la capitale des Émirats Arabes Unis. »

Un guide pour préparer sa croisière aux Émirats Arabes Unis

Ce guide permet aux croisiéristes d’optimiser leurs escales et de profiter de tous leurs attraits. Vous y trouverez toutes les informations pour partir en croisière dans la région du Golfe et préparer vos escales à Dubaï, Foudjaïrah, Khor Fakkan, Abu Dhabi, Mascate, Khasab. 

Informations pratiques sur la vie à bord, les excursions proposées ou à faire soi-même et vous aider à faire les bons choix : pour prendre les transports en commun ou utiliser les taxis, visites originales et promenades à faire soi-même (tours en bateau, souks, shopping…). Ce guide est illustré de plus de 200 photos qui vous inviteront au voyage.

En savoir plus et téléchargez le guide ici

Journal de bord : Emirats, Oman, Qatar et Bahrein sur le MSC Lirica

Embarquez sur le MSC Lirica pour découvrir Dubai, Abu Dhabi et Sir Bani Yas aux Emirats Arabes Unis, Mina Salman à Bahrein, Doha au Qatar, Mascate et Khasab au Sultanat d’Oman. Un journal de bord réalisé lors d’un itinéraire de 12 jours au pays des 1001 nuits.

Lire le journal de bord : Emirats, Oman, Qatar et Bahrein sur le MSC Lirica

ARTICLE PUBLÉ PAR CORINNE ANCION 

Journal de bord : croisière 1001 nuits sur le Costa Diadema – Émirats, Oman et Qatar

Les croisières qui ont pour itinéraire les Emirats Arabes Unis, Oman et le Qatar sont une véritable alternative aux Caraïbes pour qui cherche une destination soleil pour l’hiver. C’est sur le Costa Diadema que j’ai choisi de faire cette croisière qui m’a permis d’allier la douceur d’un hiver à 26°C à mon envie de découverte d’une destination fascinante.

Costa Diadema - Dubai

J’ai choisi de partir d’Abu Dhabi pour profiter d’une escale de 2 jours à Dubaï mais les embarquements se font également depuis Doha au Qatar et à Dubaï.

Vous êtes prêts à découvrir ou approfondir votre curiosité sur ces destinations dépaysantes ? Alors je vous embarque avec moi pour cette croisière de 8 jours – 7 nuits avec pour Escales : Dubaï – Mascate – Doha et Abu Dhabi.

Jour 1 – Abu Dhabi – Emirats Arabes Unis

Le soleil se lève sur Abu Dhabi lorsque l’avion qui me mène au pays des 1001 nuits atterrit. 26°C, une douce chaleur… bye bye doudoune et écharpe ! Une météo idéale pour se ressourcer quelques jours.

L’embarquement n’étant qu’à 19h, je préconise d’arriver la veille pour profiter davantage de la ville et faciliter la gestion des bagages. Si vous avez prévu un vol avec Costa, la compagnie gérera votre transfert vers le terminal croisière. Dans le cas contraire, se déplacer en taxi n’est pas très onéreux. Mon petit conseil : demandez systématiquement à mettre en route le compteur pour payer le bon prix. Ne soyez pas surpris, une taxe de base est appliquée au départ de certains sites comme l’aéroport ou encore du terminal croisière.

Pour cette première journée j’ai prévu un programme sympathique avec différents centres d’intérêts que je peux visiter librement en prenant mon temps.

Admirer la vue depuis l’Etihad towers observation deck at 300

Abu Dhabi - Etihad towers

Situé sur la Corniche d’Abu Dhabi, ce complexe comprend des hôtels, une galerie marchande de luxe et surtout une plateforme d’observation à 360° au sommet de l’une des tours. De là-haut, le panorama sur la ville est imprenable. C’est idéal pour voir Qasr Al Watan – le palais présidentiel, l’Emirates Palace, la Corniche, l’hôtel Fairmont Abu Dhabi Marina…

L’observatoire est situé au 74e étage de la tour 2, Jumeirah at Etihad Towers. La tenue adéquate à prévoir est « smart casual », c’est-à-dire chic décontracté. L’entrée coûte 95 AED (tarif 2019), elle comprend un coupon d’une valeur de 55 AED utilisable sur place. On peut donc prendre un verre, un snack, une glace ou un dessert avec une vue incroyable. Compte-tenud du standing, ne croyez pas que tout est cher. L’observatoire est ouvert chaque jour de 10h à 19h. Le thé de l’après-midi est un événement en soi. Il est servi de 14h à 18h et coûte 250 AED.

Découvrir Abu Dhabi depuis la Corniche

Abu Dhabi - La Corniche

La Corniche est une longue promenade côtière de plus de 6 km. On y trouve des plages publiques et privées ainsi que des terrasses pour prendre un verre. C’est un endroit très prisé le week-end (vendredi et samedi).

Se promener dans l’Heritage Village d’Abu Dhabi

Près du Marina Mall, face à la Corniche, se trouve l’Heritage Village – une reconstitution de village de bédouins. L’entrée est libre, on y voit des tentes, maisons, bateaux et quelques animaux. Des pièces sont aménagées en petits musées comme celui où se trouvent des cadeaux offerts à l’Emir. Des artisans fabriquent quelques objets disponibles à la vente. C’est aussi et surtout l’arrêt obligatoire de tous les cars de tourisme de la région et les souvenirs de plus ou moins bon goût se vendent bien. La vue sur la Corniche avec la plage et les bateaux anciens au premier plan offre l’occasion de faire quelques belles photos.

Abu Dhabi - Heritage Village

Faire du shopping au Marina mall

Les inconditionnels du shopping pourront satisfaire leurs envies dans le centre commercial. Au milieu des enseignes connues on trouve des stands de vente de parfum comme le Oud. Typique du Moyen Orient, c’est un parfum à base d’huile essentielle de bois d’agar.

Chose peu commune lorsque l’on voyage, j’invite les curieux à se rendre dans l’enseigne Carrefour. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce qu’un grand magasin c’est aussi le reflet de la vie local. Vous y verrez toutes les spécialités locales mais aussi le mélange des cultures. Avec une immigration qui représente plus de 80% de la population, on trouve donc dans ces enseignes aussi bien des spécialités indiennes, asiatiques que locales. N’hésitez donc pas à être curieux !

Embarquer sur le Costa Diadema

Costa Diadema - Abu Dhabi

L’embarquement à Abu Dhabi est très rapide car la majorité des passagers embarque à Dubaï. Je découvre ma cabine avec balcon, les bagages ne mettront pas longtemps à être livrés.

Costa Diadema - Cabine

Les vacances à bord commencent, il est l’heure de découvrir les bars du navire pour prendre un cocktail. Il y a toujours un concert dans l’Atrium, je m’y installe avant d’aller dîner au buffet près de la piscine centrale.

Ce soir je déambule sur les ponts et profite de l’ambiance douce de cet hiver oriental et des illuminations du navire.

Jour 2 – Dubaï – Emirats Arabes Unis

Depuis mon balcon, la skyline de Dubaï est en vue. L’arrivée est magnifique, on voit déjà la silhouette de la Burj Khalifa qui pointe vers le ciel. Le paquebot accoste à 8h, je prends mon petit déjeuner sur le pont arrière en profitant du soleil.

Dubai - Costa Diadema

Aujourd’hui je me déplace en taxi et en métro. Ce dernier est très pratique, pas cher et surtout il permet de longer la Cheik Zayed road, l’artère principal de la ville. Je conseille de se mettre à l’avant (tarif gold) ou l’arrière (réservé aux femmes) de ce métro sans conducteur pour profiter de la vue impressionnante au milieu des buildings.

Flâner à la plage : JBR Beach & Dubaï Marina

C’est la destination idéale pour une promenade branchée le long de la plage ou pour aller se baigner. Il y a un vestiaire sur la plage pour se changer, des bars et restaurants le long de la  plage et aussi des boutiques. Ce quartier est très prisé des expatriés.

JBR Beach

Dubaï Marina

Situé dans le même quartier, Dubaï Marina est le point de départ de circuits en bateau autour d’Atlantis et vers l’hôtel Burj Al Arab.

Atlantis & Burj Al Arab

Toucher le ciel depuis le sommet de la Burj Khalifa

Le sommet de la Burj Khalifa est un incontournable, c’est une expérience incroyable et impressionnante. La vue depuis le sommet permet d’avoir toute la ville jusqu’au désert à ses pieds. Au soleil couchant c’est encore mieux, on profite à la fois d’une vue de jour et de l’illumination des buildings.

Je préconise de réserver son billet avec la compagnie pour être sûr de la disponibilité pour monter au sommet. Le jour « J » c’est souvent complet ou avec un surcoût qui vous permettra de réaliser l’ascension jusqu’à la plateforme VIP (378 AED). On vous servira alors des petits fours et on vous offrira un verre une fois au sommet.

Assiter aux shows de la Dubaï Fountain et de la Burj Khalifa

Tous les jours le grand bassin situé au pied de la Burj Khalifa s’anime pour des shows gratuits. Toutes les 15 minutes entre 18h et minuit on peut assister alternativement à l’animation des fontaines ainsi qu’à l’illumination de la Burj Khalifa.

La tour devient alors un « écran géant » psychédélique. C’est le pays de la démesure et l’effet Wow est au rendez-vous. C’est bluffant.

Se laisser tenter par le shopping au Dubai Mall

Pour les fans de shopping mais aussi pour ceux qui recherche des attractions en tous genres. Le Dubaï mall saura satisfaire tout le monde : 1300 boutiques, 200 restaurants, aquarium géant, simulateur de pilotage d’A380, patinoire, salles de jeux pour les « gamers »…

Après une journée bien remplie, la nuit sera courte à bord du Costa Diadema.

Jour 3 – Dubaï – Emirats Arabes Unis

Aujourd’hui, le paquebot largue les amarres à 13h30. Si je veux profiter de la ville, je ne dois pas traîner. Je prends un taxi pour le « Old souk » qui n’est qu’à une dizaine de minutes en voiture. Les marchands ouvrent tout juste leurs échoppes.

Rejoindre le souk des épices et le souk de l’or en bateau traditionnel

Je prends un Abra – bateau traditionnel en bas – et traverse la Creek (bras de mer) avec la population locale. Pour 1 AED je rejoins l’autre rive en quelques minutes. Me voici à longer les boutres, ces navires de bois transportent des marchandises diverses et variées : pneus, électroménager, cartons en tous genres. Ces « cargos » locaux, sont des vestiges historiques et c’est incroyable de voir ils naviguent toujours.

Me voici au souk des épices dont les parfums sont envoûtants, puis au souk de l’or. C’est agréable car il n’y a pas encore beaucoup de touristes.

Le temps passe vite mais flâner le long de la Creek est particulièrement agréable. Je ne me lasse pas de regarder le ballet des abras qui emmènent leurs passagers d’une rive à l’autre.

Dubai Creek

Il est temps de rejoindre le Costa Diadema pour déjeuner au buffet et assister à l’appareillage.

Après avoir vu la ville s’éloigner, nous faisons route vers Mascate. Je profite du soleil et des transats pour me reposer de mes trépidantes journées à Dubaï. L’après-midi passe vite !

Costa Diadema - piscine

La nuit tombe, apéritif et concert sont au programme dans l’Atrium. Vient ensuite l’heure d’aller au théâtre. Ce soir présentation des hôtes des différents pays puis un spectacle où des acrobates s’envolent dans les airs et se contorsionnent dans une chorégraphie poétique.

Pour le dîner, j’ai choisi l’option qui me permet d’aller au restaurant quand je le souhaite de 18h30 à 21h. Ma table se trouve au restaurant Corona Blue. Au menu ce soir : salade de poulpe, poisson et une pâtisserie pour le dessert. Je poursuis la soirée en passant de salon en salon profiter des concerts live et des animations.

Costa Diadema - restaurant Corona Blue

Restaurant Corona Blue.

Jour 4 – Mascate – Sultanat d’Oman

Le Costa Diadema arrive à 8h30 à Mascate. Je me lève plus tôt pour voir l’arrivée dans ce port enclavée entre les montagnes. J’aime vraiment cette escale qui tranche avec les buildings modernes des Emirats.

Mascate - Muttrah fort

Faire le marché à Mascate

Ce matin, je me rends au marché aux poissons. J’aime le visage des marchands et observer les acheteurs choisir les plus belles pièces. Plus loin le marché aux fruits et légumes et ses couleurs magnifiques.
Mascate - Marché aux poissons

Voir le panorama depuis le fort de Muttrah

Le fort de Muttrah offre un point de vue idéal sur la ville blanche enclavée au milieu des montagnes. L’entrée est gratuite, il faut grimper de nombreuses marches mais le panorama vaut vraiment la peine.

mascate - lemon mintJe déjeune sur le port en observant les passants et en me régalant d’un shawarma – lamelles de mouton ou de poulet marinées que l’on déguste roulées dans une galette de blé avec une purée de pois chiches (houmous). La viande est parfumée et pour quelques rials (le rial est la monnaie locale mais on peut tout aussi bien payer en dirhams, euros ou dollars), il ne faut pas se priver de ce voyage culinaire. Le lemon mint reste la boisson incontournable pour compléter les saveurs de ce repas.

Se promener sur la Corniche de Mascate

Cet après-midi, je prends mon temps. Je me promène le long de la Corniche. Mon regard se perd dans l’océan et me laisse apercevoir une magnifique tortue de mer. Elle viendra plusieurs fois prendre sa respiration à quelques mètres du bord. La promenade est belle, la chaleur est douce et agréable et la vue sur le Costa Diadema fort sympathique.

À la rencontre des locaux au souk de Muttrah

Le soleil se couche, le muezzin invite les fidèles à le rejoindre pour la prière à la mosquée. La nuit tombe et voilà le moment que je préfère. La ville se vide de ses touristes et la population locale vient faire ses achats en famille au souk de Muttrah. Dans les étroites ruelles aux parfums d’encens, les costumes traditionnels remplacent robes et bermudas des touristes. A la sortie du souk, on trouve les marchands de bois de santal que des hommes viennent acheter. On y trouve également de grands supports en bois qui utilisés pour parfumer les vêtements. On brûle l’encens au centre du support et les effluves odorantes viennent imprégner les tissus.

Après avoir profité d’une promenade nocturne en bord de mer, je retourne dîner à bord avant de profiter des dernières lueurs de la ville lorsque le Costa Diadema quitte le port à 22h.

Jour 5 – En mer

Cette journée en mer me permet de prendre mon temps et de profiter du navire. Je prends tranquillement mon petit déjeuner dehors puis m’installe sur les transats. Dans la douceur du Détroit d’Ormuz, mon regard se perd dans l’océan.

La journée passe vite : animation près des piscines, opération shopping dans l’Atrium, déjeuner sur le pont, baignade à la piscine… il y a de quoi faire.

Depuis que je suis à bord je n’ai pas eu beaucoup le temps de profiter vraiment du bateau. C’est l’occasion.

Visite du Costa Diadema, cliquez ici

Le soleil se couche tôt, vient l’heure du cocktail du soir puis les bars s’animent avec quelques concerts. Chaque salon a son ambiance, il y en a pour tous les goûts.

Costa Diadema - bar

Après le dîner je fais connaissance avec le robot Pepper puis je passe la soirée au country rock club où l’ambiance est à son comble.

Jour 6 – Doha – Qatar