Chantiers de l’Atlantique hisse les voiles du futur et présente le concept Solid Sail/AeolDrive à bord du MSC Virtuosa

Solid Sail - Chantiers de l'Atlantique - MSC Virtuosa

Les paquebots de croisières, marché cible de Chantiers de l’Atlantique pour la solution Solid Sail/AeolDrive

Les paquebots représentent bien entendu le marché cible de Chantiers de l’Atlantique pour la solution Solid Sail/AeolDrive. Avec une réduction des émissions dans l’atmosphère, pouvant atteindre 50% tout en respectant le programme de croisière, cette solution va bien au-delà des exigences des réglementations actuelles et anticipe largement sur celles à venir. Elle répond donc bien aux préoccupations actuelles des armateurs de croisière dans le domaine, mais comporte également des atouts économiques, grâce à sa robustesse, avec une durée de vie de la voile estimée à 20 ans, et sa simplicité de mise en œuvre, qui ne nécessite qu’un équipage réduit pour l’opérer.

Le marché le plus immédiatement accessible est principalement constitué de  paquebots d’une taille comprise entre 200 et 250 mètres. Le tirant d’air des mâts des navires équipés de Solid Sail/AeolDrive pouvant atteindre une centaine de mètres, Chantiers de l’Atlantique propose une fonctionnalité importante avec des mâts pivotants et inclinables à 70 °, qui permettront aux navires concernés de passer sous des ponts, comme celui de Verazzano à New-York ou ceux du canal de Panama.

Solid Sail - Chantiers de l'Atlantique - MSC Virtuosa

Un concept de paquebot à voile, nommé Silenseas, un trois-mâts d’environ 200 m, fondé sur la technologie Solid Sail/AeolDrive, a été présenté une première fois en 2018, au Seatrade Cruise Exhibition, le salon mondial de la croisière de Miami,  puis en 2019 dans une version améliorée, en suscitant toujours un grand intérêt des acteurs du marché de la croisière.

Genèse de la solution Solid Sail/AeolDrive

Depuis une douzaine d’années, la recherche/développement de Chantiers de l’Atlantique s’est focalisée,  à travers un programme intitulé Ecorizon, sur l’amélioration de l’efficacité énergétique et la diminution de l’impact environnemental des paquebots, en étudiant notamment l’amélioration de l’efficacité énergétique et  l’intégration de modes de propulsion et production d’énergie alternatifs : le GNL, les piles à combustible et, de façon plus inattendue, la voile.  

De ce programme, sont nés dès 2009  un  premier concept de nouveau paquebot à voiles, nommé Eoseas, et celui de voile à panneaux de grande dimension, point de départ des travaux de recherche et développement intensifs menés par Chantiers de l’Atlantique sur ce type de propulsion adaptée aux grands navires. Différents essais ont été menés, ne dépassant pas  dans un premier temps le stade de maquettes testées en soufflerie et de travaux d’architecture navale.

La réflexion s’est ensuite accélérée avec le développement proprement dit de Solid Sail, cette voile de grande-dimension constituée de panneaux rectangulaires en composite assemblés entre eux. Cette option permet en effet de repousser très loin les limites pour la surface de voile mise en œuvre, par rapport aux voiles classiques qui sont beaucoup plus fragiles au-delà d’un certain seuil. Fin 2016, un premier test a été mené  avec un modèle de voile Solid Sail de 20 m2,   installée sur un J80, un bateau de sport de 8m. Cette première expérience a confirmé la pertinence du concept.

Le projet s’est donc poursuivi avec un second jeu de voiles testées en deux phases : 

  • une première série de tests menée sur l’Imoca Yes We Cam (bateau de course de 18 m)  du skipper  Jean Le Cam en 2017, partenaire technique de Chantiers de l’Atlantique (bateau avec lequel il vient de finir 4e du Vendée Globe 2020),
  • et une seconde série  menée sur un paquebot à voile de 90 m, en condition d’exploitation commerciale pendant plus d’un an, entre 2018 et 2019, avec notamment deux traversées de l’Atlantique.

Ces essais étant positifs, des études  détaillées ont été entreprises sur les sous-ensembles et des fonctionnalités de la voile afin de parvenir à une première de série.

Restait à trouver un gréement efficace, qui sera mis en œuvre en 2019, sur un démonstrateur à l’échelle 1/5e, avec une voile Solid Sail de 50 m2, fixée sur un  mât de 15 m, dimensionné à l’échelle, fixé sur un  balestron orientable à 360 °, a été installé sur une jetée du port de Pornichet (Loire- Atlantique). A partir de ce stade, l’ensemble voile/gréement  est défini comme la solution Solid Sail/AeolDrive – la solution de propulsion vélique la plus mature et la plus innovante du marché des grands navires.

Prototype de voile Solid Sail sur la jetée du port de Pornichet

Un des plus hauts mâts en composite du monde, culminant à une hauteur de 95 m au-dessus du sol sera installé en 2022 sur le site de Chantiers de l’Atlantique. Partie intégrante du gréement intitulé AeolDrive, ce mât, inclinable à 70 degrés supportera une voile Solid Sail entièrement en composite, performante et pliable, d’une surface de 1 200 m2. Cette installation se fera en deux phases, la première avec un mât de 38 m et une voile de 550 m2 à l’automne 2021, la seconde, à l’échelle 1, au cours de l’année suivante. Un appareillage de capteurs d’efforts et de positions permettra d’évaluer les performances aérodynamiques et cinématiques de l’ensemble tout en contrôlant les niveaux de contraintes dans les éléments mécaniques.

Qu’en est-il des projets des compagnies de croisières ?

En 2020, MSC Croisières n’avait pas caché son intérêt pour la propulsion à voile pour de futurs navires (voir l’article).

Lors de la conférence de presse du 16 février 2021 sur la présentation de la technologie Solid Sail/AeolDrive qui s’est tenue sur le MSC Virtuosa, Escale Croisière a interrogé Laurent Castaing, Directeur Général des Chantiers de l’Atlantique qui n’a pas souhaité, pour le moment, communiquer sur les compagnies intéressées. Il a précisé : « Nous voulons attendre de finir de développer le concept et être sûr qu’il fonctionne avant de le commercialiser. Donc pas avant fin 2021, début 2022 – plus 3 ans pour la construction du navire, ce qui signifie un navire qui naviguerait en 2025 au mieux. »

Solid Sail - Chantiers de l'Atlantique - MSC Virtuosa

La première application commerciale de la solution Solid Sail/AeolDrive sera destinée à la conception et à la construction de paquebots de longueur avoisinant 200 mètres, qui utiliseront à la fois cette propulsion vélique et une motorisation, permettant une réduction des émissions de gaz à effet de serre supérieure à 50%. D’autres applications, concernant tant les navires de charge que les grands bateaux de plaisance, sont également envisagées.

ARTICLE PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION – VISUELS © CHANTIERS DE L’ATLANTIQUE / CREASYNTH

MSC Croisières prend livraison du MSC Virtuosa, symbole de son engagement continu à investir en France

MSC Virtuosa

Lundi 1er février 2021 – MSC Croisières prend livraison du MSC Virtuosa, nouveau fleuron de la Compagnie, et symbole de l’investissement de long terme du Groupe MSC, et plus particulièrement de MSC Croisières, en France. Comme le veut la tradition, la cérémonie de livraison a eu lieu à huit-clos aux Chantiers de l’Atlantique à Saint Nazaire dans le respect des règles sanitaires. A cette occasion, le MSC Virtuosa a reçu son drapeau officiel et les augures de bonne fortune. Le Président exécutif de la Compagnie, Pierfrancesco Vago, son épouse Alexa Aponte-Vago et leurs enfants, ainsi que des représentants de leurs équipes, des cadres et des collaborateurs des Chantiers de l’Atlantique ont assisté à la cérémonie.

Cet événement célébrait aussi une des étapes majeures du partenariat à long terme entre les Chantiers de l’Atlantique et MSC, qui perdure malgré la pandémie mondiale. La cérémonie permet ainsi de réaffirmer une nouvelle fois la collaboration unique qui existe entre la 3e compagnie de croisière la plus importante au monde et les chantiers français depuis plus de vingt ans.

Changement de Pavillon - Livraison MSC Virtuosa - Photo © Ivan Sarfatti
Laurent Castaing, Directeur Général des Chantiers de l’Atlantique – Pierfrancesco Vago, Président Exécutif de MSC Croisières
Capitaine Massa, Capitaine du MSC Grandiosa – Photo © Ivan Sarfatti

Au total ce sont 16 des 18 navires de la Compagnie qui ont été construits aux Chantiers de l’Atlantique, représentant ainsi, pour le pays, une contribution économique de 12,5 milliards d’euros. En effet, avec une grande majorité des navires de la flotte MSC Croisières construits en France, la livraison du MSC Virtuosa symbolise une nouvelle fois l’engagement continu de l’armateur à maintenir, en dépit de la crise du COVID-19, ses investissements auprès des Chantiers de l’Atlantique. Il contribue, à travers cela, au dynamisme de l’écosystème local et du tissu industriel hexagonal ainsi qu’au rayonnement international de son savoir-faire. Les chantiers navals travaillent, en outre, à la construction de trois prochains navires propulsés au Gaz Naturel Liquéfié (GNL) dont les commandes fermes ont été confirmées. Il s’agira des premiers navires propulsés au GNL jamais construits en France, contribuant au rayonnement de l’hexagone dans le monde non seulement dans la construction de navires innovants mais aussi dans le développement de technologies environnementales.

Pierfrancesco Vago, Président Exécutif de MSC Croisières

Pierfrancesco Vago, Président Exécutif de MSC Croisières : « Ma famille et moi-même ne pouvions pas manquer cette occasion d’accueillir en personne ce nouveau navire fabriqué en France. La livraison de MSC Virtuosa, qui a lieu durant une période difficile pour notre industrie, démontre que nous continuons à envisager le long terme et à construire notre avenir. Nous sommes heureux de célébrer cet événement à Saint-Nazaire, aux Chantiers de l’Atlantique, notre partenaire de longue date avec qui nous élaborons des projets toujours plus innovants grâce à leur expertise et à leur savoir-faire uniques et mondialement reconnus. Nous restons déterminés à construire des navires toujours plus innovants et d’améliorer toujours davantage leurs performances environnementales.

De même, notre premier navire de GNL est en construction ici à Saint-Nazaire et les travaux du deuxième commenceront un peu plus tard cette année. De façon significative, avec chaque nouveau navire, nous continuons à repousser les limites et à innover notre offre de produits en proposant des expériences nouvelles et fabuleuses à nos clients. Sur le MSC Virtuosa, nous avons le plaisir de présenter le tout premier barman humanoïde en mer qui sera la vedette d’une expérience futuriste et immersive, utilisant des technologies de pointe. Notre offre de restauration exceptionnelle s’est également enrichie de deux nouveaux concepts de restaurants qui mettent à l’honneur des cuisines internationales populaires pour emmener les hôtes à travers des découvertes gastronomiques. Cela s’ajoute bien sûr à la richesse de l’expérience qui nous distingue déjà, comme les magnifiques spectacles dignes des plus grandes productions, l’offre familiale primée, la technologie de pointe à bord et bien sûr la désormais emblématique promenade de 101 mètres de long avec un superbe dôme céleste à LED qui est située au cœur du navire, et bien plus encore. »

2017-06-03_MSC Meraviglia - Baptême - Le Havre - Laurent Castaing

Laurent Castaing, Directeur Général des Chantiers de l’Atlantique, a conclu : « Je suis fier de ce que nos équipes ont accompli ensemble, malgré un contexte sanitaire difficile. Avec la construction du MSC Virtuosa, nous avons atteint un niveau de finition et de performances qui offrira aux futurs clients du MSC Virtuosa le meilleur de la croisière. Le seizième navire que les Chantiers de l’Atlantique ont construit pour MSC Croisières est donc un exemple qu’il sera difficile de dépasser ! »

Pierfrancesco Vago a ajouté : « Notre objectif à long terme est de parvenir à des opérations de croisière ayant un impact zéro et c’est ce vers quoi nous nous tournons dans l’avenir. Le MSC Virtuosa représente un autre pas important dans cette direction, avec nos autres investissements dans le développement accéléré de la prochaine génération de technologies environnementales. Il confirme également notre engagement ferme à long terme pour atteindre cet objectif ambitieux ».

Livraison du MSC Virtuosa aux Chantiers de l'Atlantique - Photo © Ivan Sarfatti
Photo © Ivan Sarfatti

Le nouveau navire de la compagnie, le MSC Virtuosa, entrera en service pour la saison estivale à partir du 16 avril, avec quatre croisières de 3, 4 et 10 nuits en Méditerranée avant de rejoindre son nouveau port d’attache de Kiel, où il commencera ses itinéraires en Europe du Nord à partir du 8 mai. Les navires de la génération Meraviglia, auxquels appartiennent des navires comme le MSC Virtuosa, se caractérisent par leur promenade emblématique de 101 mètres de long avec un impressionnant dôme céleste en LED, se trouvant au cœur du navire. Cette promenade s’étend sur deux ponts et est bordée de boutiques, de restaurants et de bars – c’est l’endroit idéal pour passer du bon temps, faire du shopping, se restaurer et se détendre. Le soir venu, la promenade s’anime avec de la musique, des soirées à thème et des divertissements, entre autres.

Le MSC Virtuosa est le navire jumeau du MSC Grandiosa, le premier navire d’une grande compagnie de croisières à avoir repris ses opérations en août 2020, accueillant à ce jour près de 40 000 passagers sous la protection du protocole de santé et de sécurité de MSC Croisières, leader du secteur, qui effectue actuellement des itinéraires de 7 nuits en Méditerranée occidentale. 2021 verra également le lancement de deux nouveaux navires MSC Croisières de dernière génération – le second étant le MSC Seashore – portant la flotte totale à 19, avec quatre autres navires qui seront inaugurés d’ici 2025. Le MSC Virtuosa et le MSC Seashore, qui entrera en service en août 2021, offriront les toutes dernières technologies environnementales, une technologie de pointe pour les passagers et toute une série d’expériences et fonctionnalités inédites. Chaque navire construit par MSC Croisières est différent du précédent, et ces navires ne font pas exception à la règle, car ils offrent davantage d’espaces publics, de cabines, de nouveaux bars et restaurants et bien plus encore.

En savoir plus sur le MSC Virtuosa

Expérience croisière innovante et nouvelles technologies

Tous les navires MSC Croisières mis en service depuis 2017 sont équipés de la technologie MSC for Me – conçue pour enrichir l’expérience client à bord. Cette offre numérique multicanale fournit notamment aux passagers les informations dont ils ont besoin quand et où ils le souhaitent et les aide à planifier et à réserver des services. Cette expérience multicanale est disponible via l’application MSC for Me, la télévision en cabine et des écrans interactifs autour du navire. Le bracelet MSC for Me permet aux hôtes de profiter du navire sans avoir besoin de leur carte de croisière, offrant ainsi une expérience sans contact. Avec le bracelet MSC for Me les hôtes peuvent payer des achats, réserver des services, ouvrir la porte de la cabine et il permet également la recherche de cas contacts dans le cadre des mesures de santé et de sécurité en vigueur.

MSC Yacht Club

Le MSC Virtuosa dispose du MSC Yacht Club, concept exclusif de navire dans le navire, qui offre le luxe et l’exclusivité d’un club privé, tout en offrant les possibilités de loisirs et de divertissement disponibles sur l’ensemble du navire. Les hôtes peuvent bénéficier d’un service de majordome personnel 24h / 24 et d’une équipe de conciergerie dédiée, ainsi que d’équipements privés, notamment un restaurant gastronomique, un salon élégant, une piscine spacieuse et une terrasse isolée.

Une offre famille primée

En tant qu’entreprise familiale, MSC Croisières a toujours placé les besoins des familles au cœur de l’expérience de croisière et l’offre familiale primée a de quoi divertir toute la famille. A bord, les hôtes peuvent découvrir de vastes installations dédiées conçues en collaboration avec LEGO et Chicco, une gamme de clubs pour les enfants de tous âges, un programme d’activités rempli d’action chaque jour et bien plus encore.

Des itinéraires inspirants

La MSC Virtuosa passera sa saison inaugurale en Europe du Nord, avec comme port d’attache Kiel, en Allemagne. Le navire proposera deux itinéraires époustouflants. Le premier permettra de découvrir les fjords norvégiens où le navire fera escale à Copenhague, au Danemark, puis à Hellesylt / Geiranger, Alesund et Flaam en Norvège. Le second offrira la possibilité aux hôtes de partir à la découverte des Capitales Baltes : Copenhague, Helsinki, Saint-Pétersbourg, et Tallinn. A partir de fin novembre 2021, le MSC Virtuosa passera la saison hivernale dans le Golfe et proposera des croisières de 7 nuits à destination de Dubaï, Abu Dhabi, Bahreïn et Doha.

L’environnement au cœur des préoccupations de la compagnie

Le MSC Virtuosa a reçu le prix « 11 Golden Pearls » du Bureau Veritas pour ses innovations, y compris en matière de protection de l’environnement, santé et sécurité. C’est le premier navire de croisière au monde à recevoir une note BIORISK du Bureau Veritas en reconnaissance de sa capacité à atténuer et à gérer le risque de maladies infectieuses pour les passagers.

Infographie MSC Développement Durable - Innovations environnementales

Émissions atmosphériques

le MSC Virtuosa est équipé de systèmes hybrides de nettoyage des gaz d’échappement. Cette technologie permet une réduction de 98% des émissions d’oxyde de soufre (SOx). Il dispose également de systèmes de réduction catalytique sélective (SCR) qui réduisent de 90% les émissions d’oxyde d’azote (NOx). Un système d’alimentation à quai, lui permettant de se connecter aux réseaux électriques locaux dans les ports où cette infrastructure est disponible. Cette technologie permet de réduire le fonctionnement des moteurs une fois le navire accosté entraînant par conséquent une forte réduction des émissions lorsque les navires sont à proximité des zones urbaines.

Eaux usées

Le MSC Virtuosa est équipé de systèmes avancés de traitement des eaux usées conçus conformément à la résolution MEPC 227 (64) de l’Organisation Maritime Internationale. Les normes de purification seront plus élevées que la plupart des installations de traitement des eaux usées à terre. Les systèmes de traitement des eaux de ballast empêchent l’introduction d’espèces invasives dans le milieu marin par les rejets d’eaux de ballast.

Protection de la vie marine

Le navire dispose aussi d’un système permettant de réduire le bruit de fond sous-marin. Cela est possible grâce à la conception de coque et de la salle des machines qui minimise l’impact sonore acoustique, réduisant ainsi leurs effets indésirables potentiels sur la faune marine, et plus particulièrement sur les mammifères marins.

Efficacité énergétique

Toutes les nouvelles constructions de navires MSC Croisières intègrent une large gamme d’équipements énergétiques qui aident à réduire et à optimiser l’utilisation des moteurs. Celles-ci incluent notamment des systèmes intelligents de chauffage, ventilation et climatisation et l’éclairage LED contrôlé par des systèmes de gestion intelligents pour améliorer toujours davantage les économies d’énergie. En partenariat avec les chantiers navals, toutes les nouvelles constructions sont équipées de systèmes de surveillance et d’analyse de l’énergie à distance, permettant une assistance en temps réel à bord pour optimiser l’efficacité opérationnelle.

Quelques caractéristiques du MSC Virtuosa

  • 19 ponts nommés comme des compositeurs célèbres
  • 331 mètres de long : Le navire est plus grand de 16 mètres par rapport aux MSC Meraviglia et MSC Bellissima proposant ainsi plus de cabines et d’espaces publics
  • 21 bars, 4 restaurants principaux, 5 restaurants de spécialités
  • 945 places disponibles au théâtre
  • 12 catégories de cabines différentes incluant 190 cabines familiales pouvant accueillir jusqu’à 12 personnes
  • 5 piscines dont 1 piscine couverte au pont 15
  • L’Himalayan Bridge au pont 19 proposant un parcours accrobranche à 80 mètres au-dessus de
  • la mer
ARTICLE PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION 

La cession des Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire à Fincantieri au point mort

Wonder of the Seas - Chantiers de l'Atlantique Saint-Nazaire

Site incontournable du paysage industriel français, les chantiers de Saint-Nazaire sont l’un des fleurons mondiaux de la construction navale civile. L’ancien STX France, qui a retrouvé depuis 2018 son nom historique des Chantiers de l’Atlantique, détient aujourd’hui un savoir-faire presque unique au monde dans le secteur des grands navires de croisière.

Leader mondial de la construction de grands paquebots, maillon incontournable de l’industrie nationale de Défense, moteur de toute une région tournée vers l’économie bleue, les Chantiers de l’Atlantique font partie du patrimoine industriel de la France. Pourtant, le Gouvernement – qui est aujourd’hui son actionnaire majoritaire – entend céder cet atout stratégique à son principal concurrent italien, le groupe Fincantieri, aux termes d’un accord signé il y a plus de trois ans et arrivant à échéance au 31 décembre. Actée par les pouvoirs publics, la réalisation de la cession est désormais suspendue à l’autorisation de la Commission européenne, qui l’examine au titre du droit de la concurrence. Si cette vente se concrétise, les Chantiers changeront de propriétaire pour la cinquième fois en moins de quinze ans.

Cliquez ici pour agrandir l’infographie

Une position stratégique dans le secteur de la construction de paquebots de croisières

Tournés dès leurs débuts vers la construction de grands paquebots, les Chantiers de l’Atlantique ont bâti un solide avantage comparatif dans un secteur très compétitif. Ils font aujourd’hui partie des trois seuls constructeurs au monde dépositaire du savoir-faire de « grand assembleur » de navires de croisière, détenant près de 24 % du marché. L’entreprise produit principalement pour l’export, performance particulièrement remarquable dans le contexte d’une balance commerciale française durablement déficitaire.

Celebrity Apex - Saint Nazaire - Chantier de l'Atlantique

Alors que le centre de gravité de la construction navale mondiale s’est déplacé vers l’Asie, le secteur des grands paquebots est le dernier bastion de l’industrie européenne : ni la Chine, ni la Corée du Sud n’ont pour l’instant pénétré ce segment, qui reste la spécialité de Saint-Nazaire, de l’italien Fincantieri et de l’allemand Meyer Werft.

À l’heure où la construction navale fait face au double défi d’une activité économique cyclique et d’évolutions sociétales remettant en cause les modèles traditionnels, les Chantiers de l’Atlantique disposent d’arguments solides et innovants pour tirer leur épingle du jeu de la compétition mondiale. En particulier, ils sont bien positionnés sur le marché des propulsions propres et des « navires du futur », ayant par exemple reçu commande pour les premiers paquebots fonctionnant au gaz naturel liquéfié.

Silenseas -Chantiers de l'Atlantique Saint-Nazaire

Les Chantiers de l’Atlantique jouissent d’infrastructures uniques dans l’estuaire de la Loire, qui ont été complétées par des investissements importants au cours des dernières années. En 2016, en 2018, puis en 2019, c’est à Saint-Nazaire qu’ont été successivement construits les plus grands paquebots du monde.

 

 Chantiers de l'Atlantique Saint-Nazaire

Les Chantiers ont acquis plusieurs siècles d’expérience dans la coordination et l’orchestration de plus de 400 000 tâches différentes, faisant intervenir une diversité de compétences et de composantes pour chaque navire. Cette diversité d’activités génère plus de 9 000 emplois directs et indirects dans toute la région, irriguant plus de 500 fournisseurs et sous-traitants. Plus de 55 % de la valeur des paquebots des Chantiers est produite en France, témoignant du fort ancrage local et national de l’entreprise. À ce titre, la préservation de ses emplois et des savoir-faire relève de la souveraineté économique du pays.

Chantiers de l’Atlantique : la commission des affaires économiques du Sénat appelle le Gouvernement à penser un nouveau projet

Sophie Primas - présidente de la commission des affaires économiques - Photo DR« L’accord signé il y a près de trois ans n’est toujours pas mis en œuvre : le rachat des Chantiers de l’Atlantique par Fincantieri, qui peine à convaincre, est aujourd’hui enlisé. Il est temps que le Gouvernement en prenne acte, et s’attelle dès maintenant à construire un projet d’avenir : nous avons mis en lumière des alternatives intéressantes« , a affirmé la présidente de la commission des affaires économiques, Sophie Primas, lors de la présentation de son rapport ce mercredi 28 octobre 2020.

Fruit de travaux lancés au début de l’année, le rapport adopté par la commission revient sur l’opération de rachat de l’entreprise de construction navale de Saint-Nazaire par le groupe italien Fincantieri. Décidée en 2017 dans le cadre de la faillite de la maison-mère sud-coréenne des Chantiers, la vente de la majorité du capital à Fincantieri, qui devait intervenir en 2020 après autorisation de la Commission européenne, se trouve désormais au point mort. Après avoir été prolongé déjà trois fois, l’accord de cession sera caduc au 31 décembre 2020.

« Nos auditions et déplacements, au plus près des salariés des Chantiers, des entreprises locales, mais aussi nos rencontres avec des experts du secteur et des représentants des compagnies de croisière, nous ont convaincus que la cession envisagée présente des risques avérés pour les savoir-faire, la souveraineté et l’emploi français. » En particulier, le rapport soulève les risques de transfert de savoir-faire vers la Chine, Fincantieri étant engagé dans un partenariat approfondi avec le géant public chinois de la construction navale. Seuls les chantiers européens sont pour l’instant capables de construire les grands paquebots emblématiques de Saint-Nazaire.

La présidente Primas a également exposé les inquiétudes relatives à la pérennité du tissu économique local, le constructeur italien comptant déjà de nombreux sites de production dans le monde et s’appuyant sur son propre réseau de fournisseurs. « Bien que l’État se soit efforcé de renégocier les conditions de la vente pour instaurer certains garde-fous, force est de constater que les garanties apparaissent insuffisantes. L’expérience des dossiers Alstom-GE ou Technip-FMC nous a montré que le Gouvernement n’est souvent pas en mesure de faire respecter les engagements pris par l’acquéreur. Rien n’assure que la volonté politique sera là.« 

Les sénateurs rappellent en outre que les activités des Chantiers de l’Atlantique sont un maillon de la souveraineté militaire, s’agissant d’une compétence nécessaire à la production de grands navires militaires comme le porte-avions de nouvelle génération. « Après Aéroports de Paris, après Alstom, la France va-t-elle brader cet actif unique, pour un montant non défini, que nous estimons inférieur à 60 millions d’euros ? », s’est interrogée la présidente Sophie Primas.

Alors que la cession est actuellement bloquée en l’attente de la décision européenne, la commission des affaires économiques appelle le Gouvernement à prendre acte de ces carences pour « éviter l’erreur stratégique » et à réfléchir dès aujourd’hui à un nouveau projet de reprise pour les Chantiers de l’Atlantique, afin de « construire l’avenir ».

La commission identifie trois lignes fortes pour construire un projet alternatif équilibré

  1. Maintenir une présence de l’État au capital, qui reflète les enjeux de souveraineté et joue un rôle stabilisateur pour le capital et les garanties financières
  2. Accueillir des partenaires privés porteurs d’un véritable projet industriel pour les Chantiers, qui offrent des complémentarités et un potentiel de développement. Leur engagement au capital devra être de long-terme, et intégrer les aléas conjoncturels liés au caractère cyclique de la construction navale.
  3. Encourager un capitalisme territorial cohérent avec l’ancrage local des Chantiers, en associant pleinement les collectivités et les entreprises locales au projet, en leur permettant notamment de s’engager davantage au capital de l’entreprise.

ARTICLE PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION