MSC Croisières ouvre de nouvelles perspectives pour les voyages sur les grands paquebots

MSC Grandiosa

Voilà maintenant trois semaines que le MSC Grandiosa navigue en Méditerranée occidentale, après de nombreux mois d’arrêt liés à la pandémie. Cette reprise accompagnée d’un protocole sécuritaire stricte montre aujourd’hui que la croisière « réimaginée » par MSC Croisières en fait l’un des voyages les plus sécurisé qui soit en matière de tourisme. Voici un des messages fort qu’a tenu à partager avec nous Patrick J. Pourbaix, Directeur Général France Belgique et Luxembourg de MSC Croisières lors du premier bilan réalisé à l’issue de la reprise du MSC Grandiosa et de son expérience personnelle à bord.

Des mesures strictes à l’embarquement et une ambiance sereine

Le protocole mis en place par MSC Croisières fonctionne et aucun cas de COVID n’a été relevé depuis la reprise des croisières du MSC Grandiosa. Au terminal croisière, l’ambiance est sereine : distanciation physique, port du masque, zone pour les tests de dépistage… tout est bien organisé. Les passagers, impatients d’embarquer pour ces vacances tant attendues, se prêtent avec respect à cette nouveauté incontournable.

Seuls les passagers en provenance de l’Espace Schengen peuvent embarquer. Les français sont d’ailleurs la deuxième nationalité représentée sur ces croisières juste après les Italiens.  « La France, tout comme la Belgique, fait partie des pays présents sur la liste des pays à haut risque selon les directives du centre européen de prévention et de contrôle des maladies », précises Patrick Pourbaix. La compagnie tient à ce que ses croisières soient les plus irréprochables possible en matière de sécurité. « Aussi, même si MSC réalise des tests de dépistage au terminal d’embarquement, cela n’exempte pas de présenter un résultat négatif réalisé en laboratoire 72h avant le départ. En cas de manquement à cette règle l’embarquement ne sera pas possible », confirme Patrick Pourbaix.

A bord, les passagers retrouvent tout ce qui fait le bonheur des voyages en croisières

Sur le navire, c’est toute une signalétique qui a été mise en place pour faciliter la vie des passagers. « On peut se demander si la croisière est aussi agréable qu’avant. Pendant mon séjour à bord, j’ai pu observer des passagers qui étaient ravis de reprendre la mer avec nous. J’ai constaté qu’ils ont bien conscience que la croisière d’aujourd’hui nécessite ces nouvelles mesures. Elles sont donc très bien acceptées et respectée ce qui contribue à retrouver une ambiance de croisière agréable et appréciée par chacun. », indique Patrick Pourbaix.

Activités, excursions et spectacles

Patrick Pourbaix : « Les passagers peuvent profiter des nombreuses activités proposées à bord : cours de danse, gym, piscine, Aquapark…  sont toujours au programme. Les activités sont organisées dans le respect des nouvelles habitudes. Comme à terre, on respecte la distanciation et on porte le masque lorsqu’on circule à bord. Les clubs enfants sont ouverts et les enfants sont pris en charge par les animateurs pour profiter des activités quotidiennes.

Les sorties durant les escales ne peuvent se faire qu’avec les excursions MSC et nous avons donc mis en place des tarifs très abordables : 3 excursions pour 100€ avec 4 à 5 excursions proposées à chaque escale. Aujourd’hui notre objectif n’est pas la rentabilité, nous voulons redonner confiance et relancer l’activité. Nous tenons à rassurer les passagers qui voyagent avec nous concernant les escales. Par exemple, la Belgique ayant classé Malte en zone rouge, les belges sont restés à bord pour profiter du navire et la compagnie leur a remis un certificat afin de leur éviter une quatorzaine de retour au pays.

En ce qui concerne les spectacles, ils ont toujours lieu au théâtre et pour assurer la distanciation, plusieurs séances sont proposées. En soirée, on retrouve les concerts dans les salons. Au final on retrouve ce qui fait l’attrait des croisières. »

Buffet et restaurants

Patrick Pourbaix : « La température des passagers est prise deux fois par jour à l’occasion du petit déjeuner et du dîner. L’application MSC for me contribue à faciliter la traçabilité pour s’assurer que la bulle de sécurité sanitaire fonctionne. Le buffet a été réaménagé pour assurer un service à l’assiette. Soit avec des assiettes toutes prêtes soit en se faisant servir par l’équipage. Au restaurant, les familles restent ensemble et les tables occupées sont éloignées les unes des autres pour assurer la distanciation. Les restaurants de spécialités sont bien entendu ouverts également. Les passagers ont donc le choix. »

La croisière, le moyen le plus sûr de partir en vacances aujourd’hui

Patrick Pourbaix : « Nous avons mis en place une bulle de sécurité qui permet aux passagers de profiter au mieux de leurs vacances. Comme moi à l’occasion de cette croisière, beaucoup se retrouvent en famille. L’occasion de profiter du navire et de retrouver le plaisir de voyager ensemble. Aujourd’hui, quelles sont les vacances qui offrent un tel niveau de sécurité ? Nous savons que nous sommes observés par le monde entier et que l’avenir de la croisière passe par la sécurité des passagers, de l’équipage et des populations lors des escales. Notre protocole montre que la reprise de la croisière est possible, y compris sur les grands navires ».

Qu’en est-il des départs depuis la France ?

Patrick Pourbaix : « L’expérience des premières croisières montre que nous sommes prêts. Le redémarrage dépend des autorités gouvernementales et sanitaires et les discussions se poursuivent pour envisager un redémarrage depuis la France ».

Partir en croisière sera-t-il plus cher demain ?

Dans un contexte inédit comme celui que nous vivons et avec la suspension des croisières pendant des mois, on peut légitimement se demander si le prix des croisières sera plus cher demain. À cette question, Patrick Pourbaix a été très clair : “Il n’y aura pas de rattrapage de prix et la compagnie ne bradera pas ses croisières non plus. Les compagnies de croisières doivent se reconstruire, nous n’avons pas d’autre choix ».

La situation a-t-elle freiné le développement de la compagnie ?

Patrick Pourbaix : « Tout le plan de construction des futurs navires MSC Croisières, y compris les bateaux de luxe est confirmé avec les délais nécessaires pour rattraper le retard lié au confinement. MSC Croisières est le premier client des Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire. Je tiens également à souligner que nous sommes restés en dialogue permanent avec eux et qu’ils nous ont beaucoup aidé dans la mise en place du protocole de sécurité sanitaire afin de réaménager l’air conditionné afin qu’il n’y ait plus de circulation interne de l’air à bord des navires. Ce système a été mis en place sur le Grandiosa, il sera généralisé sur la flotte et bien sûr intégré aux futurs navires également ».

MSC Virtuosa

ARTICLE PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION

Commande de 2 paquebots géants au GNL pour Costa Croisières

Costa Croisières lance le projet Excellence et commande 2 paquebots géants au GNL. D’une capacité de 6 600 passagers, la construction est confiée aux chantiers Finlandais Meyer Turku Oy. 

Paquebot Costa Croisières GNL 2019 - 2020

Caractéristiques techniques

  • Livraison prévue 2019 & 2021
  • Chantier de construction : Meyer Turku Oy – Finlande
  • Longueur : 337 mètres
  • Largeur : 42 mètres
  • Tirant d’eau : 8,80 mètres
  • Tonnage : 183 200 tonneaux
  • Nombre de cabines passagers : 2 605
  • Capacité : 6 600 passagers en occupation double
  • Nombre de membre d’équipage (max) : 1 647
  • Ratio de cabines avec balcon : 63,7%
  • Vitesse de croisière : 17 nœuds 

Paquebot Costa Croisières GNL 2019 - 2020

Ces deux navires seront les premiers du secteur des croisières (avec les 2 nouveaux navires précédemment annoncés pour Aida Cruises, la filiale allemande du groupe Costa) à fonctionner au gaz naturel liquéfié (GNL), l’énergie fossile la plus propre au monde : une avancée capitale pour l’environnement.

Paquebot Costa Croisières GNL 2019 - 2020

Cette commande de Costa s’inscrit dans le cadre d’un contrat de plusieurs milliards de dollars avec les deux chantiers navals Meyer à Turku (Finlande) et à Papenbourg (Allemagne), qui prévoit également la construction de deux nouveaux navires pour Aida Cruises. Ce contrat avec Meyer résulte d’un protocole d’accord précédemment annoncé entre Carnival Corporation & plc, la maison-mère du groupe Costa, et les chantiers navals leaders du secteur Meyer Werft, Meyer Turku et Fincantieri S.p.A., pour la construction de neuf navires entre 2019 et 2022.

« Ces navires vont renforcer la position de leader du groupe Costa sur tous les grands marchés d’Europe continentale », a affirmé Michael Thamm, PDG de Costa Crociere. « Ce contrat de plusieurs milliards de dollars avec Meyer reflète notre stratégie : proposer en permanence de nouvelles offres de séjour, ainsi que des expériences de croisières inédites à nos passagers. »

Paquebot Costa Croisières GNL 2019 - 2020

Costa Croisières - Neil Palomba

Neil Palomba, président de Costa Crociere

« Les deux navires Costa sont de véritables innovations pour le secteur. Ils deviendront de nouvelles références pour toute l’industrie, car ils seront les premiers navires écologiques fonctionnant au GNL et proposeront une large gamme d’équipements conviviaux pour les passagers. De plus, ils seront l’expression même du nouveau positionnement de Costa, qui rend hommage au « meilleur de l’Italie » », a expliqué Neil Palomba, président de Costa Crociere. « Cette commande confirme également que la marque Costa poursuit sa croissance et son développement,et continue d’avoir des retombées économiques positives dans les principaux pays où la compagnie opère, y compris en Italie. »

Préfigurant une nouvelle ère dans l’utilisation de carburants renouvelables, les nouveaux navires Costa seront les premiers du secteur des croisières à utiliser du GNL dans un moteur hybride qui alimentera le navire au port aussi bien qu’en mer. Le GNL sera stocké à bord des navires et utilisé pour fournir 100 % de l’énergie en mer, une autre première du secteur pour Costa. L’utilisation du GNL pour faire fonctionner le navire au port et en mer réduira de manière significative les émissions de gaz, contribuant ainsi à la protection de l’environnement et permettant à la compagnie de se rapprocher de ses objectifs ambitieux en matière de développement durable.

« Nous sommes honorés de la confiance accordée par Costa pour la conception et la construction de sa nouvelle génération de navires pour l’Europe. Afin de répondre aux besoins spécifiques de Costa, ces navires seront conçus de manière révolutionnaire, pour garantir des « croisières écologiques » », s’est réjoui Jan Meyer PDG de Meyer Turku Oy. « Nous construisons ces navires avec une équipe solide à Turku et avec le soutien des meilleurs fournisseurs européens notamment. Parmi ces fournisseurs, nous comptons un grand nombre d’entreprises italiennes avec lesquelles nous avons déjà travaillé en Finlande et en Allemagne. Nous souhaitons poursuivre ces partenariats fructueux. »

Cette nouvelle commande représente également une opportunité remarquable pour l’Italie. Selon les prévisions de Costa Crociere, environ 750 membres d’équipage italiens seront engagés à bord de ces deux navires. L’art de vivre à l’italienne sera par ailleurs célébré à bord : ces nouveaux navires seront les ambassadeurs du meilleur de l’Italie, permettant ainsi aux milliers de passagers internationaux de découvrir l’excellence de ce pays en matière d’élégance, d’hospitalité, de divertissement et de spécialités œnologiques et gastronomiques.

Cette nouvelle commande permettra au groupe Costa d’asseoir sa position de leader sur le marché des croisières en Europe continentale, un marché sur lequel, en 2014, cinq passagers sur dix ont navigué à bord d’un navire du groupe Costa.

En savoir plus sur les navires GNL de Costa Croisières

Gaz naturel liquéfié (GNL) :

  • gaz naturel (méthane principalement, CH4) qui a été converti sous forme liquide pour faciliter son stockage et son transport.
  • inodore, incolore, non toxique et non corrosif.

Environnement :

Le GNL est l’une des énergies fossiles les plus respectueuses de l’environnement.
En particulier :

  • il n’émet pas de gaz de type SOx ;
  • les émissions de particules sont proches de zéro (réduite de 95 % à 100 %) ;
  • le taux de NOx peut être réduit de 85 % ;
  • il a le taux d’émissions de CO2 le plus bas par unité d’énergie, en comparaison, un diesel marin est à environ 25 %.

Sécurité :

L’usage du GNL comme carburant marin est régi par le Code international de gestion pour la sécurité applicable aux navires utilisant des gaz ou autres combustibles à faible point éclair (Code IGF). Le Code IGF vise à réduire les risques pour le navire, son équipage et l’environnement compte tenu de la nature des carburants employés. Il présente des dispositions obligatoires pour l’agencement, l’installation, le contrôle et la surveillance des machines, des équipements et des systèmes utilisant des carburants à faible point éclair, dont le GNL.

Le GNL est aussi fiable voire plus que d’autres types de carburant employés communément.

Son bilan de sécurité est excellent :

  • bien qu’il renferme une grande quantité d’énergie, si cette dernière s’échappe en milieu ouvert, elle ne peut être relâchée assez rapidement pour provoquer les surpressions à l’origine d’une explosion.
  • les vapeurs de GNL (méthane) mélangées à l’air ne sont pas explosives dans un milieu non confiné.
  • La température d’auto-inflammation du GNL est très élevée : elle est de 580 °C contre 250 °C pour un diesel.

De plus, l’ensemble des équipages Costa directement impliqués dans la manipulation du gaz et des systèmes de maintenance qui y sont liés disposeront d’une formation sur le GNL et de certifications spécifiques en plus de leur formation de base.

Utilisation et disponibilité :

Le GNL est utilisé depuis 50 ans sur les méthaniers. À présent, la technologie GNL est également disponible pour les moteurs à quatre temps et le procédé est en développement pour les moteurs à deux temps.

Le GNL est désormais une alternative viable au fioul lourd (Heavy Fuel Oil – HFO) et au diesel à usage marin (Marine Gas Oil – MGO) en tant que carburant de propulsion principal. Selon DNV (la plus grande société de classification pour l’industrie maritime), en mars2015, on dénombrait environ 59 navires en opération fonctionnant au GNL. Le rapport montre qu’à l’horizon 2020, le nombre de navires fonctionnant au GNL devrait atteindre 1 000.

Jusqu’à présent, la disponibilité du GNL comme carburant de soute se concentre en Europe du Nord. Étant donné le nombre croissant de navires fonctionnant au GNL, l’Union européenne, par le biais de la Directive 2014/94/EU, a défini un cadre de mesures communes visant à déployer des infrastructures destinées aux carburants alternatifs, qui comprend les points de ravitaillement en GNL, demandant aux États membres de définir leur cadre d’action d’ici à novembre 2016.

Encouragés par cette tendance, de nombreux ports méditerranéens cherchent activement à développer des infrastructures de ravitaillement en GNL dans un futur proche.

Mise en place et technologie :

À bord des nouveaux navires Costa, le GNL sera utilisé pour alimenter un moteur hybride de moyenne vitesse à quatre temps.

Les moteurs hybrides sont en mesure d’utiliser du MGO non seulement en cas d’absence ou d’indisponibilité de GNL, mais aussi pour respecter les normes de sécurité de retour au port, qui requièrent de disposer d’une propulsion et de systèmes d’alimentation entièrement opérationnels.

Le carburant sera stocké dans trois réservoirs de type C, à une pression allant jusqu’à 4 bars, avec un volume cumulé d’environ 3 500 m3.

Les espaces de la salle des machines seront sécurisés : des conduites à double paroi seront utilisées pour transporter les gaz et des valves de contrôle seront disposées dans leurs propres espaces sécurisés.

Coûts :

L’investissement nécessaire à la construction d’un navire propulsé au GNL est plus élevé que celui d’un navire conventionnel. Cependant, si l’on tient compte du coût des systèmes d’épuration des gaz d’échappement nécessaires à la mise en conformité des navires conventionnels avec les nouvelles réglementations environnementales, la différence n’est plus si significative. De plus, à l’heure actuelle, le prix du GNL est nettement plus bas que celui des carburants conventionnels, ce qui encourage ce changement. 

Publié par Corinne Ancion

MSC Croisières prend possession du MSC Seaside et annonce la commande de deux nouveaux paquebots Seaside EVO

MSC Seaside MSC Croisières a officiellement pris livraison de son nouveau fleuron, le MSC Seaside aux chantiers navals Fincantieri de Monfalcone en Italie. La cérémonie de livraison s’est déroulée en la présence de Monsieur Sergio Mattarella, Président de la République Italienne, Monsieur Graziano Delrio, Ministre des Infrastructures et des Transports, ainsi que d’autres élus et dirigeants.

MSC Seaside

Président Exécutif de MSC Croisières, Monsieur Pierfrancesco VagoLe Président Exécutif de MSC Croisières, Monsieur Pierfrancesco Vago a déclaré : « La mise en service du MSC Seaside marque un nouveau tournant dans l’histoire de notre compagnie, résolument tournée vers l’avenir, et représente également un moment clé pour toute l’industrie. En effet, il s’agit du premier navire d’une série de cinq nouveaux prototypes à entrer en service, et introduit une grande nouveauté dans l’industrie du tourisme. La classe Seaside a été pensée pour rapprocher les hôtes de la mer, et opérer dans des climats chauds, tout en repoussant les limites des technologies maritimes, positionnant nos hôtes au cœur de l’expérience. »

Monsieur Vago a ajouté : « Alors que la fin de l’année 2017 approche, nous pouvons nous réjouir d’une année durant laquelle nous avons connu une croissance sans précédent en capacité de passagers. Deux des navires les plus innovants dans l’industrie sont entrés en service durant les 6 derniers mois, et aujourd’hui, nous ajoutons deux navires Seaside EVO à notre plan d’investissement. Nous voilà maintenant encore mieux positionnés pour renforcer notre empreinte à l’échelle internationale. Nous attendons la livraison d’au moins un navire par an d’ici 2026, dont 6 progressivement mis en service entre 2017 et 2020. »

MSC Seaside cérémonie - Giuseppe Bono, Président Directeur Général de Fincantieri Monsieur Giuseppe Bono, Président Directeur Général de Fincantieri a déclaré : « Nous sommes fiers d’avoir réalisé un projet d’une telle envergure : un navire, pour un nouveau client, et le plus grand jamais construit en Italie. Cela démontre non seulement notre aptitude à répondre aux besoins des armateurs, mais aussi l’extraordinaire niveau opérationnel atteint par Fincantieri. En fait, j’aimerais mettre l’accent sur le fait que le MSC Seaview, navire-jumeau du MSC Seaside, sera livré dans tout juste six mois sur ces mêmes chantiers navals. » Monsieur Bono a ajouté : « Nous avons construit, avec MSC Croisières, un navire très innovant. Nous avons fait un véritable bond vers le futur en termes de qualité technologique. Notre capacité à marquer un tel tournant a été récompensée par une nouvelle commande pour deux nouveaux navires qui vont, une fois de plus, incarner une autre évolution notoire ».

Aujourd’hui, pendant la cérémonie de livraison, qui s’est déroulée dans le plus grand respect de la tradition maritime datant de plusieurs siècles, Monsieur Roberto Olivari, Directeur des chantiers navals Fincantieri, a remis à Monsieur Pier Paolo Scala, Commandant du MSC Seaside, un flacon contenant les premières eaux ayant touché la coque du navire quelques mois plus tôt lors de la cérémonie de mise à flot. À la clôture de la cérémonie de livraison, le MSC Seaside a mis le cap sur Trieste, pour continuer ensuite son voyage vers Miami, où il sera baptisé le 21 décembre.

MSC Seaside cérémonie

Le MSC Seaside est le premier navire de la classe Seaside, un prototype totalement nouveau, repoussant les limites de l’innovation en termes de design et de construction maritime. Avec une jauge brute de 153 516 TJB et une capacité d’accueil de 5 119 passagers, c’est le second navire nouvelle génération de la flotte MSC Croisières, et le premier à être livré par Fincantieri.

Le MSC Seaside aura Miami pour port d’attache. Il effectuera sa première croisière dans les Caraïbes en marquant des escales dans de nombreux ports des Caraïbes Orientales et Occidentales.

Le MSC Seaside quitte Trieste après sa livraison par les chantiers Fincantieri

Cérémonie de lancement du MSC Seaside


À l’occasion de la cérémonie de livraison du MSC Seaside, le second nouveau navire à être mis en service par la compagnie en 2017, MSC Croisières et Fincantieri ont signé la commande ferme de deux nouveaux navires Seaside EVO, une évolution des prototypes de la classe Seaside, pour un investissement total de 1,8 milliards d’Euros. Suite à ce nouvel accord entre MSC Croisières et Fincantieri, le projet initial qui était de construire un troisième navire de la classe Seaside pour livraison en 2021, a été remplacé par la construction du premier des deux navires Seaside EVO. La mise en service du second de ces navires est prévue pour 2023.

Les spécificités des nouveaux paquebots Seaside EVO : 339m de long – 41m de large – 169 380 TJB – Capacité totale passagers + équipages : 7280

En plus d’offrir encore plus d’espace, les navires Seaside EVO auront des dimensions plus grandes, davantage de cabines, un MSC Yacht Club encore plus vaste (avec un pont supplémentaire et des cabines plus spacieuses) et pourront accueillir jusqu’à  5 646 passagers. De plus, tout comme les navires de la classe Seaside, les navires Seaside EVO seront à la pointe de la technologie environnementale, incluant entre autres : des catalyseurs RCS (Réduction Catalytique Sélective), des systèmes perfectionnés de régulation des émissions, qui réduisent les oxydes d’azote (NOx) de façon significative en les transformant en gaz-azote (N2) inoffensif, et en eau; des systèmes hybrides de nettoyage des gaz d’échappement, en accord avec les règlementations portuaires les plus strictes; des systèmes de recyclage et de traitement des déchets les plus avancés, des systèmes très performants de traitement des eaux usées (dépassant largement les standards en vigueur, et à la hauteur des normes les plus rigoureuses de l’industrie), et aussi de systèmes de récupération d’énergie et de chaleur très performants. Des dispositifs d’économie d’énergie seront installés partout ainsi que des éclairages LED. Ces navires seront ultra-hydrodynamiques grâce à une grande optimisation des lignes de coque, des hélices et du gouvernail, en combinaison avec une peinture antisalissure qui réduit la résistance des ondes de surface, résultant en une grande optimisation de la consommation de carburant.

Avec ces deux navires supplémentaires, le plan d’investissement de la compagnie, sans précédent dans l’industrie, compte désormais 12 nouveaux navires d’ici 2026, pour un montant total de 10,5 milliards d’Euros.

Suivant de près le MSC Seaside, son navire-jumeau, le MSC Seaview, entrera en service en juin 2018, débutant sa saison inaugurale en Méditerranée. Aujourd’hui, lors de la cérémonie de livraison, Monsieur Vago a également annoncé que le MSC Seaview sera baptisé le 2 juin 2018 à Civitavecchia, en Italie.

MSC Seaview

PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION