Norwegian Epic

Norwegian Epic - NCL - Toulon - La Seyne sur Mer

Unique en son genre, le Norwegian Epic n’a pas de sistership. A l’époque, c’est le plus gros paquebot construit à Saint-Nazaire.

18 septembre 2020 – Le Norwegian Epic est positionné au môle d’armement de Toulon/La Seyne sur Mer pour un stationnement longue durée programmé jusqu’au 7 novembre 2020 en raison de la crise liée à la pandémie de COVID-19.

Caractéristiques du Norwegian Epic

  • Construit aux chantiers de Saint-Nazaire
  • Date de livraison 17 juin 2010
  • Travaux de modernisation aux chantiers Damen Shiprepair de Brest en septembre 2015
  • 4 100 passagers
  • 2 100 cabines dont 128 studios pour les voyageurs solo et 1 415 cabines extérieures
  • 1 743 membres d’équipage
  • Longueur : 329 m
  • Largeur : 40 m
  • Tonnage : 155 873 tonneaux
  • Vitesse maximum : 24 nœuds
  • Vitesse de croisière : 22 nœuds
  • 16 ascenseurs
  • 12 ponts réservés aux passagers
  • 23 restaurants dont des buffets en self-service
  • 20 bars et salons
  • 5 piscines et 9 bains à hydromassage
  • Aqua Park avec toboggans
  • Spa : centre bien-être avec piscine, bains à remous, sauna, hammam, salles de soins, solarium…
  • Salle de sport et parcours de jogging extérieur
  • Espaces réservés aux enfants
  • Boutiques : vêtements, souvenirs, produits du quotidien, bijoux, mode, photos
  • Bibliothèque
  • Casino
  • Salons avec pistes de dance
  • Discothèque
  • Espace Internet
  • Espace jeux d’arcades, baby foot, ping pong
  • Bowling
  • Mur d’escalade
  • Trampoline
  • Voltage (en cabine) : 220/110 volts

Norwegian Epic

Plans des ponts du Norwegian Epic

Plan des ponts du Norwegian Epic

Téléchargez les plans des ponts du Norwegian Epic (2012)

Le concept Freestyle Cruising

Norwegian EpicC’est la marque de fabrique de NCL, un concept qui allie Liberté et Flexibilité. En résumé, faire ce que l’on veut, quand on veut et comme on veut :

  • Pas de contrainte vestimentaire pour les soirées.
  • La souplesse de se restaurer où l’on souhaite sans se voir imposer l’horaire d’un 1er ou 2e service.
  • La flexibilité de choisir parmi plus de 20 options de restaurations (avec ou sans supplément de prix).
  • Le choix des cabines est varié : suites, balcons, intérieures… mais aussi des studios pour les croisiéristes solo ou encore des cabines modulaires et communicantes pour les familles et groupes d’amis.
  • Les itinéraires : des mini-croisières aux voyages au long-cours pour que chacun y trouve son compte.

Bref, un concept qui a fait évoluer le monde de la croisière et qui a inspiré de nombreuses compagnies.

Un design original

Le paquebot Norwegian Epic est sans aucun doute le navire le plus étonnant de sa génération. Un design polémique et des aménagements que tout croisiériste qualifiera d’exceptionnellement originaux et innovants. C’est en tous cas ce que l’on peut lire dans de nombreux commentaires à son propos. Alors pour pouvoir juger et me faire mon propre avis, j’avais vraiment envie de faire une croisière à bord. C’est chose faite !

Embarquement à bord

Qu’est-ce qui m’attend sur le Norwegian Epic : un Aqua Park, un toboggan qui se termine en spirale, un Ice-Bar, un cirque, des shows de Broadway et bien plus encore. Je vous embarque ? C’est partie pour la découverte…

Pour prendre ses repères facilement, il faut retenir que les ponts « vie » sont les ponts 5, 6, 7, 14 ainsi que les ponts extérieurs 15 et 16. Sur le pont 17, on trouve le terrain de sport et quelques jeux pour enfants.

La passerelle – Bridge viewing room

La passerelle de commandement n’est pas accessible au public mais pendant les journées de mer, on peut accéder à la pièce « Bridge viewing room ». Cachée au pont 13, cet espace dispose d’une grande baie vitrée qui donne sur la passerelle. On y trouve des répétiteurs de navigation, des plaques remises à l’occasion des escales inaugurales du navire ainsi qu’une maquette du paquebot Norway (Ex paquebot France).

L’Atrium

Norwegian Epic - Atrium

Le lobby est la place centrale du navire. On y trouve le bureau information (Guest Services), le bureau de change où l’on peut également consulter ses consommations (On Board Credit) ou encore acheter des timbres et y poster ses cartes postales. Le bureau des excursions (Shore Excursions) se trouve juste en face. 

Norwegian Epic - Atrium

 

Le bureau des excursions

Norwegian Epic - Bureau des excursions

Bureau des excursions

C’est une véritable agence de voyage qui donne davantage de renseignements sur les excursions proposées. Le programme y est disponible au format papier (on peut également le consulter sur des bornes). Pour réserver une visite, soit on utilise une borne, soit on remplit un formulaire que l’on dépose au bureau des excursions. On peut aussi organiser un programme sur mesure et réserver au bureau des excursions un taxi ou une voiture de location pour un service davantage personnalisé. 

Cabines

Cabine avec balcon 11 311

Norwegian Epic - Cabine 11311Le design des cabines en vague est une particularité du Norwegian Epic. La forme atypique en vague donne vraiment du cachet. La disposition s’en trouve donc changée par rapport à ce que l’on trouve habituellement sur les navires. De part et d’autre de l’entrée, on trouve WC et cabine de douche qui sont indépendants. Chacun des deux espaces se ferme avec une porte coulissante en verre dépoli et l’ensemble se sépare du reste de la cabine avec un simple rideau. Le lavabo se trouve du coup dans la partie cabine puisqu’il n’y a pas de « bloc salle de bain ». Sur le balcon, on trouve une petite table et deux chaises longues.

Le canapé lit est arrondi. Le lit est un véritable petit cocon. Les matelas ont été changé à l’occasion de son refit à Brest en octobre 2015.

  • Bon à savoir : le balcon de cette cabine est plus grand sans pour autant être d’une catégorie supérieure. C’est le cas de la plupart des cabines Bx situées dans les angles du navire.
  • Info pratique : la porte dispose d’un disque qui permet d’indiquer au cabinier si on souhaite qu’il fasse notre cabine ou qu’il ne nous dérange pas.
  • Trucs et astuces : pour vous repérer dans les couloirs c’est très simple. Il vous faut retenir cette règle simple, les cabines avec les numéros en orange sont situées à bâbord (gauche) et sur tribord (droite) pour les numéros en bleu. Plus le chiffre augmente et plus vous vous éloignez de l’avant du navire.

Les studios

Comme les studios sont très demandés, il est nécessaire de les réserver longtemps à l’avance. L’économie lorsqu’on réserve un studio est d’environ 25%. L’accès aux studios se fait via des couloirs privatifs accessibles uniquement aux porteurs des cartes de cabines des studios. Un salon commun permet aux personnes seules de pouvoir se rencontrer et d’échanger pour favoriser la convivialité des voyageurs solos. Ce salon n’est pas accessible aux autres passagers.

Informations pratiques
Dans votre cabine, vous trouverez quelques documents en anglais :

  • Informations sur le Freestyle dining : description des restaurants gratuits (complimentary) ou payant (speciality).
  • Dress code à adopter dans les restaurants (ou comment s’habiller en soirée).
  • Informations sur les packages boissons.
  • Réponses aux questions les plus fréquentes le premier jour de croisière.
  • Informations sur le journal de bord, les services disponibles, la visite du navire le jour de l’embarquement et bien d’autres conseils.
  • Une synthèse du programme de la semaine avec les horaires des temps forts.

Cliquez ici pour télécharger les informations pratiques au format pdf

The Haven

Norwegian EpicAu sommet du Norwegian Epic on trouve un étrange bloc noir. Celui-là même qui rend le navire sujet à polémiques du fait du design étrange qu’il donne au navire. Il s’agit de la zone The Haven, réservée exclusivement aux hôtes des Suites du même nom. Isolée du reste du paquebot on y trouve les cabines les plus luxueuses du navire. The Haven Courtyard est un patio avec piscine, jacuzzis et solarium privés.

Courtyard Pool and Spa

The Haven a sa salle de sport, ses salles de massage, son salon privatif, son espace lunch et son restaurant sans oublier une conciergerie et un majordome 24h/24 sont là pour répondre à toutes les attentes des croisiéristes de ces cabines.

The Epic Club Lounge

Aqua Park, piscines et Jacuzzis 

Aqua Park

Les attractions principales de l’Aqua Park sont les 3 toboggans le Epic Plunge et sa glissade en spirale sur une bouée. Si ce dernier est le plus attirant, ne négligez pas les autres dont les sensations ne sont vraiment pas mal non plus 😉 L’accès est bien entendu gratuit.

Piscines centrales et jacuzzis

Spice H2O – Piscine arrière et jacuzzis

L’espace H2O est réservé aux adultes. On y trouve un bar, un snack, des transats, une piscines et des jacuzzis. Les transats et tables sont disposées en théâtre face à un écran géant. Le soir l’espace se transforme, le fond de la piscine remonte et se transforme en piste de danse pour des soirées sous les étoiles. L’écran géant diffuse des films de cinémas certains soirs lorsque la météo le permet.

Mur d’escalade

Il comporte différents de difficultés. C’est également un loisir gratuit à bord.

Norwegian Epic - Mur d'escalade

Sur les ponts

Marketplace

Le lieu a été réaménagé suite au refit réalisé à Brest en 2015. En plus d’un espace de vente temporaire, on y trouve des fauteuils suspendus pour lire et se détendre.

Shuffleboard

Le jeu de palets ou shuffleboard est un loisir historique sur les paquebots. Règles du shuffleboard : le but du jeu consiste marquer des points en faisant glisser des palets avec une canne sur un « plateau de jeu » dessiné au sol.

Norwegian Epic - Shuffle board

Le théâtre – Epic theater

Norwegian Epic - Kiosque de réservation de spectaclesLe Norwegian Epic propose des spectacles de grande qualité. Les shows de Broadway sont gratuits. Il n’y a que 680 places car la compagnie mise sur le fait que les lieux de spectacles sont nombreux à bord : Spiegel Tent, Headliner’s Comedy Club, The Cavern Club… Les places peuvent se réserver sur Internet quelques jours avant le départ. Il faut aller régulièrement sur le site pour voir si la réservation est possible car on ne reçoit aucun mail pour nous prévenir. Sur place, on peut réserver au kiosque devant le théâtre ou sur les bornes tactiles. Ne vous attendez pas à trouver vos tickets dans votre cabine la veille du show, il suffit de présenter sa carte d’embarquement à l’entrée du théâtre le jour « J ».

Certains spectacles sont très demandés, il faut mieux réserver pour s’assurer d’avoir une place. Si vous n’avez pas réservé, sachez que 10 minutes avant le spectacle, l’accès est ouvert à tous.

Burn the Floor

Ce spectacle de danse primé a fait le tour du monde et s’est produit à Broadway. Dans ce show, les artistes enchaînent danses classiques et modernes sur de la musique pop rock.

Priscilla Queen of the Desert

Dans cette comédie de Broadway, les célèbres drag-queens traversent l’Ouest Américain jusqu’à Las Vegas sur des rythmes disco (« It’s Raining Men », « I Will Survive », « Girls Just Wanna Have Fun »…) dans une histoire touchante pleine de folie. Les artistes sont fantastiques et les tableaux s’enchaînent dans des costumes colorés à paillettes. 

Où passer une bonne soirée sur le Norwegian Epic

The Cavern Club

C’est une nouveauté sur le navire. Il a été aménagé à l’occasion des travaux de rénovations effectués à Brest en octobre 2015. The Cavern Club s’inspire de la célèbre salle de spectacle de Liverpool. Les Beatles s’y sont produits à de nombreuses reprises. D’autres groupes s’y sont produits : The Rolling Stones, Arctic Monkeys, The Who, Pink Floyd, Oasis, Aretha Franklin, John Lee Hooker… ce qui explique la déco du Cavern Club du Norwegian Epic. Comme à Liverpool, on peut y voir les signatures des membres du groupe ainsi que des dédicaces derrière la scène.

Headliner’s Comedy Club

Cette salle de spectacle est vraiment conviviale. J’ai pu assister au show « Howl at the Moon – dueling piano bar » mettant en scène un duo de pianistes qui s’affrontent sur des titres donnés par le public. Les artistes sont de véritables showmen et la salle participe au spectacle en entonnant les célèbres titres interprétés par ces excellents musiciens.

Discothèque – Bliss Ultra Lounge

Bowling du O’Sheehan’s

J’étais loin de m’imaginer que je pourrais trouver 3 véritables pistes de bowling sur un paquebot. La partie coûte 7€ par personne et c’est vraiment sympa de retrouver les joies d’une partie pour la soirée. J’avais déjà vu un bowling sur un paquebot et j’avais été déçu de voir que c’était plus un jeu de quilles pour enfants qu’un véritable bowling. Sur le Norwegian Epic, vous ne serez pas déçu !

Où prendre un verre sur le Norwegian Epic ?
Bars et salons

Ice Bar

L’entrée du Ice bar est payante – compter 20€ avec 2 consommations – A l’entrée, on vous êtes équipé d’une parka et de gants pour résister à la température de -12°C du bar. Prendre un verre dans ce bar reste très convivial et pour cause, il n’est pas très grand. Il est donc nécessaire de réserver à l’avance à l’entrée du bar. La Vodka y est servie dans des verres entièrement en glace. Bon à savoir : ne venez ni en robe ni en sandale. Même avec la parka à capuche et votre verre de Vodka pour vous réchauffer, vous risquez d’avoir froid.

Atrium Café & Bar

On y trouve un écran géant sur lequel sont diffusés des films, des documentaires. En soirée on peut y assister à des concerts en live.

O’Sheehan’s Neighborhood Bar & Grill

Si le restaurant est ouvert le midi et le soir, il faut aussi savoir qu’il est ouvert pour le petit déjeuner. Le lieu est moins fréquenté et calme, idéal pour un American breakfast.

Shaker’s Martini Bar

Norwegian Epic -Shaker’s Martini Bar

Maltings Whiskey Bar

A titre d’exemple un Mojito coûte environ $9.95 et un coca en canette $3.19.

Cascades Bar

C’est le bar du Casino.

Waves Pool Bar

Le bar près des piscines centrales.

Norwegian Epic - Wave pool bar

Humidor Cigar Lounge

C’est l’espace fumeur du Norwegian Epic, il est un peu caché et se trouve juste derrière le Maltings Whiskey Bar. Il y en a également un près des piscines centrales ainsi que près du bar Spice H2O.

Norwegian Epic - Humidor Cigar Lounge

Sake Bar

Norwegian Epic - Bar à saké

La restauration

Les restaurants sans supplément de prix

The Manhattan Room

C’est l’un des deux restaurants principaux. Il est situé à l’arrière du navire et il n’est pas rare que des concerts ou des spectacles de danse y soient donnés en soirée. On y sert les mêmes menus que dans le restaurant Taste mais la déco est différente.

Taste

Norwegian Epic - Taste restaurantLe restaurant Taste est l’un des deux restaurants principaux du Norwegian Epic. L’accès se fait par le casino au moyen d’escalators. On y sert les mêmes menus que dans le restaurant Manhattan Room mais la déco est différente. Beaucoup rêvent de dîner sur l’espace central, avec son grand chandelier en cristal au centre et son piano, c’est un peu « The place to be ».

Norwegian Epic - Taste restaurant

Bon à savoir : les américains dînent tôt. Vers 20h, vous n’aurez aucun problème à avoir une table dans l’espace central.

Un coup d’œil sur les plats servis dans les restaurants principaux

O’Sheehan’s Neighborhood Bar & Grill

On y déguste des spécialités américaines : ribs, corned beef… On trouve d’un côté le restaurant grill (service à la carte) et de l’autre le pub avec ses billards. Au centre on a une vue imprenable sur l’écran géant de l’Atrium café ce qui est bien sympa pour écouter les concerts ou suivre les conférences, voir les documentaires ou les films qui y sont diffusés. Juste derrière la zone restaurant on trouve le bowling.

Shanghai’s & Noodle Bar

C’est le restaurant asiatique, on y trouve une zone bar à nouilles (elles sont cuisinées au wok devant les convives) et un restaurant de spécialités chinoises.

Garden Café

Le buffet est vaste et avec les nombreux corners pour se servir, il y a rarement de l’attente. Il y a une zone à l’intérieur avec une vue imprenable sur la proue du navire et des tables à l’extérieur avec des zones à l’ombre. Chacun y trouve donc son compte. 

On peut également se restaurer au : Spice H2O Grill, The Courtyard Grill et à l’Atrium Café

Les restaurants avec supplément de prix

Spiegel Tent

Lorsque l’on pénètre dans le restaurant Spiegel Tent, on se retrouve sous un chapiteau. Des dîners spectacles du célèbre Cirque Dreams y sont proposés. Ils mêlent magie, clowns et performances acrobatiques.

Norwegian Epic - Spiegel Tent

Ce restaurant est payant et le tarif varie selon l’emplacement de votre table (Premium au cœur du spectacle ou dîner au balcon avec une visibilité parfois réduite). Il faut compter environ 30€/personne pour le dîner spectacle.

Le Bistro

Restaurant français.

Teppanyaki – Wasabi Sushi

Les amateurs de cuisine japonaise pourront déguster des spécialités préparée sur le traditionnel « teppan » (plaques chauffantes situées face aux convives). Les maîtres Teppan (cuistots) font un véritable show devant les convives et mêlent humour et acrobaties culinaires.

Cagney’s Steakhouse and Moderno Churrascaria

On y déguste des spécialités de viandes pour le Cagney’s et au menu de la Churrascaria brochettes de toutes sortes et viande découpée à la demande comme dans les restaurants argentins.

La Cucina

C’est le restaurant de spécialités italiennes du navire. Il n’est ouvert que le soir et on y accède par l’escalier situé dans le Garden Café à l’avant du navire.

The Great Outdoors bar and grill

Il est situé à la sortie du Garden café, près des piscines centrales.

Norwegian Epic - Garden Café

Les boutiques

Dans les nombreuses boutiques de la galerie marchande, on trouve des souvenirs, cartes postales, produits de première nécessité… Il y a également une boutique de mode, une joaillerie, un duty free, une boutique d’objets et de vêtements au logo de NCL. En soirée, des expo-ventes sont organisées. On peut alors profiter d’offres spéciales.

Norwegian Epic - Boutiques

Photo Gallery & Photo Studio

C’est ici que l’on retrouve exposé les photos prises pendant la croisière par les photographes du bord. On consulte et commande les photos sur les ordinateurs à disposition grâce sa carte d’embarquement. La galerie se trouve au pont 5 en face du restaurant Le Bistro. Un studio de photographe pour faire des portraits se trouve près de l’Atrium Café au pont 5.

Espace Internet et bibliothèque

Si vous êtes un inconditionnel d’Internet, vous pouvez surfer avec votre ordinateur portable, tablette ou smartphone. Il suffit de se connecter au réseau WI-FI du navire. Vous pouvez également accéder à Internet sur les PC de l’espace i-Connect ouvert 24h/24. On paie le service avec sa carte d’embarquement qui sert aussi à payer tous les achats à bord. Comme dans tous les paquebots, Internet est payant quel que soit l’endroit où l’on se connecte. Les tarifs sont disponibles à la réception et dans les cabines. Les postes Internet se trouvent dans la bibliothèque. Vous avez également la possibilité d’imprimer des documents sur pour $0.50/doc.

Exemple de tarifs internet (2015) :

  • Pack illimité : $29.99/jour.
  • 120 minutes : $125 et au-delà $0.50/minute.
  • 100 minutes : $75 et au-delà $0.75/minute.
  • Paiement à l’utilisation « Pay as you go » : $0.95/minutes + $3.95 de frais d’activation

La bibliothèque se cache dans le couloir sur la gauche en entrant dans l’espace photo (elle n’est pas visible au premier coup d’œil). Elle comporte des livres principalement en anglais. Les ouvrages ainsi que quelques jeux de sociétés peuvent y être empruntés gratuitement.

Casino

Le Casino est immense, il s’étend presque sur tout le pont 6.

Le Spa

Norwegian Epic SpaL’entrée est séparée hommes & femme. De chaque côté on trouve un vestiaire avec des casiers, des séchoirs, un sauna et un hammam (non mixte donc). On accède ensuite à la suite thermale, un espace détente et bien-être face à la mer avec une piscine, des bains à remous, des transats chauffants et un solarium avec vue panoramique sur l’arrière du navire. L’accès illimité à la suite thermale coûte environ 39€/jour.

Suite thermale

Solarium et transats chauffants

Sauna avec vue mer

Norwegian Epic Spa - salle de massageSalle de massage

Exemples de tarifs (2015) :

  • 75 min – massage bambou: $179
  • 75 min – massage suédois : $149
  • 50 min – massage en couple : $269

Téléchargez les tarifs du Spa

De nombreux services sont proposés dans le Spa. Outre les massages, on trouve à cet endroit l’espace beauté avec les services d’un coiffeur, les soins esthétiques…

Barber shop

C’est avec étonnement que l’on découvre l’échoppe d’un véritable barbier au pont 7.

Norwegian Epic - Barber shop - Barbier

Salle de sport

On accède à la salle de sport au pont 14 près du Spa. Elle est particulièrement bien équipée : salle de vélos d’appartements, accessoires de musculation, punching-ball, tapis de course…

Sport complex

Il se trouve au pont 17, près des cheminées.

Norwegian Epic - terrain de sport

Espaces enfants – Splash Academy

Le club enfant propose différentes activités et salles par tranches d’âge :

  • Turtles pour les enfants de 3 à 5 ans.
  • Seals pour les enfants de 6 à 9 ans.
  • Dolphins pour les enfants de 10 à 12 ans.
  • Entourage pour les ados de 13 à 17 ans.

Cliquez ici pour télécharger un exemple de programme d’activités par tranches d’âge

Norwegian Epic - Club enfants

De nombreuses zones de jeux pour enfants se trouvent aussi sur les ponts : toboggans, trampoline, SplashGolf™ (golf « aquatique »), jeux d’arcade pour petits et grands (ces derniers sont payants).

Nrowegian Epic - Galerie d'artLa galerie d’art – The Collection Art Gallery

Des ventes d’œuvres d’art sont organisées pendant la croisière. Tableaux et sculptures sont présentés à l’occasion d’un cocktail et des ventes aux enchères permettent d’acquérir les œuvres.

Le carré insolite du Norwegian Epic

Freestyle Daily (journal de bord)

Norwegian Epic - Freestyle DailyLe Freestyle Daily est distribué chaque soir dans votre cabine. S’il ne vous est pas remis en français, n’hésitez pas à aller le chercher au bureau information. S’il y a du monde, pour éviter d’attendre, allez-y le soir avant d’aller vous coucher. Le journal de bord comporte les infos météo et les horaires des différents services et activités proposés : séances de gym, cours de danse, quizz, jeux, démonstrations de sculptures sur fruits, concerts, shows, diffusions de documentaires, films, conférences… 

Téléchargez ici un exemple du Freestyle Daily du Norwegian Epic au format pdf

Ce que j’en pense…

Logo Escale Croisière

Après tout ce que j’ai pu lire ou entendre sur le Norwegian Epic, il était temps de se rendre compte par soi-même des impressions qu’allaient me laisser ce navire. Certes, sa silhouette étrange et massive n’est pas ce qu’il y a de plus esthétique à mon goût. Mais c’est un peu comme monter à bord d’un paquebot géant pour la première fois. On est d’abord impressionné par la silhouette extérieure et une fois à bord, c’est l’expérience vécue pendant la croisière qui prime.

Cette fois je peux l’affirmer le Norwegian Epic est vraiment un très beau navire. J’ai beaucoup apprécié d’avoir autant de lieux animés en soirée avec des artistes à différents endroits : concerts, show de Broadway, duos de pianistes, karaoké, bowling, ice bar…

Les ponts extérieurs sont vastes et avec de nombreux transats. J’ai fait ma croisière à bord en octobre en Méditerranée, je pense que ce navire doit être idéal en été ou dans les régions chaudes comme les Caraïbes. A l’automne, lorsqu’il fait un peu frais dehors, j’ai trouvé qu’il manquait d’espaces intérieurs avec vue sur la mer : salons avec vue panoramique ou piscine couverte.

Points forts

  • Le journal de bord et les menus sont disponibles en français. J’ai également pu échanger en français avec quelques membres d’équipages tant dans les boutiques que dans les bars et bien entendu au bureau information. Maîtriser l’anglais n’est donc pas indispensable mais permet de profiter pleinement d’une croisière NCL.
  • Disposer dès le 1er jour de la synthèse des temps forts de la semaine est très pratique pour planifier les soirées et réserver les restaurants de spécialités en fonction des horaires des spectacles.
  • Le Freestyle : pouvoir se restaurer quand on le souhaite est vraiment appréciable.
  • Les nombreux restaurants et leur qualité (desserts en particulier car je sais que c’est loin d’être le cas dans toutes les compagnies).
  • Le bowling, un vrai !
  • Les concerts lives et show de Broadway. Il y a une vie le soir après 22h et c’est vraiment appréciable de pouvoir en profiter.
  • Enfin un théâtre où la visibilité n’est pas gênée par des colonnes ou des vitres ! 
  • Les cabines disposent de nombreux rangements. Si certains sont gênés par la disposition de la « salle de bain », moi ça ne m’a pas dérangé. Je trouve que c’est original et que le design est très sympa. En revanche, il n’y a pas beaucoup de porte-serviettes et les éclairages dans les WC et au-dessus du lavabo sont faibles.
  • Les horaires de la permanence à l’espace Internet (parfois jusqu’à 22h) sont bien pratique pour éviter les heures d’affluence.

Norwegian Epic - NCL - Toulon - La Seyne sur Mer

Quelques dates clés

  • Norwegian Epic7 septembre 2006 : signature de 2 unités de 150 000 tonneaux et 2100 cabines auprès des chantiers Aker Yards France. La livraison des C33 et D33 est prévue pour 2009 et 2010. Désignés F3-1 et F3-2 par l’armateur, il s’agit alors de la troisième génération de navires du concept Freestyle.
  • 1er octobre 2007 : découpe de la première tôle.
  • 24 avril 2008 : le premier bloc est mis sur cale.
  • Septembre 2008 : Aker Yards annonce que NCL a notifié son intention de mettre fin à la construction du navire. Elle le justifie par le fait qu’il y aurait des problèmes techniques et que les chantiers n’auraient pas respecté le cahier des charges. En réalité, le désaccord porte sur le fait que la compagnie américaine (depuis peu propriété de Apollo Management) a souhaité des modifications du navire et qu’elle n’est pas d’accord sur le prix demandé par les chantiers.
  • Décembre 2008 : un accord est trouvé entre les deux parties. Le premier navire sera achevé, mais il n’y aura pas de second, ni de troisième sisterships. La date de mise en service est repoussée. Initialement prévue pour janvier 2010, elle est maintenant fixée à juin. Le coût pour NCL passe de 750 à 900 millions d’euros soit le navire le plus coûteux à cette époque.
  • 17 juin 2010 : le Norwegian Epic quitte Saint Nazaire pour Rotterdam, Southampton et New York où le navire est baptisé.
  • 2 juillet 2010 : baptême du navire par la chanteuse de country Reba McEntire. Pour clôturer les 4 jours de festivités, Norwegian Cruise Line, en partenariat avec la chaine de magasins Macy’s, offre aux new-yorkais un somptueux feu d’artifice le soir de la fête nationale, le 4 juillet.
  • 5 juillet 2010 : Le Norwegian Epic quitte New York à vide pour rallier son port d’attache, Miami, duquel il débute sa croisière inaugurale vers les Caraïbes le 10 juillet.
  • Septembre 2015 : rénovation du navire aux chantiers Damen de Brest

Norwegian Epic - Brest - Yannick Le Bris

2 500 personnes (personnels des chantiers Damen Shiprepair Brest, STX, sous-traitants et équipages, le tout en coordination avec la CCI) travaillent à la rénovation du navire. Le Norwegian Epic a pris place dans la forme de radoub n°3 (420 m x 80 m) et c’est une petite ville s’anime autour du bateau pour aménager de nouveaux espaces, remplacer 2 000 matelas ou encore gérer 30 km de moquette pour rénover restaurants, salons et espaces publics. Cette opération est un véritable challenge pour Brest dont l’objectif est d’attirer d’autres paquebots en rénovation. La fin des travaux s’achève le 17 octobre.

Focus sur les nouveautés apportées à Brest

  • Préparation du théâtre pour l’accueil de la comédie musicale de Broadway « Priscilla reine du désert » : agencement des loges, des vestiaires, embarquement des décors…
  • Installation de la salle de concert The Cavern Club qui recrée la salle légendaire de Liverpool où les Beatles se sont produits par le passé.
  • Réaménagement de la bibliothèque, de l’espace Internet et de la boutique photo.
  • Changement des moquettes, du mobilier et de la déco des restaurants : Moderno Churrascaria, Cagney’s, La Cucina, Le Bistro, Garden Café, Manhattan Room et du Taste.
  • Mise en place du golf aquatique pour les enfants : SplashGolf
  • Changement des éclairages, papiers peints, objets d’art, mobilier… dans le Mandara Spa, la discothèque Bliss (dont le bowling a été supprimé), l’Ultra Lounge, la Marketplace, le théâtre, le Casino et le complexe privatif The Haven.
  • Travaux de maintenance sur la propulsion, les stabilisateurs, installation de nouveaux gouvernails, peinture de la coque, mises à niveau des chaloupes de sauvetage…

Publié par Corinne Ancion

MSC Croisières ouvre de nouvelles perspectives pour les voyages sur les grands paquebots

MSC Grandiosa

Voilà maintenant trois semaines que le MSC Grandiosa navigue en Méditerranée occidentale, après de nombreux mois d’arrêt liés à la pandémie. Cette reprise accompagnée d’un protocole sécuritaire stricte montre aujourd’hui que la croisière « réimaginée » par MSC Croisières en fait l’un des voyages les plus sécurisé qui soit en matière de tourisme. Voici un des messages fort qu’a tenu à partager avec nous Patrick J. Pourbaix, Directeur Général France Belgique et Luxembourg de MSC Croisières lors du premier bilan réalisé à l’issue de la reprise du MSC Grandiosa et de son expérience personnelle à bord.

Des mesures strictes à l’embarquement et une ambiance sereine

Le protocole mis en place par MSC Croisières fonctionne et aucun cas de COVID n’a été relevé depuis la reprise des croisières du MSC Grandiosa. Au terminal croisière, l’ambiance est sereine : distanciation physique, port du masque, zone pour les tests de dépistage… tout est bien organisé. Les passagers, impatients d’embarquer pour ces vacances tant attendues, se prêtent avec respect à cette nouveauté incontournable.

Seuls les passagers en provenance de l’Espace Schengen peuvent embarquer. Les français sont d’ailleurs la deuxième nationalité représentée sur ces croisières juste après les Italiens.  « La France, tout comme la Belgique, fait partie des pays présents sur la liste des pays à haut risque selon les directives du centre européen de prévention et de contrôle des maladies », précises Patrick Pourbaix. La compagnie tient à ce que ses croisières soient les plus irréprochables possible en matière de sécurité. « Aussi, même si MSC réalise des tests de dépistage au terminal d’embarquement, cela n’exempte pas de présenter un résultat négatif réalisé en laboratoire 72h avant le départ. En cas de manquement à cette règle l’embarquement ne sera pas possible », confirme Patrick Pourbaix.

A bord, les passagers retrouvent tout ce qui fait le bonheur des voyages en croisières

Sur le navire, c’est toute une signalétique qui a été mise en place pour faciliter la vie des passagers. « On peut se demander si la croisière est aussi agréable qu’avant. Pendant mon séjour à bord, j’ai pu observer des passagers qui étaient ravis de reprendre la mer avec nous. J’ai constaté qu’ils ont bien conscience que la croisière d’aujourd’hui nécessite ces nouvelles mesures. Elles sont donc très bien acceptées et respectée ce qui contribue à retrouver une ambiance de croisière agréable et appréciée par chacun. », indique Patrick Pourbaix.

Activités, excursions et spectacles

Patrick Pourbaix : « Les passagers peuvent profiter des nombreuses activités proposées à bord : cours de danse, gym, piscine, Aquapark…  sont toujours au programme. Les activités sont organisées dans le respect des nouvelles habitudes. Comme à terre, on respecte la distanciation et on porte le masque lorsqu’on circule à bord. Les clubs enfants sont ouverts et les enfants sont pris en charge par les animateurs pour profiter des activités quotidiennes.

Les sorties durant les escales ne peuvent se faire qu’avec les excursions MSC et nous avons donc mis en place des tarifs très abordables : 3 excursions pour 100€ avec 4 à 5 excursions proposées à chaque escale. Aujourd’hui notre objectif n’est pas la rentabilité, nous voulons redonner confiance et relancer l’activité. Nous tenons à rassurer les passagers qui voyagent avec nous concernant les escales. Par exemple, la Belgique ayant classé Malte en zone rouge, les belges sont restés à bord pour profiter du navire et la compagnie leur a remis un certificat afin de leur éviter une quatorzaine de retour au pays.

En ce qui concerne les spectacles, ils ont toujours lieu au théâtre et pour assurer la distanciation, plusieurs séances sont proposées. En soirée, on retrouve les concerts dans les salons. Au final on retrouve ce qui fait l’attrait des croisières. »

Buffet et restaurants

Patrick Pourbaix : « La température des passagers est prise deux fois par jour à l’occasion du petit déjeuner et du dîner. L’application MSC for me contribue à faciliter la traçabilité pour s’assurer que la bulle de sécurité sanitaire fonctionne. Le buffet a été réaménagé pour assurer un service à l’assiette. Soit avec des assiettes toutes prêtes soit en se faisant servir par l’équipage. Au restaurant, les familles restent ensemble et les tables occupées sont éloignées les unes des autres pour assurer la distanciation. Les restaurants de spécialités sont bien entendu ouverts également. Les passagers ont donc le choix. »

La croisière, le moyen le plus sûr de partir en vacances aujourd’hui

Patrick Pourbaix : « Nous avons mis en place une bulle de sécurité qui permet aux passagers de profiter au mieux de leurs vacances. Comme moi à l’occasion de cette croisière, beaucoup se retrouvent en famille. L’occasion de profiter du navire et de retrouver le plaisir de voyager ensemble. Aujourd’hui, quelles sont les vacances qui offrent un tel niveau de sécurité ? Nous savons que nous sommes observés par le monde entier et que l’avenir de la croisière passe par la sécurité des passagers, de l’équipage et des populations lors des escales. Notre protocole montre que la reprise de la croisière est possible, y compris sur les grands navires ».

Qu’en est-il des départs depuis la France ?

Patrick Pourbaix : « L’expérience des premières croisières montre que nous sommes prêts. Le redémarrage dépend des autorités gouvernementales et sanitaires et les discussions se poursuivent pour envisager un redémarrage depuis la France ».

Partir en croisière sera-t-il plus cher demain ?

Dans un contexte inédit comme celui que nous vivons et avec la suspension des croisières pendant des mois, on peut légitimement se demander si le prix des croisières sera plus cher demain. À cette question, Patrick Pourbaix a été très clair : “Il n’y aura pas de rattrapage de prix et la compagnie ne bradera pas ses croisières non plus. Les compagnies de croisières doivent se reconstruire, nous n’avons pas d’autre choix ».

La situation a-t-elle freiné le développement de la compagnie ?

Patrick Pourbaix : « Tout le plan de construction des futurs navires MSC Croisières, y compris les bateaux de luxe est confirmé avec les délais nécessaires pour rattraper le retard lié au confinement. MSC Croisières est le premier client des Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire. Je tiens également à souligner que nous sommes restés en dialogue permanent avec eux et qu’ils nous ont beaucoup aidé dans la mise en place du protocole de sécurité sanitaire afin de réaménager l’air conditionné afin qu’il n’y ait plus de circulation interne de l’air à bord des navires. Ce système a été mis en place sur le Grandiosa, il sera généralisé sur la flotte et bien sûr intégré aux futurs navires également ».

MSC Virtuosa

ARTICLE PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION

Journal de bord : Croisière d’expédition en Bretagne sur Le Jacques Cartier avec Ponant

Saint-Malo - Le Jacques Cartier

Repartir sereinement en croisière avec Ponant

Le confinement a été long et loin de l’océan. L’envie de voyager est là, même s’il faut rester vigilant. Après le déconfinement vient le temps des vacances, imprévues, près de chez soi…

Après des semaines d’arrêt, les compagnies ont travaillé dur à la réalisation de protocoles de reprises et à la conception de nouveaux itinéraires. Elles doivent tenir compte de tout : respect des directives des organismes réglementaires internationaux et régionaux, réglementations des gouvernements des pays, évolution de la situation sanitaire, positionnement et réarmement des navires avec des équipages disséminés aux quatre coins du monde… même en étant le plus prévoyant possible, le risque zéro n’existe pas. Il faut en avoir conscience.

Côté passagers, beaucoup d’interrogations : comment repartir en sécurité ? Faut-il se faire dépister avant de partir ? Aurais-je les résultats à temps ? Faut-il porter un masque tout le temps et si oui est-ce que ce sera une contrainte ? Qu’est-ce qui est prévu si je tombe malade ? Afin d’en savoir plus, voici mon retour d’expérience.

Ponant, l’une des premières compagnies de croisières au monde à reprendre son activité

Interview Hervé Bellaiche, Directeur Général Adjoint Ponant11 juillet 2020 – Les navires Ponant reprennent la mer depuis les ports de France ouvrant ainsi des perspectives aux croisiéristes. C’est l’une des premières compagnies de croisière au monde à reprendre son activité. Pour en savoir plus sur cette reprise dans un contexte inédit, Hervé Bellaïche, Directeur Général Adjoint de Ponant, répond aux questions d’Escale Croisière : voir l’interview ici. La compagnie s’est entourée d’experts pour la mise en place de protocoles de sécurité lui permettant de reprendre son activité. Consultez le protocole Ponant ici.

Une croisière d’expédition tout compris

En plus des protocoles mis en place pour envisager un départ plus sereinement, les croisières expéditions Ponant proposées pour la reprise sont tout inclus et donc sans surprise. Elles comprennent bien entendu la pension complète avec une gastronomie 5 étoiles, les boissons y compris le champagne et les cocktails (seules les boissons premium sont en supplément), les activités (randonnées à pieds et en zodiac, kayak, paddle…), l’encadrement avec les guides naturalistes, les conférences et concerts avec des personnalités de renom sur certains itinéraires.

L’appel de la mer dans un contexte inédit

L’appel de la mer et l’envie insatiable de voyager étant toujours là, c’est en confiance que j’ai réalisé le test PCR demandé par la compagnie. Il doit être fait 72h avant le départ avec l’ordonnance du médecin Ponant. Les résultats sont désormais fournis par les laboratoires très rapidement. Il est donc facile d’être dans les délais. Résultat négatif en main, je prends la direction de Saint-Malo pour une croisière de 8 jours, 7 nuits sur la route des phares de Bretagne à bord du navire d’expédition Le Jacques Cartier. Au programme :

  • Itinéraire Bretagne Ponant - Le Jacques CartierJour 1 – Saint-Malo
  • Jour 2 – Ouessant
  • Jour 3 – Archipel des Glénan
    ⇒ Île de Groix
  • Jour 4 – Golfe du Morbihan
  • Jour 5 – Houat
    ⇒ Belle-Île-en-Mer
  • Jour 6 – Tas de Pois
    ⇒ Anse de Morgat
  • Jour 7 – Bréhat
  • Jour 8 – Saint-Malo

Un itinéraire conçu comme un retour aux sources, évocateur du nom de la compagnie, avec une navigation dans les îles du Ponant. Embarquement immédiat.

Jour 1 Saint-Malo

Saint-Malo - Le Jacques Cartier

La compagnie a bien organisé les choses pour faciliter la vie des passagers à leur arrivée à Saint-Malo : parking à prix avantageux, navette privée gratuite vers le navire, consigne pour les bagages. L’embarquement n’étant qu’en fin d’après-midi, j’ai le temps de visiter la cité corsaire. Je préfère prendre les remparts pour éviter la proximité avec les nombreux touristes intra-muros. Je ne tiens ni à tomber malade, ni à remettre en question cette croisière tant attendue. Cette promenade est l’occasion d’aller voir la cité de haut : l’île du Grand Bé où est inhumé Chateaubriand, l’île du Petit Bé avec son fort du XVIIe siècle construit par Vauban, la piscine Bon Secours qui se découvre à marée basse et qui a été construite en 1937 par René Lesaunier et bien sûr, la statue de Jacques Cartier.

Au pied des remparts, Le Jacques Cartier a fière allure. L’arrivée des passagers est échelonnée pour favoriser la distanciation. Les valises et bagages à main sont désinfectés avant l’embarquement. Le médecin récupère nos déclarations de santé et les résultats de nos tests PCR, prend notre température puis nous pose quelques questions. L’équipage nous accueille avec les protections d’usage que nous portons également. Du gel hydro alcoolique est disponible un peu partout. Le Jacques Cartier devient notre “bulle de sécurité”.

Accompagné par un membre d’équipage, je m’installe dans ma cabine au design contemporain. Tout a été pensé pour le confort : grand balcon avec table et fauteuils, panneau coulissant pour voir la mer depuis la salle bain, produits Clarins (marque partenaire de la compagnie), écran géant, coiffeuse design, nombreux rangements, choix des oreillers possible auprès de la gouvernante (moelleux, à mémoire de forme…) et nouveauté liée au contexte : masques réutilisables Armor Lux avec logo Ponant et flacons de gel hydro alcoolique qui ne dessèche pas les mains.

C’est le moment de la découverte du bateau. Dernier-né de la compagnie, ce navire de la classe des Ponant Explorers est un navire d’expédition. Il va nous permettre de redécouvrir la France, si belle vue de la mer comme le précise le slogan de la compagnie. Pour en savoir plus sur le bateau, cliquez ici pour lire l’article.

Dans les salons près de la piscine chauffée, c’est une ambiance yachting que je découvre. Le cocktail de bienvenue est servi dans le Grand Salon.

Saint-Malo - Le Jacques Cartier

La réunion d’information au théâtre est suivie de l’exercice de sécurité. A l’écran, un message rappelle que la distanciation physique doit être respectée. Le nombre restreint de passagers permet aisément de respecter cette consigne. Le masque est obligatoire lorsque l’on circule à bord, dans le théâtre, en escale dans les villages. Je dois souligner que ce n’est clairement pas une contrainte au regard de toutes les beautés à découvrir sur cet itinéraire. Le médecin du bord précise qu’un système de prise de température par caméra est en libre accès à l’entrée du restaurant et qu’il est de notre responsabilité de lui signaler tout écart anormal.

Le Jacques Cartier dispose d’un véritable hôpital embarqué avec entre-autres des tests rapides de dépistage de la COVID-19 et des cabines utilisables pour un isolement éventuel. De plus, nous ne serons jamais loin des côtes et tout le monde (équipage comme passagers) a été testé avant de partir. S’en suit l’exercice de sécurité.

Le Jacques Cartier largue les amarres. Ce soir, dîner en terrasse. Je découvre avec délice le menu du Chef Florent Delfortrie. Chaque soir, le dîner est en placement libre de 19h30 à 21h.

Restaurant - Le Jacques Cartier - Ponant (3)

Après le passage de l’écluse, les remparts s’éloignent sous un soleil couchant au milieu des nuages. La magie du départ opère.

Au programme de la soirée : musique dans le grand salon, documentaire sur les Terres Australes au théâtre et un coucher de soleil éclairant les remparts d’une couleur dorée. Le ton de cette croisière est donné.

De retour en cabine, j’écoute la mer défiler sous la coque depuis mon balcon. C’est aussi ça un petit navire, se sentir proche des éléments, je m’endors bercée par les vagues.

Piscine - Le Jacques Cartier - Ponant (1)

Jour 2 – Ouessant

Petit-déjeuner - Le Jacques Cartier PonantCe matin, nous sommes en navigation. La terrasse du restaurant est idéale pour prendre son petit déjeuner face à la mer. En plus des petits pains et viennoiseries, la carte du petit déjeuner offre un grand choix : pain perdu, gaufres, pancakes, œufs aux plats, à la coque, Bénédicte avec saumon, bacon… charcuteries, fromages ou encore yaourts accompagnés de fruits frais, smoothie du jour…

Lors du briefing au théâtre. Nous faisons connaissance avec le commandant Xavier Rutten. Il nous présente l’itinéraire, tout en précisant qu’il dépendra bien entendu de la météo.

Entretien avec de Xavier Rutten, Commandant du Jacques Cartier

Commandant Xavier Rutten : « Le Jacques Cartier est un navire de petite taille : 131 mètres de long,  18 mètres de large, 4,7 mètres de tirant d’eau. Il peut vraiment aller là où les autres ne vont pas. Les passagers recherchent ici : l’intimité et des navigations « loin des sentiers battus ». « Small but beautifull » comme on dit. »

Positionné en Bretagne au départ Saint-Malo pour l’été 2020 dans un contexte très particulier et exceptionnel, Xavier Rutten nous présente ce qui fait l’originalité et l’attrait de cet itinéraire dans les îles du Ponant.

Commandant Xavier Rutten- Le Jacques Cartier - Ponant

Commandant Xavier Rutten

Commandant Xavier Rutten : « Avec cette croisière, on se retrouve sur des itinéraires côtiers, sans franchissement de frontières, donc du vrai cabotage. Pour Ponant, c’est un vrai retour aux sources. On note un réel intérêt des passagers dont les retours sont vraiment très positifs, y compris pour les bretons qui voyagent à bord et pour qui l’approche par la mer offre de belles surprises. J’ajouterai que pour cet itinéraire, on exploite le navire en mode expédition avec des sorties uniquement en Zodiac ce qui permet de donner un aperçu relativement complet des îles tout en étant respectueux de la nature. Nous essayons d’approcher la population locale en la convaincant que nous sommes animés de bonnes intentions. En effet, chez Ponant, la philosophie qui nous anime c’est à la fois le respect, l’authenticité, la curiosité et l’adaptabilité. »

Le briefing de ce matin est aussi l’occasion de la présentation de l’équipe de naturalistes qui partagera avec nous ses connaissances. Parmi eux, un géologue, des guides naturalistes, une ornithologue… Ils seront nos accompagnateurs lors des randonnées à terre comme en Zodiac.

Gérard, le chef d’expédition, car il s’agit bien d’une croisière d’expédition en Bretagne, nous délivre des informations importantes concernant les débarquements. Poignée du marin - Ponant - ZodiacIl nous explique la technique pour monter en Zodiac ainsi que la « poignée du marin », qui permet de se tenir au matelot par l’avant-bras afin d’assurer une descente sans risque depuis les embarcations. Des gilets de sauvetage au logo Ponant nous sont remis en fin de séance car ils sont obligatoires en zodiac pour pour une navigation en toute sécurité.

Chaque jour, différentes options sont proposées : grandes randonnées (5 à 7 km), petites randonnées (2 à 3 km), randonnées en Zodiac (parfois plusieurs par jour), sorties en kayaks ou paddles et pour ceux qui le souhaitent juste une descente à terre. Les inscriptions se font au bureau des excursions, idéalement la veille ou le matin pour l’après-midi. Cela permet à l’équipage de prévoir le matériel suffisant pour les activités. 

Zodiac - Expedition - PonantEn Zodiac, à terre dans les villages ou dans les navettes privées, le port du masque est obligatoire. Nous devons respecter à la fois cette consigne pour nous et pour notre sécurité dans cette période de pandémie mais aussi par respect pour nos hôtes. J’ajouterai qu’il en va de l’avenir de la croisière qui se doit d’être exemplaire. En randonnée et bien sûr si la distanciation physique le permet, il pourra être retiré. N’oublions pas que Ponant a créé une « bulle de sanitaire ». Nous avons tous été testés, certes mais il faut rester prudent.

Ouessant est en vue. L’île sentinelle de 7 km est la terre la plus occidentale de la France métropolitaine. Elle est reconnue réserve de la biosphère UNESCO depuis 1988.

Ouessant - Le Jacques Cartier - Ponant (8)

Avec son faible tirant d’eau, le navire s’approche aisément de la côte. Le paysage est idéal pour déjeuner en terrasse près de la piscine face au port et au phare du Stiff. Le commandant à choisi cet abri pour le confort des passagers mais aussi pour faciliter le débarquement. 

Ouessant - Le Jacques Cartier - Ponant

Pour le départ des participants aux différentes randonnées, le débarquement à la marina s’organise. Équipés de nos gilets de sauvetage et masqués, nous embarquons par groupe de six personnes afin de respecter la distanciation.

Marina - Le Jacques Cartier - Ponant

Le débarquement se fait pieds secs dans la cale du port du Stiff. Un caisson en bois facilite la descente à terre qui se fait toujours en sécurité avec l’aide des matelots. À chaque descente à terre, l’équipage nous remet un plan de l’île et garde nos gilets sur une bâche prévue à cet effet.

De petites navettes privées nous mènent jusqu’au phare du Créac’h. En présentant, nos cartes de cabines Ponant, nous pouvons visiter gratuitement le musée des phares et balises. On y découvre l’histoire de l’île et de ses habitants dont certains secrets avaient déjà été dévoilés par notre chauffeur. Surnommée l’île aux femmes, du fait qu’elles restaient seules à faire vivre l’île quand les hommes partaient en mer pour de longues campagnes, Ouessant a vu beaucoup de naufrages qui sont retracés dans le musée. De nombreuses lentilles sont exposées ainsi que des maquettes et des dioramas. 

A sa modernisation en 1939, le phare du Créac’h était le plus puissant du monde. Par temps clair, on peut voir ses éclats à plus de 40 milles de distance. Cette puissance lumineuse n’a toutefois pas été conçue pour porter le faisceau le plus loin possible mais pour transpercer au maximum la brume. Dans ces conditions, il n’éclaire alors pas plus qu’un simple feu de port par beau temps (7 milles au minimum). 

Après 45 minutes de visite, un timing parfait, nous rejoignons les guides pour la randonnée. La promenade est sans difficulté. Elle longe la pointe du Créac’h pour rejoindre Lampaul. La mer se fracasse sur les roches à fleur d’eau et sur les falaises de granit. Hélène, l’ornithologue, nous présente les oiseaux de la région et leurs particularités pour les reconnaître : goélands marins, goélands argentés, bruns, marins, mouettes rieuses, huîtriers pie, sternes, pipits maritimes…

Dans une crique, ce sont deux phoques gris que l’on observe de longues minutes.  Il fait « le bouchon » disent les spécialistes. On apprendra plus tard que c’est leur façon de se reposer ou de dormir. Nous resterons longtemps à les observer.

Arrivés à Lampaul, nous découvrons un petit village avec quelques commerces : un bar, une épicerie, un bureau de poste, un magasin de presse. Le clocher de l’église a été offert par la reine Victoria d’Angleterre en remerciement à la population d’avoir pris soins de trois rescapés ainsi que des dépouilles des passagers du paquebot Drummond Castle qui sombra le 16 juin 1896 dans le passage du Fromveur.

Nous rentrons avec la navette jusqu’au port du Stiff. Nous prenons le Zodiac pour retourner au bateau lorsque nous voilà bientôt en tête-à-tête avec un grand Dauphin. Les naturalistes ne tardent pas à faire les présentations. Il s’appelle Randy. Solitaire, il vit à proximité des hommes comme abandonné par ses congénères. Il reste sauvage et le nourrir ou jouer avec lui est proscrit. Randy a aussi été observé en Irlande, Angleterre, Belgique, Pays-Bas et sur une bonne partie du littoral atlantique français.

Ouessant - Dauphin - Randy (1)

Ouessant - Dauphin - Randy (1)

Ce soir, c’est la soirée de gala. Elle est animée par le directeur de croisière Simone Mele. Le commandant Xavier Rutten présente ses officiers. Après le dîner, le duo Vindotale donne un concert de musique et chants celtiques au théâtre. Un groupe breton bien choisi au regard de la thématique de cette croisière en Bretagne.

 

Piscine - Le Jacques Cartier - Ponant (8)

Fin de soirée au salon Blue Eye. L’ascenseur qui mène au pont 1 s’ouvre face à un vestibule dont l’escalier semble nous aspirer dans les profondeurs. Nous voici sous la mer, des méduses virtuelles évoluent en douceur sur les écrans autour du bar. Allongés sur les banquettes au design permettant de ressentir les sons dans tout le corps, le regard se plonge dans l’océan éclairé de lumière verte et bleue qui défile à travers le hublot en forme d’œil de baleine. L’ambiance sonore contribue à la sensation hypnotique qui se produit alors. C’est l’endroit idéal pour se détendre. Ludovic, le bar manager est toujours aussi fasciné et passionné par ce lieu unique qu’il n’hésite pas à présenter. Il active les écrans, montrant les vues des caméras sous-marines ainsi que la retransmission des hydrophones et n’hésite pas à montrer les vidéos qu’il a prises des dauphins jouant autour du bulbe ou des poissons et requins observés à l’autre bout du monde.

Jour 3 – Archipel des Glénan & Île de Groix

L’Archipel des Glénan est situé à une dizaine de milles du continent. Il s’agit d’une succession de sept îlots autour d’une mer intérieure au décor paradisiaque. A l’Est, Penfret abrite le phare, plus loin on trouve l’île du Loch, la plus grande, reconnaissable par sa cheminée, puis Cigogne et son fort, Drenec, Bananec, Guéotec et enfin Saint-Nicolas.

La sortie en Zodiac matinale permet de mieux profiter de l’archipel et d’éviter d’être en proximité avec les touristes qui arrivent du continent avec les bateaux à passagers. La mer est cristalline.

Excursions Zodiac - Le Jacques Cartier - Ponant (2)

Nous observons quelques oiseaux marins puis, après une heure de navigation autour des îlots et rochers, nous sommes déposés sur l’île Saint-Nicolas. Descente pieds secs sur l’escalier de la digue. La promenade est libre sur le sentier balisé. Tout est fait pour la préservation des espèces, en particulier le narcisse blanc des Glénan, une fleur endémique de l’archipel.

Depuis les rochers on découvre toute la beauté de l’archipel. Il n’y a personne sur la superbe plage de l’île Saint-Nicolas. Avec la marée descendante, nous découvrons une espèce translucide étrange sur l’estran. Il s’agit de salpes de mer (soestia zonaria), ce zooplancton filtre l’eau de mer en se nourrissant.

Salpe de mer - Archiel des Glénan

De retour en Zodiac, la marina est repliée pour prendre la direction de l’Île-de-Groix.

Images accélérées

Archipel des Glénans

Déjeuner près de la piscine

Lors du recap’ des observations du jour et du briefing sur les activités à venir, nous apprenons que la météo des prochains jours s’annonce idyllique.

Cet après-midi, le débarquement se fait pieds mouillés sur la plage de Groix. Je participe à la randonnée de 2h30 avec un guide du conservatoire du littoral. Il nous délivre des informations précieuses sur la flore, les dunes, les oiseaux et les formations géologiques.

Au-dessus des criques, sous les pins, on domine l’eau turquoise avec un panorama digne de la Méditerranée. Le guide nous apprend que la plage des Grands Sables est l’une des rares plages convexes d’Europe. Cette dérive littorale s’est façonnée avec le vent, les courants et la houle. Avec le temps, la plage se déplace. Le sable contient des paillettes de mica et surtout du grenat, d’où certaines plages de sable rouge.

Groix - Le Jacques Cartier - Ponant (23)

De Retour sur Le Jacques Cartier. Le chef Florent Delfortrie a préparé une dégustation de Pata Negra avec un gaspacho. Un délice, comme tout ce qu’il prépare.

Interview du Chef Florent Delfortrie

Chef Florent Delfortie - Le Jacques Cartier - Ponant (4)Chez Ponant depuis 4 ans, ce normand originaire de Sainte-Mère-Église maîtrise l’art de sublimer les plats pour que la cuisine à bord des navires Ponant soit partie intégrante du voyage. Le Chef Florent Delfortrie nous en dit plus :

Chef Florent Delfortrie : « L’équipe en cuisine est composée de 17 personnes. En tout début de croisière sont réceptionnés les fruits et légumes frais. Je fais également les marchés le plus possible pour transformer les produits locaux afin de faire plaisir aux clients. Par exemple sur la croisière Bretagne, dans le Golfe du Morbihan, je m’approvisionne en fraises de Plougastel ainsi qu’en  huîtres nées et élevées par un producteur local. Pour les menus, nous travaillons avec Ducasse conseil. Nous adaptons la trame des menus en fonction de la clientèle, de la nationalité, du lieu où l’on se trouve et de la saison. »

Menu - Restaurant - Ponant - Le Jacques Cartier

Vol-au-vent de veau, olives et champignons

Revisiter et sublimer les plats d’enfance en version gastronomique fait aussi partie des nombreux talents et anecdotes du Chef Florent Delfortrie.  Pour un passager qui en gardait de mauvais souvenirs d’enfance, il a revisité les « Bouchées à la Reine » en réalisant une entrée gastronomique et en mettant à la carte un « Vol-au-vent de veau, olives et champignons ».

Durant la croisière, des dégustations sont proposées en fin d’après-midi ou en début de soirée. Sur cet itinéraire en Bretagne, nous avons pu déguster des macarons, du caviar ou encore des huîtres.

Ce soir, c’est le concert de musique celtique du groupe Skilda qui se tient au théâtre. La guitare se mêle à la cornemuse électronique ou à la flute de Konan Mevel – bien connu pour ses collaborations avec le groupe Tri Yann.

Concert de Skilda - Konan Melvel - Ponant

Konan Mevel, Gurvan Mevel et la chanteuse Kohann

Le dîner est suivi d’un spectacle du ballet Paris C’Show sur le thème de New York.

Piscine - Le Jacques Cartier by night - Ponant

Jour 4 – Golfe du Morbihan

Le Golfe du Morbihan est situé au sud de la Bretagne. Il s’agit d’une véritable petite mer (du breton Mor-Bihan) intérieure de 12000 hectares où l’océan Atlantique pénètre. Créé en 2014, le parc naturel régional du Golfe du Morbihan abrite une biodiversité riche et diversifiée, en raison notamment de la grande variété des habitats naturels présents sur le site. Doté d’un microclimat doux, ce paysage enchanteur dévoile une quarantaine d’îles dont l’île aux Moines, « perle du golfe », qui fait partie de l’archipel des îles du Ponant.

Le Jacques Cartier - Ponant - Golfe du Morbihan

Au mouillage en Baie de Quiberon, face au port du Crouesty, nous profitons d’un ciel bleu limpide pour prendre le petit déjeuner en terrasse. Pendant que certains s’initient au paddle ou profitent de la plage de Port-Navalo, plusieurs randonnées en Zodiac sont prévues pour découvrir le Golfe du Morbihan. Les courants liés à la marée sont forts et la navigation sportive.

Nous passons devant le site mégalithique d’Er Lannic et ses menhirs en partie immergés. Ils forment un cercle (cromlechs) qui se découvre à marée basse. Le site témoigne de la remontée du niveau de la mer depuis le néolithique. L’îlot est également une réserve ornithologique interdite d’accès et donc visible uniquement depuis la mer.

Juste derrière se trouve le cairn de Gavrinis. Il mesure plus de 50 mètres de diamètre et 6 mètres de haut, pour un volume global de 6600 m3. Construit au néolithique, entre 4250 et 4000 ans avant J.-C. ce vestige d’un site funéraire recouvre un dolmen à couloir de 14 mètres de long. À l’intérieur se trouvent de nombreuses gravures uniques au monde.

Golfe du Morbihan

Cairn de Gravinis

Nous poursuivons la promenade vers une zone de pins maritimes. Ces reposoirs à cormorans ont fini par mourir intoxiqué par les fientes d’oiseaux. Nous verrons aussi des aigrettes et des chevaliers gambettes. Près de Larmor Baden, la promenade au milieu des îlots est magnifique. Des parcs à huîtres se dévoilent avec la marée descendante.

De retour sur Le Jacques Cartier, difficile de résister à la baignade et à la nage à contre-courant dans la piscine chauffée.

Piscine - Le Jacques Cartier - Ponant (29)

Ce soir, Le Jacques Cartier appareille pour se mettre au mouillage face à l’île de Houat. Nous profitons d’un superbe coucher de soleil pendant le dîner. Il sera suivi d’un concert classique au théâtre.

Jour 5 – Île-de Houat

L’Île de Houat est située entre Belle-Île-en-Mer et le Golfe du Morbihan, près d’Hoëdic. Elle appartient à Mor Braz, vaste ensemble maritime qui comprend les presqu’îles de Quiberon, Rhuys et Guérande.

La débarque sur l’île se fait pieds mouillés. La randonnée de 2 heures (environ 5 km) est prévue avant l’arrivée des touristes. 

Sur l’unique place du village une grande bâtisse abrite à la fois la Mairie, le bureau de poste et la gendarmerie. L’île mesure 4 km de long pour 1,5 km à l’endroit le plus large et compte 400 habitants qui y demeurent toute l’année.

Sur le chemin balisé, nous suivons Hélène, l’ornithologue. Nous aurons l’occasion d’observer des faisans, courlis, gravelots, huîtriers pie… La flore n’est pas en reste, des milliers d’immortelles parfument l’air d’une odeur qui rappelle le maquis. Le vent aura déposé un œuf de raie dans la lande, un sujet qui attisera la curiosité de tous.

De retour au village, pour regagner le Zodiac, nous croisons une foule de touristes venue du continent. Cela contraste avec notre petit groupe d’une dizaine de personnes. Quel privilège d’avoir ces conditions de visites exceptionnelles et respectueuses de la nature.

Le Jacques Cartier - Ponant - Belle île en Mer

Après quelques instants de navigation, nous sommes au mouillage face à Sauzon. Ceux qui le souhaitent peuvent débarquer quand ils veulent du Jacques Cartier, il y a toujours un Zodiac disponible pour faire la traversée. Au port, un minibus privé fait des aller/retour toute l’après-midi vers le phare des Poulains.

Nous débarquons du Zodiac à pieds secs dans la cale du port. C’est une randonnée de 6 km (2h30) qui mène au phare des Poulains qui attend les marcheurs. Il n’y a pas de difficultés particulières, seulement un peu plus de dénivelé. Le chemin côtier passe au-dessus de criques superbes dont l’eau turquoise inviterait bien à la baignade. La marche dissuade la foule et vu le contexte, ce n’est pas négligeable.

Le fort Sarah Bernhardt ainsi que l’espace muséographique qui lui est consacré se trouvent juste à côté. Sarah Bernhardt découvre Belle-Île en 1894, à l’âge de 50 ans. Son ami, le peintre Clairin, lui en a tant parlé qu’elle décide enfin de l’accompagner. Sous l’effet d’un véritable coup de foudre, elle fait l’acquisition d’un fortin militaire désaffecté à la pointe des Poulains. Durant 30 ans, elle y séjournera chaque année pour fuir la vie parisienne éprouvante et s’y reposer, escortée d’une foule d’artistes et de personnalités.

Pour retourner au port, nous prenons la navette privée Ponant – 15 minutes de trajet. Le chauffeur, un bellilois nous parle de la vie sur l’île. 

De retour à bord, on peut assister à une conférence sur les expéditions polaires ou à un concert au théâtre.

Après la randonnée, Chloé et son équipe nous accueillent au spa pour un massage détente. Enivré par les essences des huiles Clarins, c’est face à la mer que se déroule cette séance bien-être. 

Je passe la soirée à la bibliothèque du salon observatoire dont les livres invitent aux voyages dans les terres lointaines.

Piscine - Le Jacques Cartier by night - Ponant

Jour 6 – Anse de Morgat

Située entre la presqu’île de Crozon au nord et la pointe du Raz au sud, la baie de Douarnenez dessine un vaste bassin de navigation de plus de 16 km de large sur 20 km de long. Au nord, sur la presqu’île de Crozon, se trouve l’anse de Morgat.

C’est de bon matin que débute la navigation scénique face à la pointe de Pen-Hir. Elle se trouve sur la presqu’île de Crozon, au sud-ouest sur le territoire de la commune de Camaret-sur-Mer. Le passage du Tas de Pois (en breton Ar Berniou Pez) fait partie des temps forts de l’itinéraire. Passagers et naturalistes se retrouvent sur la terrasse panoramique à l’avant du navire pour quelques explications et observations.

Des fous de bassan survolent le navire. Les roches se dévoilent peu à peu dans la brume. Le Jacques Cartier s’approche avec prudence. Il y a une certaine atmosphère ce matin.

Fous de Bassan

Le rocher attenant à la terre s’appelle le Grand Dahouët, il est suivi en mer de 5 îlots qui portent les noms de Petit Dahouet, Penn-Glaz (tête verte), Chelott, Ar Forc’h (la Fourche) et Bern-Id (Tas de blé). C’est au XIXe siècle que les « Tas de Foin » prirent le nom de Tas de Pois.

C’est au briefing/récap de ce matin que le programme de l’après-midi nous est présenté. Deux sorties en Zodiac sont prévues (13h30 & 15h15) et pour ceux qui le souhaitent une descente en ville ou à la plage est possible.

Avant d’arriver à Morgat, je profite de la boutique pour ramener quelques souvenirs : sacs de mode recyclés avec les voiles du navire Ponant, polos…

Réception - Le Jacques Cartier - Ponant (5)

Au mouillage devant Morgat, nous profitons d’une météo exceptionnelle.

Gilets de sauvetage sur le dos, nous partons en Zodiac découvrir la côte rocheuse et escarpée. Nous naviguons au pied de falaises de grès rouge. Les formations rocheuses laissent apparaître des strates, arches et grottes que nous commente Benjamin, le géologue du bord. De magnifiques petites plages entourées d’eau couleur émeraude sont visibles depuis la mer. 

Plus loin, un Zodiac nous attend en embuscade près d’une grotte. Les photographes du bord immortalisent notre surprise. A bord, les barmans nous attendent avec des coupes de Champagne pour trinquer dans ce lieu paradisiaque. So’chic et tellement mémorable comme souvenir.

Ceux qui le souhaitent sont déposés dans le petit port de plaisance de Morgat.

Pendant le dîner, depuis la terrasse, nous aurons la chance de voir des dauphins, des baleines et même un poisson lune. Le soleil se couche offrant encore un beau spectacle. Il fait frais, les serveurs du restaurant, toujours aux petits soins, proposent des plaids pour se réchauffer. Des bancs de brumes se forment à la surface de la mer et dessinent comme une banquise. Il s’agit de brouillard d’advection. Il se forme lorsqu’une masse d’air chaud et humide se déplace sur une surface relativement froide. La tour radar du Stiff semble flotter au-dessus des nuages.

La navigation scénique se poursuit avec le passage du chenal du Four que le Préfet maritime nous a autorisé à emprunter. Les dauphins jouent avec la pilotine. La mer est si proche qu’on l’entend glisser sous la coque. La nature nous aura offert un magnifique spectacle ce soir.

Piscine - Le Jacques Cartier by night - Ponant

Jour 7 – Île de Bréhat

Bréhat - Le Jacques Cartier - Ponant (13)

L’île de Bréhat est longue de 3,5 km et large de 1,5 km. Avec l’interdiction de circulation pour les voitures, c’est le premier site naturel classé en France en 1907.

La randonnée matinale sur les sentiers nous mène au sémaphore puis au feu du Rosedo. Bréhat est surnommée l’île aux fleurs pour la variété de sa flore : agaves, echium, hortensias, mimosas, mûriers, eucalyptus, aloès, camélias, et ses emblématiques agapanthes. Elle profite toute l’année de l’influence du Gulf Stream qui lui assure un microclimat particulièrement doux, même l’hiver. C’est également le paradis des oiseaux avec 120 espèces différentes recensées.

La randonnée en Zodiac de l’après-midi nous fait longer des roches rouges jusqu’au feu du Paon.

Les guides naturalistes aux commandes des Zodiac communiquent ensemble par radio VHF ce qui permet de ne rien manquer. Les oiseaux sont donc signalés et identifiés rapidement. Des sternes viennent juste devant nous faire des piqués dans l’eau pour ramener quelques poissons.

Le Zodiac du chef d’expédition, Gérard, se met à prendre la direction du large suivi de notre petite flottille. À la VHF, le Zodiac d’encadrement des kayaks qui est aussi dans la zone, annonce qu’il y a des dauphins.

Les yeux écarquillés, nous cherchons leur souffle à la surface de la mer. Quand tout à coup, ils sont là juste à côté. Nous restons longtemps à les suivre, oubliant le programme initial et l’île de Bréhat pourtant toute proche.

Près des rochers, une autre surprise nous attend. En position d’équilibriste sur un énorme rocher, un phoque gris nous observe. Ce dernier jour aura été riche en mammifères marins pour le plus grand bonheur de tous. De retour sur Le Jacques Cartier nous sommes tous ravis.

Il est malheureusement temps de boucler les valises avant de prendre un verre dans le Grand salon. C’est le cocktail d’au revoir. Le Commandant nous attend avec tout son état-major. L’équipage au grand complet nous est présenté depuis les officiers et élèves officiers jusqu’aux matelots en passant par l’équipe machines, restauration, bar, spa, hôtellerie, danseuses, naturalistes… personne n’est oublié. Tous les passagers les saluent une dernière fois à grand renfort d’applaudissements. Il faut dire que le service, la qualité de la restauration et des prestations sont vraiment 5 étoiles. Nous faire découvrir ou redécouvrir la Bretagne et la gastronomie dans un contexte comme celui-ci et en sécurité doit être salué.

Grand Salon - Le Jacques Cartier - Ponant - Xavier Rutten - Cocktail d'aurevoir

Ce soir, le Chef a préparé un menu de  gala magnifique.