Journal de bord : tour de Méditerranée sur le Costa Fascinosa

Costa Croisière - Itinéraire Fascinosa - Tour méditerranéeC’est pour une escapade Méditerranéenne de printemps que j’ai embarqué pour la croisière « Toute la Méditerranée » proposée par Costa Croisières à bord du Costa Fascinosa. Au programme : embarquement à Savone puis escales à Naples, Catane, La Valette Barcelone et Marseille avant de débarquer à Savone. Cet itinéraire propose des embarquements dans différents ports. J’ai choisi Savone plutôt que Marseille afin d’embarquer un dimanche dans la petite ville italienne ce qui me permettra de profiter d’une journée complète dans la cité phocéenne le samedi suivant.

Cette croisière est l’occasion pour moi de découvrir les volcans italiens puisque l’ascension du Vésuve et de l’Etna sont des excursions proposées à Naples et Catane.

Jour 1 – Savone

Arrivée à l’aéroport de Nice je prends la navette de transfert Costa vers Savone. Tout est bien organisé, j’identifie rapidement le personnel qui m’oriente vers le car. Le long de la route j’observe le panorama sur la Méditerranée avec Monaco, Menton, Vintimille et la Riviera italienne… Après 2h de route qui passent très vite, mon car arrive à Savone. Le Costa Fascinosa est en vue.

J’ai rempli mes papiers pour l’embarquement sur Internet et en moins de 10 minutes je suis à bord du navire.

Je prends la direction de la cabine 1093. C’est une cabine Samsara, elle dispose d’un grand balcon avec deux fauteuils et d’un confortable salon. Sur mon lit je retrouve le journal de bord avec le programme de la journée ainsi que ma carte de cabine.

Je découvre le navire en me promenant sur les ponts. Avec ma cabine Samsara, j’ai un accès à la zone thermal : jacuzzi, sauna, hammam et solarium seront donc au programme. J’ai également un forfait boisson Brindiamo. Ce package comprend une sélection de boissons et cocktails alcoolisés et non alcoolisés que je peux facilement identifier grâce a des couleurs indiquées sur la carte des bars du navire (cercle marron pour Brindiamo).

J’ai un peu de temps devant moi pour découvrir quelques centres d’intérêts de Savone. Ma promenade est rapide car nous devons tous être à bord à 16h30.

16h30 – Pour l’exercice de sécurité, je me dirige vers le point de rassemblement indiqué dans la cabine pour écouter les consignes avant le départ.

17h – La chanson « Con Te Partiro » est diffusée sur les ponts, signe que le Costa Fascinosa largue les amarres. Ce rituel immuable annonce le début des vacances et rythme chaque départ d’escale.

Ma soirée débute par un apéritif au bar central et se poursuit par la présentation de l’équipage du bateau suivi du spectacle « Fascination ».

Pour le dîner je suis au deuxième service et c’est à 21h30 que j’ai rendez-vous dans le restaurant Il Gattopardo situé au pont 4 à l’arrière du navire. Pour y aller je dois passer par le pont 5 qui traverse tout le navire. Je découvre ainsi la galerie marchande, des salons, le bar à champagne ou encore le casino.

Le restaurant est sur deux étages et de ma table je domine la salle située juste en-dessous. Je fais connaissance avec mon serveur. Je garderai ma table ainsi que ce serveur pour toute la croisière. Au menu ce soir : poissons fumés, bouillabaisse et dôme au chocolat.

Après le dîner la fête bat son plein près du bar central dans l’atrium.

Costa Fascinosa - Atrium

Jour 2 – Naples

Nous accostons à Naples à 13h30, j’ai toute la matinée pour profiter du solarium au spa Samsara. Dehors le ciel est nuageux, il fait un peu frais et les transats du spa sont parfaits pour me détendre et profiter de la vue sur l’océan.

11h – Nous entrons dans la baie de Naples. Devant les grandes baies vitrées du spa, les îles d’Ischia et Capri défilent puis le Vésuve apparaît sur tribord.

Je déjeune au buffet et m’installe sur les tables à l’arrière du navire face à la ville.

14h – Je rejoins le car pour l’excursion que j’ai réservé avant de partir : « Cratère du Vésuve et dégustation de spécialités locales ».

Après un très bref arrêt dans une fabrique de bijoux en corail et en coquillages, nous reprenons la route vers le volcan. Le guide nous donne des explications dans le car. Il y a eu 50 éruptions entre 1500 et 1944. Si une alerte est donnée, les 700.000 habitants de la zone rouge auront 15 jours environ pour fuir mais personne n’ose imaginer comment se passerait la réalité de cet exode.

Le parking pour atteindre le volcan est situé à 900 m du sommet. L’ascension est libre, chacun avance à son rythme sur les 160 m de dénivelé qui mène au bord du cratère. Il fait plutôt froid, il est indispensable d’emmener de quoi se couvrir pour l’ascension.

Le long du chemin des boutiques permettent de se restaurer et d’acheter quelques souvenirs. Il faut environ 45 minutes pour atteindre le sommet. Les parois du cratère laissent apparaître des fumerolles. Le volcan est en sommeil.

J’observe d’un côté le volcan et de l’autre la baie de Naples. Le panorama est magnifique. On peut voir une grande coulée de lave qui date de 1944 mais aussi la ville de Naples, les îles de Capri, Ischia et au pied du cratère on devine les ruines de Pompéi.

La météo change très vite. Le ciel partiellement bleu à mon arrivée se couvre et un nuage vient enrober le volcan donnant une atmosphère unique à cette promenade.

J’ai passé 1h30 sur le Vésuve, c’est un très bon timing pour qui marche correctement. Les personnes qui ont du mal peuvent s’arrêter à différentes étapes du parcours pour observer le paysage mais il est vraiment dommage de ne pas aller jusqu’au sommet. Cette excursion n’est d’ailleurs pas recommandée aux personnes ayant des difficultés motrices.

Naples - BruschettaLe car reprend sa route et nous arrête dans une auberge de famille. C’est l’heure de la dégustation : bruschettas à l’huile d’olive et aux tomates cerises, vin blanc et rouge. Une petite collation appréciée après la promenade sur le Vésuve.

19h – Le vent souffle lorsque le navire largue les amarres. Le soleil se couche et donne des couleurs orangées sur la vieille ville. Je prends l’apéritif dans un salon et écoute de la musique italienne.

Naples Costa Fascinosa

21h30 – Je vais dîner. Au menu ce soir : raviolis à la tomate, aubergines à la parmesane et gâteau napolitain. Après le dîner, je profite de l’ambiance dans les différents salons avant d’aller me reposer.

Jour 3 – Catane

Ce matin nous passons le détroit de Messine. Nous longeons ensuite la côte jusqu’à Catane. Comme nous n’arrivons qu’à 13h, je me promène sur les ponts et ne me lasse pas d’observer la côte sicilienne et l’Etna enneigé sur un ciel bleu azur. Il aurait été dommage de faire cette navigation scénique de nuit.

13h – Le paquebot accoste à Catane au pied de l’Etna. Je rejoins mon car pour l’excursion « L’Etna et ses cratères Sylvestres ». Je fais connaissance avec notre guide, Basile, un professeur de français italien en retraite. Le long de la route, il nous donne des explications sur la ville ainsi que sur l’Etna.

L’Etna n’est pas un volcan, c’est un massif qui culmine à 3340 m d’altitude et qui compte environ 300 cratères et cônes volcaniques. La lave est arrivée jusqu’à Catane en 1669. Elle a alors comblé la mer mais a préservé le château de la ville. C’est Sainte Agathe qui protège les habitants du volcan. Ici elle est vénérée.

Nous empruntons la route panoramique à la découverte des paysages siciliens. La végétation se transforme progressivement et le maquis laisse place à un relief montagneux. La route traverse une coulée de lave impressionnante qui date de 1983. Plus loin, une maison est ensevelie jusqu’au toit. La lave a tout dévasté sur son passage.

Catane - Etna - Volcan

Nous arrivons au parking qui se trouve à 2000 m d’altitude. Des restaurants et boutiques attendent les touristes. Un téléphérique permet d’atteindre le sommet enneigé mais notre guide nous prévient que nous n’aurons pas le temps d’y aller. Il nous recommande une promenade autour des cratères Sylvestre. Nous avons 1h30 de temps libre pour observer les volcans à notre rythme.

Catane - Etna - Cratère sylvestre

Catane - Etna - Cratère sylvestre

La pente des volcans est un peu raide et ce n’est pas facile d’atteindre le sommet avec le vent qui souffle. Il fait environ 5° et avec le vent, j’ai bien fait de me couvrir. Depuis les cratères Sylvestre, je peux contempler le volcan ainsi que le panorama à 360° sur la Sicile et sur le sommet de l’Etna.

De retour à Catane, nous faisons un tour panoramique du centre historique de la ville en car. Catane et la deuxième ville en importance et en nombre d’habitants de la Sicile après Palerme. Elle a été fondée en 729 av. J.-C. par les Grecs. Nous empruntons la rue principale, la Via Etnea, bordée d’églises et de palais baroques. Le guide présente les sites principaux : la Cathédrale Sant’Agata, le théâtre Massimo Bellini, la piazza del Duomo, l’amphithéâtre romain…

18h – De retour au bateau, je profite de la vue et passe la soirée au spa. Je me délasse dans le jacuzzi et profite d’un moment de détente dans les transats chauffants alors que la nuit tombe.

20h30 – Apéritif en musique dans un salon du navire. Ce soir c’est le casting de The Voice of the Sea, programme inspiré de l’émission éponyme et qui permet aux passagers de devenir la star d’un soir.

Costa Fascinosa - Salon Cheri

21h30 – Pour le dîner de ce soir, je découvre le menu du chef Barbieri : tartare de saumon (délicieux), filet de bar en croûte de parmesan sur lit d’aubergines et mousse de nougat.

Jour 4 – La Valette

Dès 6h30 La Valette est en vue. Sur le pont j’ai l’impression d’avoir le bateau pour moi toute seule car les passagers ne semblent pas encore levés. Le paquebot franchit les digues et entre dans la citée fortifiée.

La Valette

Une fois en ville, je commence ma promenade par la forteresse qui rejoint le jardin de Upper Barraka. Il est midi et comme chaque jour, c’est l’heure du traditionnel tir au canon.

Je visite la co-cathédrale Saint-Jean (10€). Elle est superbe avec ses 8 chapelles richement décorées. Considérée comme le premier exemple d’architecture baroque, elle abrite l’un des tableaux les plus célèbres d’Europe, « la Décollation de Saint Jean-Baptiste » du célèbre peintre Caravage.

Je déambule ensuite dans les rues jusqu’au jardin de Lower Barraka qui offre une vue superbe sur les remparts et sur le Siege Bell Memorial. Je retourne sur le port en longeant les balcons typiques de Malte sans oublier de passer sous l’arche du Victoria gate.

15h – le Costa Fascinosa largue les amarres. Le départ sous le soleil est magnifique et offre une vue imprenable sur les remparts qui s’éloignent.

C’est maintenant devenu une habitude dont je ne me lasse plus. La soirée tourne au rite incontournable avec au programme : détente au solarium du spa et apéritif au bar avant d’assister au spectacle.

Bar à Spritz Costa Croisières

Depuis le début de ma croisière, je rêve de tester le chocolat chaud du bar à chocolat Amarillo. Après le dîner au restaurant, ce sera donc mon dessert. Il est tellement onctueux et savoureux qu’il se déguste à la petite cuillère. A tester absolument !

Ce soir, près de la piscine centrale, c’est la soirée blanche. Un grand buffet est installé avec des sculptures en glace ainsi qu’en fruits et légumes. C’est le retour du buffet de minuit en croisière où l’on se restaurer à volonté.

Jour 5 – En mer

Aujourd’hui nous sommes en mer pour la journée. Dehors la mer est agitée, le ciel est gris et les averses s’enchaînent. Je décide de passer la journée au spa. Dans le solarium, il fait entre 25 et 30° et se détendre avec une musique douce dans ce jardin d’hiver est bien agréable.

Ce midi, comme la météo n’est pas bonne, tout le monde semble avoir décidé de déjeuner au buffet et il y a beaucoup de monde. Après m’être restaurée je retourne passer l’après-midi au spa afin de profiter des différentes installations.

Il est 17h30, je m’apprête pour la soirée de gala. Tout d’abord il y a la photo pour le Costa club puis à 18h j’assiste au discours du commandant Mario Moretta. 19h, je vais prendre l’apéritif dans l’atrium où sont présentés les petites princesses et petits commandants d’un jour. Les enfants qui ont participé à cette animation payante défilent devant les passagers. En fin de croisière, les enfants gardent leurs  costumes en souvenir. Cet événement est suivi par le bal des officiers qui invitent les passagers à danser.

21h30, je vais dîner au restaurant. Au menu ce soir : trio de poissons fumés, espadon, fromage et en dessert je retourne au bar à chocolat me délecter avec gourmandise d’un chocolat chaud.

Jour 6 – Barcelone

Barcelone

9h – Nous accostons à Barcelone sous un grand soleil. Pour 4€ aller/retour, je prends une navette de la ville au pied du bateau. Elle dépose les passagers au pied de la statue de Christophe Colomb. Je remonte La Rambla qui est juste à côté et m’arrête au marché St Joseph, La Boqueria. Avec ses salades de fruits colorés, ses spécialités de jambons… c’est un incontournable. Je poursuis jusqu’à la place de la Catalogne. Je passe devant la Sagrada Familia qui est toujours en éternelle construction depuis 1882.

Le long des rues, les palais et grandes maisons sont magnifiques. Je décide de visiter la Pedrera ou Casa Mila. L’entrée coûte 25€ et comprend un audioguide qui donne des explications sur la création de ce chef-d’œuvre. La visite (environ 2h) permet d’accéder à la terrasse qui offre un panorama sur la ville. L’architecture de Gaudi est absolument incroyable. Les cheminées ressemblent à des tourelles entourées de guerriers imaginaires. Le toit sculpté par Gaudi symbolise l’eau, la terre et le feu.

La visite se poursuit par les combles. C’est une sorte de squelette de baleine en briques rouges dont les 270 arches abritaient autrefois le sèche-linge de l’immeuble. À l’étage inférieur, je découvre les appartements de la famille Mila qui a fait construire la Perdrera : appartement des domestiques, chambres, cuisine, salon, bureau de M. Mila…

Gaudi était astucieux et s’inspirait de la nature pour trouver des solutions architecturales à des problèmes techniques. Dans la cour centrale de l’immeuble, la couverture de l’escalier ressemble à une feuille. Pour l’ergonomie des portes, Gaudi a tout simplement moulé les poignées sur une main.

Je visite également la Casa Batllo située juste à côté. Le prix de la visite (25€ – compter 2h) comprend un smartphone permettant d’accéder à des vues en réalité augmentée. Lorsqu’on place le smartphone sur une zone, les objets prennent vie : la cheminée se transforme en champignon ou encore les fenêtres en tortues. On comprend ainsi mieux le monde fascinant et surréaliste de Gaudi.

Je redescends vers le port en prenant l’avenue commerçante de Portal de l’Àngel et qui mène à la cathédrale Sainte Croix. Je prends un verre sur la place de Pi et me promène en me perdant dans les ruelles. Je passe sous l’arche de la cathédrale et rejoint la place Sant Jaume entourée de cafés et restaurants. Cette place aux nombreuses arches a une grande fontaine et des palmiers en son centre. Je rejoins ensuite La Rambla puis le port où je reprends le bus pour retourner sur le bateau.

Barcelone - place Sant Jaume

Place Sant Jaume

Je passe la soirée à faire les boutiques près de l’Atrium et à écouter de la musique dans les salons du navire. Ce soir j’assiste à « The Voice of the Sea » dans le théâtre. Après les auditions, les passagers votent sur des boîtiers et élisent le meilleur chanteur en présence du Jury.

Jour 7 – Marseille

Le soleil se lève. A l’horizon, j’aperçois Marseille et la Bonne Mère qui veille sur la ville. Le paquebot accoste à 9h.

Costa Fascinosa

Hier soir, j’ai réservé mon transfert aller/retour en navette pour le centre-ville sur les bornes interactives du navire. Il m’en coûtera 10,50€ pour gagner un temps précieux. En effet, le terminal croisière est loin du centre et sans commodités à proximité. Une fois déposée sur le Vieux-Port, je prends le petit train pour aller jusqu’à la Bonne Mère (compter 8€/personne). Le circuit fait le tour du port, longe le palais du Pharo, l’anse des Catalan puis rejoint la basilique Notre-Dame de la Garde. C’est un moyen pratique et agréable de se rendre sur ce site éloigné du port. Le train dépose ses passagers au pied de la basilique et repasse toutes les 10 minutes pour le retour vers le port. Je profite ainsi, à loisir du panorama à 360° et visite Notre-Dame de la Garde où de nombreux ex-votos sont exposés : peintures, maquettes suspendues…

De retour au port, je fais un tour au marché aux poissons ainsi qu’au marché artisanal.

Je poursuis ma promenade vers le Mucem de l’architecte Jean Nouvel et sa terrasse ombragée. Depuis la grande roue temporaire, j’ai un point de vue unique sur la ville.

Avant de retourner au bateau, je visite la cathédrale La Major et je prends un verre en terrasse au pied de l’édifice.

18 heures, c’est dans un concert de sirènes que le Costa Fascinosa quitte Marseille. Tous les paquebot Costa se saluent les uns après les autres.

Vers 20 heures je décide de prendre mon dernier apéritif au bar de l’atrium. Une foule d’enfants arrive en suivant Peppa Pig. Le héros des enfants danse avec eux sous une pluie de ballons multicolores.

Ce soir c’est la soirée italienne et les tenues vestimentaires sont dans les tons. Pendant le dîner, les serveurs font le show avec un spectacle de danse vraiment super. Je me demande où il trouve toute cette énergie pour nous faire vivre des moments aussi inoubliables. Quelle ambiance ! De retour en cabine, je boucle mes valises qu’il faut déposer devant la porte avant d’aller me coucher. La croisière touche à sa fin.

Costa Fascinosa - Atrium

Atrium

Jour 8 – Savone

Ce matin, lorsque j’ouvre le rideau, le ciel est noir et l’orage gronde. La tristesse et la nostalgie de ces belles vacances me gagnent. Je quitte le navire, récupère ma valise au terminal croisière et rejoins le car qui me dépose à l’aéroport de Nice. Cette croisière en Méditerranée était magnifique avec de belles escales et visites passionnantes. A peine rentrée chez moi, pour ne pas que le blues de la croisière me gagne, je me plonge déjà dans les catalogues pour trouver ce qui sera peut-être mon prochain itinéraire de croisière.

Si cette croisière vous a fait envie, sachez que vous avez la possibilité de profiter d’un bon plan Escale Croisière auprès de Costa Croisières, pour en savoir plus, cliquez ici.

PUBLIÉ PAR CORINNE ANCION